Nouveau film d’Her-Bak Médias: le port autonome de Nantes-Saint-Nazaire

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2002.09.Her-Bak-couv.jpgHer Bak Médias a réalisé un film ambitieux sur le port autonome de Nantes – Saint-Nazaire, tant dans son esthétique, que dans les moyens technologiques utilisés et son implication régionale. « Nous avions un film, réalisé dans les années 90, qui était devenu obsolète, raconte Pascal Fréneau, chef du service communication du Port autonome de Nantes – Saint-Nazaire. Nous souhaitions réactualiser ce document. » Ce sont au final, quatre films de dix minutes chacun qui ont été produits, répondant aux attentes de différents publics. « Il était difficile de penser un film commun à toutes ces différentes cibles. Nous avons donc imaginé, à partir d’un tournage unique, une série de modules adaptés à nos différentes cibles de communication. »

article paru dans Her-Bak Info n°13, septembre 2002
Rédaction : Tugdual Ruellan
Directeur général : Pascal Goyet
Her-Bak, quai du Péristyle, 56100 Lorient
article à télécharger en cliquant sur l’image

Steady-cam et crossing-zoom
C’est Bart Manley, réalisateur nantais, spécialisé dans la communication par l’image, qui a été chargé de la réalisation. Le tournage s’est déroulé sur quatre mois afin de bénéficier de plusieurs étapes de l’activité portuaire, explique Pascal Goyet, directeur d’HerBak Médias. Un tournage intense pour lequel d’importants moyens techniques ont été sollicités. » Citons parmi les plus sophistiqués, une caméra équipée sur un hélicoptère miniature, la steady-cam, une caméra équipée de vérins qui permettent de rester stable même dans les situations de mouvement les plus perturbées ! Différents effets ont été utilisés au montage comme le crossing-zoom, système permettant de lier des images afin de donner l’impression de passer d’un lieu à l’autre très rapidement, sans rupture.

« Ainsi, les images de la remontée de la Loire, de Saint-Nazaire à Nantes, soit quelque dix minutes en hélicoptère, deviennent, une fois compressées et traitées avec ce système, une séquence d’une seconde et demi. Nous pouvons ainsi montrer que le port est une véritable unité, constituée d’un ensemble de sites distincts ». Assemblées de façon différente, les images servent des messages spécifiques. Le premier film s’adresse à la partie commerciale exploitante, maillon de la chaîne logistique : armateurs, entreprises chargeurs (importateurs, exportateurs, logisticiens, commissionnaires de transports).

Le second film est destiné aux investisseurs souhaitant s’installer sur le port : « Il présente le port, ses surfaces disponibles, propices à l’installation de plates-formes logistiques, utilisant tous les modes de transport », précise Pascal Fréneau.

Le troisième film, institutionnel, démontre le retour sur investissement par rapport aux financements des installations portuaires et la création d’emplois suscitée. « Il s’adresse aux collectivités territoriales comme le Conseil Général, le Conseil Régional, les services déconcentrés de l’État, l’Union européenne.

Enfin, le quatrième film, destiné au grand public, explique à quoi sert une installation portuaire et quels sont les atouts du port de Nantes Saint-Nazaire. Le port est un acteur de l’économie du Grand Ouest ; pour qu’il fonctionne bien, il convient d’informer le public afin qu’il ait connaissance de son activité, de son utilité et qu’il soit un soutien au niveau de son développement. »

Le port Autonome de Nantes – Saint-Nazaire aujourd’hui
Le port, c’est une somme d’installations portuaires sur l’estuaire de la Loire, qui s’étire sur une soixantaine de kilomètres. Quatre sites principaux : Donges, Montoir-deBretagne, Saint-Nazaire et Nantes, le pôle amont. Chacun des terminaux est dédié à un trafic spécifique : gaz et céréales à Nantes, pétrole à Donges, aliments du bétail à Montoir-de-Bretagne, réparations navales et céréales à Saint-Nazaire. Ce vaste ensemble regroupe quelque 3000 personnes. Le port autonome, autorité portuaire composée de 700 agents, gère les différentes installations. Le trafic 2001 était de 31,9 millions de tonnes.

Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *