Gilles Clément offre ses « Musiques aux jardins »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - arts

Musique_au_jardin__1_.JPGMusiques aux Jardins est un Festival itinérant associant Musique, Littérature et Art des Jardins. Il est réalisé en collaboration avec l’association Cultures aux Jardins qui favorise les créations associant l’art des jardins aux autres arts : musique, littérature, danse, cinéma… Les jardiniers, les services Espaces Verts et les paysagistes sont co-créateurs des spectacles avec les autres artistes. Ces actions encouragent la connaissance du milieu naturel et l’accés de l’art à tous les publics dans les parcs et jardins, lieux de détente et d’évasion les plus populaires de la cité.

A découvrir sur : http://musiquesauxjardins.blog.lemonde.fr
Photos : Tugdual Ruellan (Rannes, Parc des Gayeules – 13 juin 2008
Programme à télécharger en cliquant sur ce lien

Musique_au_jardin__2_.JPG

L’Herbe folle
Un piano et une comédienne sur l’herbe dans les parcs et jardins de France sur le thème de « l’Herbe Folle ». Ce rapprochement étonnant entre Romantisme et époque contemporaine dans une création végétale originale invite le spectateur à une rêverie où les différents sens sont en émoi. Patrick Scheyder, piano oeuvres de Chopin, Liszt, Schubert et Improvisations ; Monique Scheyder, comédienne ; textes de George Sand et Gilles Clément ; Mise en Espace Végétale sur des principes de Gilles Clément, paysagiste et Guillaume Morlans réalisée par les Services Espaces Verts des villes .

Musique_au_jardin__3_.JPG George Sand :
Née à Paris le 1er Juillet en 1804 et décédée à Nohant le 8 Juin 1876.
Son véritable nom : Amandine, Aurore, Lucie Dupin. A 4 ans, Aurore est recueillie par sa grand-mère qui habite à Nohant. Puis à l’âge de 13 ans, elle entre au couvent des Augustines anglaises à Paris. Elle se marie ensuite en 1822 avec le baron Dudevant avec qui elle aura deux enfants : Maurice et Solange. Mais cette union ne durera pas longtemps. En 1831, elle rencontre Jules Sandeau à qui elle prendra son pseudonyme “Sand ” .Son premier roman, elle l’écrit avec Sandeau, “Rose et Blanche ” ; il est signé Jules Sand. En 1832, elle signe son premier roman ” Indiana ” : George Sand . Connue aussi pour avoir été la compagne de Chopin.
Si vous voulez plus d’informations vous pouvez consulter cette page :
http://www.educreuse23.ac-limoges.fr/sand/biograph.htm

Gilles Clément :
Gilles Clément est né en 1943 à Argenton dans le département de la Creuse. Ingénieur horticole, paysagiste, écrivain, jardinier, Gilles Clément enseigne à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles (ENSP).
Si vous voulez plus d’informations vous pouvez consulter cette page :
http://www.lespaysagistes.com/jardin/actualite/gilles-clement.php

Le premier texte est de George Sand – son titre est :
Le jardin naturel
Je préfère aux jardins arrangés et soignés ceux où le sol, riche par lui-même de plantes locales, permet le complet abandon de certaines parties, et je classerai volontiers les végétaux en deux camps, ceux de l’homme altère et transforme pour son usage, et ceux qui viennent spontanément. Rameaux, fleurs, fruits ou légumes, ils vous appartiennent: vous suivez l’équilibre naturel, vous créez et détruisez ; mais n’abîmez pas inutilement les secondes. Elles sont bien plus délicates, plus précieuses pour la science et pour l’art, ces mauvaises herbes, comme les appellent les laboureurs et les jardiniers. Ellles sont vraies, elles sont des types, des êtres complet.

Le second texte est de Gilles Clément:
Éloge des vagabondes
Les plantes voyagent. Les herbes surtout. Elles se déplacent en silence à la façon des vents. On ne peut rien contre le vent. En moissonnant les nuages, on serait surpris de récolter d’impondérables semences mêlées de lœss, poussières fertiles. Dans le ciel déjà se dessinent d’imprévisibles paysages. Le hasard organise les détails, utilise tous les vecteurs possibles pour la distribution des espèces. Tout convient au transport, des courants marins aux semelles des chaussures. L’essentiel du voyage revient aux animaux. La nature affrète les oiseaux consommateurs de baies, les fourmis jardinières, les moutons clames, subversifs, dont la toison contient des champs de graines. Et puis l’homme. Animal agité en mouvements incessants, libre échangeur de la diversité.

Pour terminer un dernier texte de George Sand :
Métamorphose
Cela arrive certainement à tout le monde, mais je voudrais rencontrer quelqu’un qui pût me dire : «Cela m’arrive a moi aussi de la même manière. Il y a des heures où je m’échappe de moi, où je vis dans une plante, où je me sens herbe, oiseau, cime d’arbre, nuage, eau courante, horizon, couleur, forme et sensations changeantes, mobiles, inféfinies ; des heures où je dors sous les feuilles, où je plane avec les alouettes, où je rampe avec les lézards, où je brille dans els étoiles et les vers luisants; où je vis enfin dans tout ce qui est le milieu d’un développement qui est comme une dilatation de mon être.»

Musique_au_jardin__4_.JPG

Ces textes sont utilisés dans le cadre du spectacles Musiques aux Jardins et soulignent notamment l’importance de la bio-diversité et du ressenti avec la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *