Techman industrie forme vingt-et-un travailleurs handicapés en maintenance et logistique nucléaire

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

n_69.Tecman_industrie-photo.jpgUne formation en maintenance et logistique nucléaire avec l’assurance d’un emploi au final
Techman industrie, société de maintenance en logistique nucléaire et radio protection auprès d’EDF, et organisme de formation, a mis en place une formation en maintenance et logistique nucléaire, en lien avec Cap emploi de l’Ain, l’Indre-et-Loire et de Gironde. Vingt-et-une personnes en situation de handicap l’ont suivie. Au final, sept personnes ont été recrutées.

Article paru dans Agefiph Infos n° 69, octobre 2009
Directeur de la publication : Pierre Blanc
Rédacteur en chef : François Atger
Texte : Tugdual Ruellan
Secrétaire de rédaction : Cédric Soulié
article téléchargeable en cliquant sur la photo

En décembre 2008, Pascal Grosjean, responsable des ressources humaines de Techman Industrie, dont le siège est à Marseille, contacte Handicapemploi, le Cap emploi de l’Ain : « Il s’agissait, explique-t-il, de proposer à des personnes reconnues travailleurs handicapés de suivre un parcours de formation en maintenance et logistique nucléaire, d’environ 280 heures, afin qu’elles puissent à l’issue intervenir en qualité d’agent d’assistance chantier sur les CNPE – EDF, centres nucléaires de producti,on d’électricité. » Le projet concerne les trois sites du Groupe implanté à Chinon, Blayais et Bugey. Marie-Anne David, technicienne de parcours de formation et Nathalie Blanc-Guillermin, chargée de mission relations employeurs à Handicapemploi se rendent alors sur le site de Bugey. « Les responsables nous ont présenté les différents métiers et expliqué les contraintes liées aux postes. Les candidats devaient avoir une connaissance de l’électricité, un savoir être et surtout, une motivation pour intégrer l’entreprise. » Un groupe de neuf personnes, reconnues travailleurs handicapés, est constitué. « Nous les avons réunies en janvier au sein de l’entreprise pour une information collective en présence du responsable de l’antenne, du directeur des ressources humaines et du responsable d’exploitation. À l’issue de la journée, un entretien leur est proposé. » Deux candidats se retirent. Un groupe de sept hommes est alors constitué, âgés de 35 à 52 ans, présentant des déficiences motrices ou maladies invalidantes. Tous sont demandeurs d’emploi, certains de très longue durée. Puis une formation en logistique nucléaire, rémunérée, est mise en œuvre le 2 mars 2009 par l’établissement de formation de l’entreprise, passage obligatoire. Elle se déroule jusqu’au 28 avril. L’Agefiph participe au cofinancement du dispositif de formation.

Aux termes de la formation, à laquelle participent au niveau national vingt-et-une personnes, chacun des candidats reçoit une attestation de formation. Au final, ce sont sept candidats qui sont embauchés en contrat à durée déterminée de six mois jusqu’au 4 novembre 2009 (trois sur Chinon, un sur Blayais et trois sur Bugey). Des contrats à durée indéterminée sont en cours de négociation. « Nous avons passé l’ensemble des habiletés nucléaires nécessaires ainsi que certaines licences caristes, reconnues par le secteur professionnel, confient Jaouad Ouafi et Pierre Paoli. Nous avions tous une expérience professionnelle dans des domaines différents, entre 15 et 35 années de travail et d’heures de vol ! Nous avons tous réussi nos stages, des reconnaissances sérieuses et officielles. Preuve que si nous avons des problèmes au niveau physique, nous avons aussi des capacités. L’entreprise était certaine au final que nous avions été bien formés. » « En termes d’intégration, c’est une réussite, atteste Pascal Grosjean. L’initiative nous a permis de trouver les personnes compétentes qui ont pu s’intégrer dans nos équipes. L’expérience sera certainement renouvelée sur d’autres sites en 2010. »
Tugdual Ruellan

Coordination
Cap emploi, interface permanente entre les partenaires
Les Cap Emploi des trois départements concernés (Ain, Indre-et-Loire et Gironde) ont transmis les CV de candidats à Techman Industrie. Pour Marie-Anne David et Nathalie Blanc-Guillermin, Cap Emploi, « il a fallu, tout au long du dispositif, être très présent et réactif. Nous sommes fréquemment intervenues pour le montage et le suivi des dossiers afin d’assurer une rémunération aux stagiaires via le Cnasea. » Le domaine du nucléaire nécessite, au-delà d’une validation médicale classique par la médecine du travail, des examens complémentaires, notamment sanguins et ophtalmologiques. : « Nous étions en permanence l’interface entre les personnes, le centre de formation et l’entreprise et sommes restées présentes pour accompagner les personnes. Certaines étaient demandeurs d’emploi, indemnisées par Pôle emploi, d’autres n’étaient pas indemnisées. À partir du statut de chaque personne, nous avons monté le dossier de formation et recherché le financement le plus adapté. Avec cette demande de l’entreprise Techman Industrie, nous avons pu réaliser un montage collectif avec l’assurance au final de pouvoir embaucher les personnes. Le coût de ce type de formations est généralement élevé et difficilement finançable. C’est un plus dans le parcours professionnel des candidats.»

Moyens
Un montage financier original « Pour le financement de la formation, explique Laurence Garnier de l’Agefiph, nous avons établi, une convention individuelle avec Pôle Emploi et des contrats de formations individuelles cofinancés par l’Agefiph. » La région Rhône-Alpes a également contribué au financement du dispositif par le biais de Cared, contrats d’aide et de retour à l’emploi durable : « Il s’agit d’une des vingt mesures retenues dans le Plan régional pour l’emploi, adopté en novembre 2004. Adaptable aux réalités du terrain, elle a pour objectif de favoriser l’accès de publics en difficultés à des emplois disponibles avec une insertion durable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *