L’amateur de marine, Jean Le Bot n’est plus

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - voile

2010.03.05.Jean_Le_Bot___Jean-Luc_Blaise__13_reduit.JPGJean-Luc Blaise était en train d’écrire un ouvrage avec Jean Le Bot sur les pilotes de Saint-Malo, à paraître très prochainement. Mais Jean Le Bot, père du patrimoine maritime en Bretagne, est décédé le week-end dernier. Il a tenu à témoigner sur ce blog son émotion : « Un grand amateur de marine vient d’appareiller pour l’ultime traversée. Le Professeur Jean Le Bot est décédé ce week-end. Les amoureux de la conservation du patrimoine maritime perdent un pionnier, Saint-Malo un ami.

Photos : Jean-Luc Blaise et Jean Le Bot le 5 mars 2010 (Tugdual Ruellan)

Sans son travail de collectage, sans ses relevés rigoureux et précis, sans les énergies qu’il a su mobiliser, les voiles des bisquines ne seraient pas réapparues en Manche, ni la chippe à Saint-Suliac, ni le Grand Léjon au Légué. Son ouvrage « La bisquine à Cancale et à Granville » est « la » référence : « Après y avoir eu recours pour la reconstruction des bateaux, on consulte encore le « Le Bot » pour vérifier tel détail de gréement » témoigne un membre actif d’une association de vieux gréements. Jean Le Bot aimait dire « J’ai enfermé dans les pages d’un livre tout ce qu’il m’avait été possible d’apprendre sur ce bateau, cette bisquine qui me tenait tant à cœur.» Cette phrase résume l’ambition permanente de ce chercheur opiniâtre : l’exhaustivité. Cette volonté de traiter un sujet dans le moindre détail se retrouve dans la somme que représentent les 250 pages qui constituent « Les bateaux des côtes de la Bretagne Nord aux derniers jours de la voile. » La typologie des bateaux de travail y est traitée avec justesse. À la manière d’un ethnologue, à l’appui des mots il proposait souvent un dessin. Dans une récente livraison pour un ouvrage en cours, il écrivait : « J’ai trouvé cette planche plus plaisante pour le lecteur que du texte technique.»

Son envie de faire comprendre, d’expliquer, de transmettre était le moteur de ses ouvrages et de ses nombreux articles. La force du témoignage se retrouvait aussi dans la minutie de ses maquettes et de ses dessins. D’ailleurs, dans sa chambre d’hôpital, il travaillait encore à retoucher un dessin destiné à l’ouvrage écrit en collaboration avec Jean-Luc Blaise, à paraître prochainement aux éditions Cristel de Saint-Malo. Ce scientifique, professeur d’université à la faculté des sciences, ayant consacré une partie de sa vie à l’enseignement, à la recherche et aux publications scientifiques, était très fier de sa carte de visite portant sa qualité d’ « amateur de marine ». Continuons ce qu’il a su initier, c’est notre mémoire collective qui est en jeu ! »

Jean Le Bot, père du pop-pop

C’est aussi Jean Le Bot qui avait redonné ses lettres de noblesse au pop-pop, ce petit bateau jouet mû grâce à l’action d’une bougie. A DECOUVRIR…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *