Le n°3 du magazine de Pipriac Communauté vient de paraître

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - PUBLICATIONS (presse institutionnelle)

2010.06.Pipriac_Communaute.jpgLe troisième numéro de Pipriac Communauté vient de paraître, publication pilotée par la Commission communication de la communauté de communes sous la responsabilité de son président, Laurent Collot. Au sommaire, le point sur le développement économique, culturel, touristique, evironnemental et cadre de vie, aménagement du territoire, services à la population.

Magazine Pipriac Communauté n°3 – juin 2010
SITE INTERNET : www.pipriac-communaute.fr
Responsable de la publication : Laurent Collot
Rédaction : Tugdual Ruellan
Conception graphique : Izatis communication à Questembert
Imprimerie Pierre
magazine téléchargeable en cliquant sur l’image

Laurent Collot, Président de Pipriac communauté
« L’année 2009, et peut-être plus encore l’année 2010, sont des années de crise révélatrices de changement de nos modes de consommation. Nos façons de vivre et de travaiiier s’en ressentent profondément et seront durablement modifiées. Un sujet d’actualité qui nous concerne tous en milieu rural : la difficulté rencontrée pour attirer de nouveaux jeunes médecins qui viennent remplacer ies praticiens aspirant à une retraite bien méritée ou qui sont obiigés, pour des raisons personneiles, de quitter leur cabinet.
Il y a quelques mois, les élus communautaires ont décidé., en association avec les professionnels de santé, de construire à Pipriac et Sixt-sur-Aff une maison de santé pour regrouper les praticiens, rendre un service aux patients plus efficace et par ià même, offrir aux jeunes médecins la possibilité d’exercer au sein d’une structure adaptée avec une équipe de collègues motivés. Ces deux infrastructures verront le jour fin 2011 mais entre la surcharge de travail et le départ de certains praticiens cet été, nous sommes amenés à travailler avec un cabinet de conseil en recrutement chargé de nous présenter des candidats Français ou Européens. Je souhaite que nous puissions trouver une solution à ce déficit qui devient préjudiciable pour tous d’ici à l’automne.
Courant juillet, vous verrez la naissance du site internet qui permettra à tout à chacun de trouver les informations qu’ils souhaitent en matière d’activités économiques, culturelles, sportives, de services publics. Le site permettra également de mettre en valeur notre territoire pour les touristes qui ne manqueront pas de venir visiter nos communes. Je vous souhaite de bonnes vacances d’été en famille ou entre amis. »

Sommaire
Environnement et cadre de vie, p.3
Budget, p. 4 et 5
Développement économique, p. 6 à 8
Culture et tourisme, p.9
Dossier : bien-être et santé, p. 10 et 11
Services à la population, aménagement du territoire, communication, p. 12 et 13
Arrêt sur image, p. 14 et 15
Portraits, p. 16 Associations (cuisine, oenologie, art floral), p. 17 et 18
Agenda, p. 19 et 20.

Les peintures de Jean-Gérard Sabot exposées dans le monde

PIPRIAC.Jean-Gerard_Sabot__6__-_Copie.JPGJean-Gérard Sabot commence à peindre en 1970. Depuis, le pinceau ne l’a pas quitté. Osaka, New York, Tahiti, Londres… Au hasard des rencontres, ses réalisations sillonnent la planète…

Il y a ces peintures figuratives, ces représentations de paysages ou de monuments. Il y a aussi ces rêves fantastiques, ces associations surprenantes à la Dali…. Jean-Gérard Sabot peint l’inspiration du moment. C’est selon… Tout le temps, un peu partout mais le plus souvent au beau milieu du salon. « J’associe des idées, des images. À partir du réel, j’ajoute des fantaisies. Autour d’une maison, un arbre s’enroule : ce sont mes racines bretonnes. À Venise, des masques surgissent du carnaval del Arte. » Jean-Gérard Sabot est né à Redon en 1945. Il commence à peindre à l’âge de 25 ans. Il s’oriente vers la comptabilité et trouve un emploi aux Ponts et Chaussées du Morbihan : « Je m’occupais d’abord des salaires puis plus tard, des permis de construire. Jamais de dessin au travail ! » Il prend alors des cours de dessin par correspondance puis à l’atelier d’art de Redon. En 2005, alors qu’il vient de prendre sa retraite, il lance un atelier d’art à Sixt-sur-Aff dont il est le président, Sixt Créatif : « Une dizaine d’élèves y participent tous les vendredis soir. Éliane Robin et moi-même les accompagnons pour de la peinture à l’acrylique, du pastel ou de l’encre de Chine. » Plusieurs de ses tableaux sont exposés dans différents pays du monde à New York aux Etats-Unis ou à Osaka au Japon grâce à une rencontre avec la fille du peintre Paul Gauguin. « J’ai vendu plusieurs tableaux dont certains se trouvent aujourd’hui chez des particuliers à New York, en Angleterre, en Irlande, en Allemagne, en Hollande… » Jean-Gérard Sabot propose cette année une rétrospective de quarante années de peinture en octobre à la médiathèque de Sixt-sur-Aff.

Kevin Delannée reconnu meilleur apprenti de France

2010.04.15.Et_Gauvin-St-Ganton__6__-_Copie.JPGKevin Delannée, 18 ans, originaire de Pipriac, a été reconnu meilleur apprenti de France. Il est depuis ouvrier chez Augustin Gauvin, gérant de l’entreprise BODIGUEL GAUVIN, menuiserie à Saint-Ganton.

Kevin n’en revient toujours pas. Sa réalisation, un départ d’escalier en chêne et frêne, a d’abord été présentée à Fougères au centre du bois pour le concours départemental avant d’être sélectionnée au niveau régional. Elle a finalement été présentée à Marseille puis à Paris : « J’ai eu la surprise d’apprendre que je remportais le premier prix au niveau national. Je ne m’y attendais pas et j’étais plutôt fier. La pièce aujourd’hui est revenue chez mes parents. » Kevin Delannée a suivi sa scolarité à Pipriac puis à la Maison familiale rurale de Bœuvres à Messac : « J’ai eu alors l’occasion d’effectuer plusieurs stages dans l’entreprise BODIGUEL GAUVIN à Saint-Ganton et j’ai souhaité me lancer dans les métiers du bois par l’apprentissage. » Kevin entre alors par alternance en BEP « bois et matériaux associés » au centre de formation de Saint-Grégoire et obtient son examen en juin 2009. Sans hésiter, Augustin Gauvin l’invite à rejoindre son équipe : « Nous proposons menuiserie, travaux à façon et travaux divers, pose d’huisseries, aménagements de combles, un peu de charpente principalement pour des particuliers et des architectes. L’entreprise emploie six ouvriers, un métreur et une secrétaire. Je suis passé par l’apprentissage et il y a toujours un apprenti chez nous, ça fait partie de la politique de la maison. C’est eux qui demain nous remplaceront. Tous les ouvriers qui travaillent ici ont d’abord été apprentis dans l’entreprise. »

Photo : Augustin Gauvin et deux de ses ouvriers, Kevin Delannée et Jérôme Legentil, devant une partie d’une porte d’église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *