Les ESAT : lieux d’ingénierie et d’innovation sociale – Premières Assises interrégionales « Différent & Compétent » les 7 et 8 octobre 2010

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2004.05.09.Dif_et_Comp.Renee.Mabilais.11.JPGLes ESAT : lieux d’ingénierie et d’innovation sociale
Vers un mouvement de Reconnaissance – Formation tout au long de la Vie et Employabilité
Le collectif « Différent & Compétent » organise ses premières Assises à Chartres (Eure-et-Loir) les 7 et 8 octobre 2010. Le dispositif compte aujourd’hui 9 pôles territoriaux, 160 esat, établissements et services d’aide par le travail (15.000 travailleurs handicapés représentant 10% des effectifs en France). L’objectif de ces deux journées est d’éclairer le concept de « Reconnaissance » à travers l’expérience des établissements mais aussi par une approche sociologique, philosophique et pédagogique. Les échanges permettront à chacun d’apporter sa perception de la démarche de reconnaissance des compétences. Ces travaux participeront à la déclinaison et à la cohérence du développement du dispositif dans les différentes régions.

Assises interrégionales – Chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir – 10, rue Dieudonné-Costes – 28000 CHARTRES
Frais d’inscription : 95 € forfaitaire par personne pour les 2 journées (repas du midi compris)
Règlement par chèque à l’ordre de l’ARESAT à l’adresse suivante : ESAT L’Essor – 9, rue de la Butte Celtique – 28300 LEVES
Coordination : Vincent Thélu : 06 76 80 51 15 – courriel : vincent_thelu@orange.fr
Communication : Tugdual Ruellan – 02 99 91 33 16 ou 06 75 23 40 24
PROGRAMME A TELECHARGER EN CLIQUANT SUR CE LIEN
DOSSIER DE PRESSE A TELECHARGER EN CLIQUANT SUR CE LIEN
PLAQUETTE A TELECHARGER EN CLIQUANT SUR CE LIEN

logo-Dif_et_Comp-reduit.jpgPremières Assises interrrégionales « Différent & Compétent »

2010.10.07_08.Assises_Dif_Comp-T_Ruellan__94_.JPG__

Le dispositif « Différent et compétent » est né en Bretagne à la suite du projet européen financé par Equal. Il ne cesse depuis d’évoluer, de s’enrichir et d’essaimer dans diverses régions de France, porté par des professionnels passionnés et convaincus. Les premières assises interrégionales du dispositif se tiendront les 7 et 8 octobre à Chartres. Explications avec Vincent Thélu, chargé d’insertion et de la promotion du travail protégé pour les 5 Esat de l’Adapei d’Eure-et-Loir, coordinateur des assises interrégionales…__

Comment s’organisent ces premières assises du dispositif « Différent et compétent ? »
Le but est de réunir les différents acteurs du dispositif pour échanger sur nos pratiques mais aussi favoriser la déclinaison et la cohérence à travers le territoire, conformément aux valeurs qui nous animent. Au cours de ces deux journées, se succéderont témoignages, retours d’expérience, échanges de pratiques entre travailleurs handicapés, représentants des établissements, élus, chercheurs, représentants des services de l’État et organisations institutionnelles. Nous remettrons également des attestations de compétences à 20 travailleurs handicapés de la région Centre. Au cours des ateliers, nous proposons de réfléchir autour de thématiques : l’organisation apprenante, le parcours de l’usager, l’insertion, la posture du moniteur, les modalités du jury, le portefeuille de compétences, la formation, la conciliation de la production et l’évolution de la personne.

Selon vous, quel est l’intérêt du dispositif pour le travailleur handicapé ?
Le dispositif vise avant tout la reconnaissance d’un parcours professionnel, dans une logique de formation tout au long de la vie. Il est conçu dans une dynamique de reconnaissance de compétences et non dans la validation des acquis de l’expérience. Le dispositif est aujourd’hui reconnu par les acteurs économiques et branches professionnelles, construit autour de référentiels de droit commun. Le jury est d’ailleurs composé de professionnels de l’entreprise et de l’éducation nationale. Le dispositif participe à la construction et à la valorisation de l’identité professionnelle du travailleur handicapé. Contrairement à un examen, il n’y a pas ici de notion d’échec. La personne s’exprime à partir de ce qu’elle sait faire. Elle n’est pas piégée par ce qu’elle ne sait pas faire. À terme, la reconnaissance des compétences favorise l’insertion professionnelle en milieu ordinaire. C’est aussi une reconnaissance sociale. Le dispositif s’adapte à tous les travailleurs handicapés quelles que soient leurs compétences. Tout le monde sait faire quelque chose ! Dès lors que l’on est capable d’identifier ces compétences, on peut aussi envisager le transfert de compétences d’une activité à une autre.

Pour le moniteur ?
Le dispositif crée une dynamique dans l’organisation. Le risque, pour le professionnel, est de s’être installé dans une routine. Les échanges entre professionnels de structures différentes amènent une ouverture d’esprit. Ensemble, ils partagent leur réflexion, leurs bonnes pratiques. Le moniteur remet en cause ses modalités d’accompagnement, cherche à faire en sorte que l’organisation soit toujours apprenante. Ainsi, cette organisation favoriser l’élaboration du projet professionnel de la personne en se basant sur l’acte d’exécution au plus près du poste de travail. C’est une autre vision apportée à l’accompagnement de la personne. Le moniteur est totalement impliqué et responsabilisé à travers ce qu’exprime le travailleur handicapé. Il devient « agent de professionnalisation ».

Pour l’établissement ?
Un réseau est en train de se constituer entre les structures de travail protégé ; une réflexion partagée se construit entre les acteurs d’établissements médico-sociaux. Nous pouvons ainsi mieux nous positionner face aux Agences régionales de santé (ARS) et affirmer nos projets. Le dispositif permet à l’établissement de se mettre en conformité avec le décret du 20 mai 2009 qu’il a d’ailleurs contribué à faire évoluer. C’est une clé d’articulation entre la dimension économique et sociale de l’établissement. L’instauration du dispositif fait partie intégrante du projet d’établissement. C’est un outil d’accompagnement du changement qui peut permettre d’envisager des reconversions ou de développer d’autres activités. Contrairement à divers outils de démarche que nous avons déjà eu l’occasion d’expérimenter, ce dispositif est évolutif ; on peut le faire vivre dans la durée. La personne s’engage dans un parcours d’évolution sur le long terme.

Pour l’entreprise de milieu ordinaire ?
Le dispositif est construit sur le référentiel de droit commun, le même que celui sur lequel s’appuie les entreprises de milieu ordinaire. Nous parlons le même langage. L’identité professionnelle du travailleur handicapé offre une meilleure lisibilité des compétences. Le dispositif offre une autre vision du handicap, plus professionnelle. Trop souvent, l’entreprise n’imagine pas la richesse des potentialités des savoir-faire et compétences des personnes. La tenue de ces assises à la Chambre d’Agriculture d’Eure et Loir est pour nous symbolique et témoigne de cette intégration. Nous donnons l’image d’un secteur qui innove, sait interroger ses pratiques et remettre en question son mode de fonctionnement.

Propos recueillis par Tugdual Ruellan.

PROGRAMME
Conférences
La Reconnaissance du point de vue du Sociologue
« Le mot Reconnaissance est en passe de devenir le dénominateur commun de la plupart des plaintes et des luttes sociales » F. Dubet 2006
La Reconnaissance du point de vue du Philosophe
« La Reconnaissance est du côté de la considération, du respect ; elle s’oppose au mépris» A. Honneth – 2000… On comprend mieux dès lors que …« La reconnaissance n’est pas seulement une politesse qu’on fait aux gens, c’est un besoin vital » C.Taylor 1997.

Tables rondes
Expertises, Témoignages, Questionnements.
Développer des logiques de Reconnaissance pour Tous
Elles sont déployées différemment suivant les politiques, les territoires et les organisations…
C’est la volonté de croiser : le collectif, l’individuel, l’équité, l’accessibilité, la performance…
La Reconnaissance des Compétences une dynamique de mouvement
A la fois reconnaître la personne et lui permettre de donner du sens au mouvement…
C’est déclencher une dynamique de parcours irriguée par la conscience de soi, la confiance en soi…

Ateliers
L’organisation apprenante (n°1)
Une organisation qui positionne chacun à une place où il est dans une posture de progression, qui implique une remise en cause quotidienne… Utopie ou réalité ?

Le parcours du travailleur handicapé (n°2)
Des temps d’assimilation et d’accommodation, une construction progressive qui alterne le collectif et l’individuel… À qui appartient le parcours ?

La posture d’accompagnateur (n°3)
Agent de Professionnalisation : vers une Gestion Prévisionnelle et Préventive de l’Emploi et des Compétences.
Force de proposition vers la personne et les organisations ?

Le temps de la reconnaissance (n°4)
Montrer, dire, écrire … ce que nous connaissons … c’est apprendre de notre expérience.
La reconnaissance : temps d’apprentissage et/ou temps de validation ? Y-a-t’il formation sans reconnaissance ?

Le portefeuille de compétences (n°5)
Pas seulement un document mais le produit d’un processus d’identification.
Comment le mettre réellement au service de la personne ?

Le dossier type 2 : abstrait (n°6)
Proposition de réécriture du dossier type 2 par les Travailleurs Handicapés… Un langage commun de progression… Quels mots, quelles consignes pour se comprendre ?

Les modalités du jury (n°7)
Rendre accessible la Reconnaissance à tous moments du parcours, s’inscrire dans la Zone Proximale de Développement de chacun en respectant un cadre. La personne au service des modalités ou un dispositif au service de la personne ?

La formation (n°8)
Apprendre à apprendre, apprendre de son expérience, faire de son expérience un objet de pensée…
Un enjeu : inscrire simultanément nos apprentissages dans le respect et la temporalité des personnes et des collectifs ?

L’insertion/Mobilité (n°9)
Accompagner le passage des Travailleurs vers les entreprises, à la recherche d’une insertion citoyenne et durable sur les territoires. L’insertion n’est-elle pas d’abord mobilité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *