Les pilotes et le pilotage dans la baie intéressent Le Propeller Club de Saint-Malo

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - voile

Cahier_signaux.jpgLe Propeller Club de Saint-Malo s’intéresse aux pilotes et au pilotage dans la baie de Saint-Malo au temps de la marine à voile, entre 1832 et1940. Explications avec Jean-Luc Blaise, ethnologue, qui vient de faire paraître avec Jean Le Bot, « amateur de marine » « Histoire de marins d’exception – Pilotes et pilotage en baie de Saint-Malo au temps de la voile » (éditions Cristel), avec la collaboration de Marcel Choyer et Yves Thomas : « Lieu de rencontre depuis 1988, le Propeller Club de Saint-Malo réunit des hommes et des femmes responsables du secteur portuaire et maritime. Ils interviennent dans le transport maritime, dans le commerce international, dans la pêche ou la plaisance, ou bien dans la réparation navale. Ils sont aussi pilotes, capitaine au long cours ou enseignent à l’Ecole Nationale de Marine Marchande, beaucoup sont plaisanciers férus de navigation. Pierre Y. Brochand, président fondateur rappelle que « ce réseau de clubs plonge ses racines aux Etats-Unis en 1927. Les Popeller Club of United States avaient alors pour but principal la défense et la promotion de la marine marchande américaine. Actuellement, les membres du Propeller Club sont environ 19 000 à travers le monde, sur tous les continents. »

voir article : l’amateur de marine Jean Le Bot n’est plus
voir article : Jean–Luc Blaise dévoile à Saint-Malo « Le Cahier du pilote »
voir article sur Agence Bretagne Presse (Tugdual Ruellan)

Logo_Propeller.jpgUne fois par mois, lors d’une réunion dînatoire, des intervenants invités ou membres du Club, abordent des sujets spécialisés ou d’intérêt général, mais toujours en lien avec le domaine Maritime. Cette fois, le Président Yves Thomas proposait un détour par l’histoire en conviant Jean-Luc Blaise, docteur en anthropologie qui vient de publier avec le Professeur Jean Le Bot le premier ouvrage consacré aux Pilotes & pilotage dans la baie de Saint-Malo au temps de la marine à voile. C’est en rappelant un dramatique naufrage que l’orateur a pris la parole, date anniversaire oblige : « En effet, le 11 septembre 1885, le bateau pilote L’Union sombrait dans la baie, avec son équipage. L’émotion fut très forte dans la ville et la solidarité s’organisa autour des pilotes et des familles. Plus de 2000 personnes accompagnaient les dépouilles des deux seules victimes que la mer avait rendues. »

Pour Jean-Luc Blaise, « le pilotage est un maillon indispensable du développement maritime de notre cité depuis 1832 ». En illustrant constamment son propos de photos et d’anecdotes. On apprit ainsi que parmi les premiers pilotes recrutés en 1832 il y avait un ancien novice du Renard, cotre corsaire de Robert Surcouf. D’ailleurs ces premiers pilotes gardaient parfois des habitudes de la course. Il est vrai que les pilotes « coursaient » aussi les navires, non point pour s’en saisir mais pour les servir. Leurs forts caractères les amenaient parfois à faire des séjours à la Tour Solidor, la prison maritime de l’époque. Ces marins d’exception, au métier rude, eurent de multiples fois des comportements exemplaires et leurs sauvetages furent nombreux. Un long temps d’échanges prolongea la soirée. Il est vrai que Jean-Luc Blaise avait amené un fac-similé du cahier de pilotage de son arrière-grand-père, Alexandre Dubois, lui-même pilote de St-Cast et de St-Malo à la fin du XIXème, début XXème siècle. Les discussions allaient bon train autour de ce recueil d’informations et de notes sur la navigation en baie de St-Malo : écueils, basse, relèvement, passages, mouillages. On vit sur la table certains verres et certaines salières symboliser tel ou tel alignement !

Et puis, la mémoire de l’histoire conduisant au présent, des questions allèrent vers Éric Geille, invité à cette soirée et responsable de la Station de pilotage de Saint-Malo. Une fois encore le rapprochement des acteurs du monde maritime était à l’œuvre. Le Popeller–Club de Saint-Malo est un lieu vivant d’échanges et de concertation, dans la convivialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *