A Saint-Jacques-de-la-Lande : la cuisine française côtoie les saveurs orientales

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - vie locale

2010.06.Jacquo-UNE.jpgSt-Jacques-de-la-Lande (35)
Au sommaire, entre autres, du magazine de Saint-Jacques-de-la-Lande de juin 2010 :

  • Des projets pour les jeunes à la veille des vacances
  • Libre aménagé dans les écoles
  • La gaule jacquolandine organise son concours de pêche
  • La cuisine française côtoie les saveurs orientales

articles parus dans Le Jacquolandin n°263, juin 2010
Directeur de la publication : Emmanuel Couet
Rédaction : Tugdual Ruellan
Réalisation et photos : Christian Reland
articles téléchargeables en cliquant sur la photo

Des projets pour les jeunes à la veille des vacances

Projets jeunes, autofinancement, opération sac à dos et prévention routière… les projets ne manquent pas au Centre de la Lande. Présentation avec David Carbonnel, animateur jeunesse.

Vous avez entre 16 et 23 ans et un projet de vacances. Le Centre de la Lande, avec la caisse d’allocations familiales, vous offre la possibilité de bénéficier d’un sac à dos : « A l’intérieur, on trouve un sac de couchage, des chèques vacances et loisirs, des tickets restaurant pour une valeur de 130 €. Les jeunes peuvent ainsi partir en vacances en autonomie. Nous les accompagnons pour construire leur projet. Nous pouvons aussi les aider par un prêt de matériel. » D’autres aides de vacances sont possibles avec par exemple le Centre régional d’information jeunesse Bretagne.

Autofinancement
Le Centre de la Lande offre aussi la possibilité de bénéficier de l’argent collecté lors de différentes actions locales : « Il peut s’agir de la fête du pain mais aussi d’actions organisées par les jeunes eux-mêmes comme une cafétéria, la vente de paniers garnis… Le compte est géré par le Centre de la lande et disponible pour toutes sortes de projets gérés par les jeunes eux-mêmes. » Il est possible aussi de s’organiser à plusieurs autour d’un projet. Ainsi durant les fêtes de fin d’année, les jeunes ont organisé une opération paquets-cadeaux pour financer un projet de vacances. « Nous envisageons l’an prochain d’organiser un loto qui serait entièrement autogéré. » Tous les ans, en partenariat avec le collège, le Centre de la Lande propose un site d’expression sur lequel chacun fait part de son coup de gueule ou de son coup de cœur. « Après le projet radio, nous lançons cette année une action autour de la prévention routière pour sensibiliser au respect du code de la route. » Une rencontre est prévue le 11 septembre, ferme de la Morinais, avec exposition et interventions d’experts. En amont, un concours intercommunal de caisses à savon est proposé avec une première course le 12 juin.
TR
Contact : PIJ Epi Condorcet – tél 02 99 35 36 16.

Libre aménagé dans les écoles

Dans le cadre du Contrat éducatif local financé par la ville, le Centre de la Lande coordonne le périscolaire appelé « Libre Aménagé » avec l’Office des sports. « C’est, explique l’animatrice déléguée périscolaire, Véronique, la possibilité offerte aux enfants des trois écoles élémentaires et une école maternelle de la commune, déjeunant à la cantine, d’organiser librement leur temps de midi. Différents lieux sont aménagés afin de permettre aux enfants de participer à des ateliers manuels culturels ou sportifs. » Pour mieux comprendre ce que font vos enfants sur le temps du midi, le Centre de la Lande vous invite aux temps festifs pour découvrir les différents projets initiés par les animateurs référents et les animateurs d’atelier : film, bandes dessinées, marché des connaissances, jeux animeront les temps festifs.
Ecole Eugène Pottier le 24 juin de 17 h à 18 h 30 ; école de la Croix-Verte le 21 juin de 16 h 45 à 18 h 30 ; école Suzane-Lacore et Haut-Bois le 17 juin de 16 h 45 à 18 h 30 pour l’école élémentaire et le 15 juin de 16 h 45 à 18 h 30 pour les maternelles de grande section.

La gaule jacquolandine organise son concours de pêche

Les passionnés de pêche ont rendez-vous le samedi 12 juin pour le concours organisé par la Gaule jacquolandine. L’après-midi est réservé au concours de palets.

Les dix administrateurs de la Gaule jacquolandine s’activent. Tout doit être prêt pour accueillir comme il se doit, les passionnés de pêche invités à participer au concours du 12 juin. « L’association est née en 2001 et c’était la première association de pêche sur la commune, rappelle le président Marcel Pitois. Auparavant, on trouvait les cartes de pêche directement à la mairie. » Le groupe de copains a peu à peu fait des émules tant et si bien que la Gaule jacquolandine rassemble aujourd’hui quelque soixante-dix pêcheurs dont quelques femmes. Le concours commence dès 8 heures près du plan d’eau nommé le « Bas du camp » : « On le nomme ainsi car il est situé à côté du camp d’aviation, dans le bas de la piste ; c’est une ancienne carrière. » Une pause casse-croûte est proposée à 9 h 45. Le concours reprend à 10 h pour s’achever à 11 h 30. « Nous procédons alors à la pesée de chaque pêche et à la distribution des prix. Des lots et des coupes sont offerts quasiment à tous les participants ! » Après le repas, servi dans une ambiance des plus conviviales, commence le concours de palets : « Les amateurs nous connaissent bien et viennent de loin pour y participer. On voit de plus en plus de jeunes qui s’y mettent. » En fin de journée, un repas est servi à ceux qui le souhaitent (réservation obligatoire).

« On trouve de tout ! »
Chaque année, l’association de pêche approvisionne le plan d’eau en alevins : « Nous mettons à peu près pour 2000 € de poisson que nous faisons venir de piscicultures du Maine-et-Loire. Il se reproduit ici dans de bonnes conditions. » Originaire de la région de Dol-de-Bretagne, Marcel Pitois a toujours aimé pêcher, « en rivière… C’est plus plaisant. On trouve de tout dans le plan d’eau de Saint-Jacques : gardon, brochet, sandre, perche, black-bass, anguille. Certaines espèces, comme le sandre, se font un peu plus rares mais du poisson, il y en a toujours. En revanche, c’est le niveau de l’eau qui nous inquiète. Ces temps-ci, pour l’ouverture, il était très bas…. »
TR
Contact : Marcel Pitois – tél. : 02 99 31 87 10.

La cuisine française côtoie les saveurs orientales

Nacera et Merzouk Merakeb ont ouvert fin 2008 l’auberge Saint-Jacques. Ici, les saveurs orientales se mêlent chaque jour aux traditions de la cuisine française.

Pendant des décennies, la cuisine maghrébine s’est transmise oralement et sans doute y-a-t-il autant de recettes que de familles ! Mais le couscous de Nacera et Merzouk Merakeb, propriétaires de l’Auberge de Saint-Jacques depuis le 3 décembre 2008, est kabyle et se distingue assurément de celui des pays voisins : « Ce sont plein de petits détails qui font la différence, confie fièrement Nacera. Contrairement à d’autres, notre semoule n’est pas sucrée ; tous les ingrédients sont disposés côte à côte. Ainsi chacun fait son propre mélange. Le meilleur est le couscous royal : on rassemble toutes les viandes avec les cinq légumes.» La carte s’est vite étoffée d’autres spécialités orientales, préparées sur place par Merzouk, comme le tajine de poulet aux olives avec du citron confit, le tajine d’agneau aux pruneaux, aux abricots ou aux amandes grillées ou encore ces pâtisseries orientales faites maison qui se dégustent avec un thé à la menthe. L’Auberge Saint-Jacques se défend de ne proposer que des spécialités maghrébines. Chaque jour, sont au menu des plats de cuisine française traditionnelle : poissons frais, grillades de boeuf ou d’agneau, jambon grillé, brochettes marinées…

De la Kabylie à Saint-Jacques
Le couple a choisi d’ouvrir son restaurant après une expérience de plusieurs années dans la restauration. Ainsi, Merzouk Merakeb, a-t-il tenu avec son frère un restaurant en centre-ville à Rennes, après une formation dans la restauration. « J’ai une expérience dans le commerce, poursuit Nacera Merakeb. Nous sommes tous les deux originaires de Kabylie et nous avons décidé de venir vivre en France après nos études. Nous sommes arrivés à Rennes en 1999 et avons décidé de nous mettre à notre compte, en plein dans la crise économique. Heureusement, la clientèle est au rendez-vous ! » Leur restaurant offre quarante-cinq places avec une salle au rez-de-chaussée et une autre à l’étage de vingt-trois places, dédiée aux repas de famille ou déjeuners d’affaire. Chaque jour est proposé un menu ouvrier et un menu avec au choix, quatre entrées, quatre plats et quatre desserts.
TR

Auberge Saint-Jacques, 23 rue Jean Mermoz – Tél. : 02 99 31 79 46.
Ouvert du lundi au samedi, de 11 h 30 à 14 h 15 et de 19 h à 22 h ; le dimanche, de 12 h à 15 h. Couscous à emporter, midi et soir, tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *