Un CD de la chorale rennaise L’air de rien pour fêter ses dix années en chansons

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - musique

2010.12.L__air_de_rien-jaquette-UNE.jpgLa chorale « L’Air de Rien » est née à Rennes en mars 1998 : son équipe fondatrice avait l’ambition de « créer « une chorale d’amateurs, visant la détente et le loisir », un « lieu de chant ensemble où le mot « ensemble » soit aussi important que le mot « chant ». Avec des motivations diverses, la pratique vocale est toujours une construction de soi, en même temps qu’une découverte des autres. » Elle propose un CD de 22 chansons d’origines très diverses, à consommer sans modération…

Chorale L’Air de rien – IRTS Cs 44238
2. avenue du Bois-L’Abbé – 35042
Président : Jean-Luc Blaise
Bon de commande à télécharger en cliquant sur la photo
http://airderien35.free.fr/spip/

2010.12.L__air_de_rien-photo__2_.jpg« Au plaisir de faire du beau, de manière variée, entre amateurs de toutes voix et de toutes compétences, s’ajoute un intérêt pédagogique : celui de susciter et de former des chefs de choeur et chefs de pupitre qui aient aussi le goût de donner du plaisir au plus grand nombre. Avec un répertoire varié, « L’Air de Rien » fait découvrir les différentes facettes du chant choral : grand choeur, petits choeurs, choeurs à voix égales. Chaque quinzaine, dans le grand amphithéâtre de l’Institut Régional du Travail Social de Bretagne, le groupe réunit des amateurs de tous âges et de tous horizons, chanteurs débutants ou confirmés, en pupitres puis en grand choeur. Avec ses 150 à 200 choristes, il se produit en concert plusieurs fois par an et constitue l’un des choeurs les plus nombreux d’Ille-et-Vilaine. »

2010.12.L__air_de_rien-photo__3_.jpg

2010.12.L__air_de_rien-photo__4_.jpg

2010.12.L__air_de_rien-jaquette-photo__1_.jpg

Découvrir quelques extraits

Molène
M. Piolot / R. Algée

A Saint-Servan
Texte et musique : Jean-François Esmelin – harmonisation : Robert Tireau

1 A Saint-Servan lorsque le vent souffle en tempête,
au chaud dans un café du port
Les vieux marins rêvent encore
Ils rêvent au temps des voiliers blancs
Filant grand largue sur l’océan
Ils rêvent au temps où les bateaux mettaient le cap sur Santiago
Ils rêvent au temps où les hôtesses versaient à boire du vin blanc
A chaque escale, c’était la fête de Saint-Malo à Saint-Servan (bis)

2 Dans la journée, on entendait au long des grèves
Entendre le cœur des arsenaux
Au son des maillets, des marteaux
Et parfois quelques bâtiments vers le flot glissaient lentement
Tout décorés, tout pavoisés, la foule entière applaudissait
Les voiles se comptaient par cent sur la rivière de Dinan
Et les bateaux rentraient au port saluant la Tour Solidor.

Final
A Saint-Servan lorsque le vent souffle en tempête,
au chaud dans un café du port
Les vieux marins rêvent encore

Marie-Jeanne Gabrielle
Texte et musique : Louis Capart / A.E. Urvoy

Marie-Jeanne-Gabrielle
Entre la mer et le ciel
Battu par tous les vents
Au raz de l’Océan
Ton pays s’est endormi
Sur de belles légendes
Illuminant son histoire
Gravées dans la mémoire
Des femmes qui attendent
Les Marins d’Ile de Sein

1. Raconte-nous l’enfant que tu étais
Courant du sable fin aux galets
Parle-nous de ces jeunes gens
Sautant les Feux de la Saint-Jean
On pouvait croire au Paradis en ce pays
Chante-nous si tu t’en souviens
Pour passer le Raz de Sein
Le Cantique à Sainte-Marie
Qu’on ne chante qu’ici !

2. La peine et l’ennui, de l’automne à l’été
On ne vit qu’au rythme des marées
De la Naissance au grand Sommeil
Règne le flambeau de la Vieille
On mêle la cannelle
Au parfum des chandelles
On dira pour embarrasser
La mort : « Joie aux Trépassés »
Car sur cette terre fidèle
Les âmes vont au ciel

3. Quand le jour s’achève au-dessus de la grève
Sur la pierre écorchée de l’île
On croit voir au fond de la brume
Comme des feux qu’on allume
Ou la barque ensorcelée
Qui apparaît
Menaçante, elle vient jeter
La peur sur les naufragés
Et le noir habille la vie
Des femmes du pays

4. La vie a changé sur le court chemin
Du Néroth à Saint-Corentin
On ne reste plus très longtemps
Isolés du Continent
Même les Anciens ne reviennent
Qu’au printemps
Et la Mer a tourné le dos
Aux pêcheurs des temps nouveaux
Elle entraînera les marins
Loin de l’Ile de Sein

refrain
Marie-Jeanne-Gabrielle
Entre la mer et le ciel
Battu par tous les vents
Au raz de l’Océan
Ton pays s’est endormi
Il garde son histoire
Au plus profond des mémoires
Et l’on dit à Paris
Qu’il est beau le Pays
Des Marins d’Ile de Sein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *