Rémi Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande : « métallerie, soudure et ferronnerie, des métiers pleins d’avenir ! »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - vie locale

2011.01.Jacquo-UNE.jpgSt-Jacques-de-la-Lande (35)
Au sommaire, entre autres, du magazine de Saint-Jacques-de-la-Lande de janvier 2011 :

  • Trois mois pour découvrir et vivre l’Afrique
  • L’athlétisme de la Garnison rejoint l’OJS
  • Programmation de l’Aire libre : à consommer sans modération – interview de Jean Beaucé
  • Métallerie, soudure et ferronnerie, des métiers pleins d’avenir

articles parus dans Le Jacquolandin n°269, janvier 2011
Directeur de la publication : Emmanuel Couet
Rédaction : Tugdual Ruellan
Réalisation et photos : Christian Reland
articles téléchargeables en cliquant sur la photo

Trois mois pour découvrir et vivre l’Afrique

Du 27 janvier au 25 mars, le Centre de la Lande et plusieurs associations de la région rennaise proposent Trois mois avec l’Afrique de l’Ouest. Une invitation à la rencontre et aux échanges culturels.
Le coup d’envoi est donné le 27 janvier au Forum de l’Epi Condorcet. Le groupe Burkina de l’association Vivre aux Longs Champs à Rennes, l’association Burkina-Retiers, Pacé Solidarité, Teria de Chartres-de-Bretagne, l’association jacquolandine pour le maintien d’une agriculture paysanne, l’Epi Condorcet, la médiathèque et le Centre de la Lande proposent de multiples rencontres pour mieux connaître l’Afrique de l’Ouest, vibrer à ses créations culturelles, échanger sur des possibilités d’échanges et de soutien.

Des réflexions. Le 8 février, différents intervenants des associations et deux étudiants, Gecica du Burkina et Cédric du Togo, animent une table-ronde sur l’éducation ; on découvre « Ankougnon l’Africain », un reportage vidéo d’Alain Poirier et Philippe Poulain. Le 17 mars, les associations font part de leurs expériences sur l’humanitaire avec Sylvain Segal, chargé de mission au conseil général. Le 22 mars, l’Amap propose une soirée sur l’alimentation avec Bernard Jouan, vice président national d’Agro Sans Frontières, et Ardiouma Sirima, président de l’Union des Burkinabés du Grand Ouest et la projection du film ‘’Je mange donc je suis’’.

Des rencontres culturelles. Le 29 janvier, la Planète bulle est aux couleurs de l’Afrique à la médiathèque. Le 19 février, Issa Tchesso anime un dîner-concert. Le 24 février la Compagnie Toutouic propose Olélé, un spectacle réservé aux scolaires. Du 22 février au 15 mars, Aristide Tarnagda, auteur et comédien du Burkina-Faso, est accueilli par un collectif d’habitants dans chaque quartier pour des rencontres et ateliers d’écriture. En juillet il participe au projet Ciel dans la ville Afrique-France en partenariat avec l’Aire Libre et les Tombées de la Nuit.

Des projections. Le 3 février, projection du reportage sur le plateau Dogon et le Togo de Catherine Jeudy et Jean-Luc Jarousseau.

Des expositions. Durant tout le trimestre, on découvre à l’Epi et dans les quartiers, Mali au féminin du Musée de Bretagne, une exposition qui illustre l’engagement, individuel et collectif de la femme au Mali. Cinq stagiaires, en formation sanitaire et sociale, ont ramené de la région de M’Bour au Sénégal, des photos de « Métiers de femmes ». On pourra aussi découvrir tout au long du trimestre danses, atelier cuisine, atelier coiffure…
TR
Contact – Centre de la Lande – tél. 02 99 35 36 16 (programme complet).

L’athlétisme de la Garnison rejoint l’OJS

Le club athlétisme de la Garnison de Rennes vient de rejoindre l’Office jacquolandin des sports. Les jeunes intéressés par cette nouvelle pratique sportive sont les bienvenus.

La section athlétisme de la Garnison est bien connue à Saint-Jacques ; c’est elle qui, chaque année, organise les foulées jacquolandines en partenariat avec la municipalité et les associations. Elle vient de rejoindre l’OJS et ouvre grand ses portes aux jeunes et adolescents intéressés par cette nouvelle discipline sportive. « Nous sentons qu’il y a à Saint-Jacques et dans les quartiers proches de Rennes, de jeunes talents et des enfants très motivés. C’est un réel vivier d’athlètes, avoue, impressionné Michel Delhaye, responsable de la Garnison. Et le stade Allende est particulièrement agréable, éloigné des voies de circulation pour accueillir les jeunes en toute sécurité. » Une douzaine d’enfants, dont sept de Saint-Jacques, âgés de 8 à 16 ans, s’entraîne actuellement, chaque mercredi, de 14 h à 16 h au stade Allende. « Lancer, saut, course à pied… Nous proposons de faire découvrir l’athlétisme dans tous les domaines. Les jeunes peuvent venir deux ou trois séances pour observer. S’ils sont intéressés, nous pourrons les inscrire avec une autorisation parentale et un certificat médical. »

Des entraîneurs qualifiés
L’encadrement est assuré par le club sportif de la Garnison de Rennes en la personne de Joé Cideron, entraîneur fédéral épreuves combinées ; il est assisté de temps à autres par Jean-Yves Prados, diplômé N1 CHS course en stade, et de Yves Lunven, ancien coureur, bientôt connu à Saint-Jacques, qui n’hésite pas à venir prêter main forte pour encadrer les enfants. « Nous accueillons des jeunes qui souhaitent pratiquer l’athlétisme en loisir mais également ceux qui veulent se lancer dans la compétition. Ils doivent alors dans ce cas prendre une licence à la fédération française à laquelle le club est affilié. » La section pourra aussi accueillir les jeunes de 15 à 18 ans avec un entraînement les mardis et jeudis, de 17 h 15 à 18 h 30 à Bréquigny, assuré par Jacques Bracquemont, entraîneur fédéral, titulaire d’un brevet d’État et Joël Violle, entraîneur fédéral N3, le plus haut niveau des courses en stade qui est également le président de la section athlétisme du club sportif de la Garnison de Rennes.
TR
Renseignements : Joël Violle – tél. 06 61 86 99 46 ; Joé Cideron – tél. 06 31 25 33 28
Site : club.quomodo.com/csg-athle-rennes

Programmation de l’Aire libre : à consommer sans modération

L’Aire libre affiche pour ce premier semestre sa nouvelle programmation. Mode d’emploi avec Jean Beaucé…

Création et population… Qu’est-ce qui se cache derrière ce titre ?
C’est le nom du projet artistique et culturel donné dans le cadre d’une convention de trois ans avec l’État, le conseil régional, le conseil général et la ville. C’est notre volonté que l’Aire libre soit un lieu de travail pour des équipes artistiques et l’élaboration de projets ; un lieu de rencontre avec les habitants à partir d’œuvres contemporaines avec un équilibre entre des créations faites à Saint-Jacques et l’accueil de spectacles d’ailleurs.

De quelle manière sont associés les habitants ?
Nous poursuivons un travail de médiation à partir des œuvres avec le public, un secteur d’éducation artistique en direction des scolaires et des étudiants, à travers des ateliers, des stages, des parcours, des rencontres avec les spectacles proposés. C’est aussi un partenariat avec les associations, les services culturels et sociaux. C’est une collaboration avec la direction culturelle de la ville, l’Epi Condorcet, l’école de musique, la médiathèque, le Centre de la lande, le service jeunesse… Également un partenariat avec les Transmusicales, le TNB, le festival Mythos, les Tombées de la nuit.

On retrouve cette année les trois compagnies associées à l’Aire libre depuis 2008…
En janvier et février, on découvre Zone d’éducation prioritaire de Sonia Chiambretto, mis en scène par Benoît Bradel, un spectacle coproduit avec le CDDB-théâtre de Lorient. En février, Rachid Zanouda, ancien élève du TNB, nous propose La conquête du pôle sud de Manfred Karge, un spectacle créé à Saint-Jacques en 2006. En mars, place à la musique avec Matzik expérience, une création où le slam de Claire Laurent et le chant lyrique de Solenn Diguet rejoignent l’univers du trio Matzik de Matthieu Letournel.

Vous restez fidèle au festival Mythos…
Oui, avec quatre rendez-vous en avril : une création du conteur Nicolas Bonneau, Fait(s) divers, à la recherche de Jacques B. ; La Dingoterie d’Anne de Queiroz, du collectif Humanus Gruppo, à partir d’entretiens avec Françoise Dolto. En lien avec la médiathèque, la compagnie Tuchenn propose une lecture de la robe bleue de Michèle Desbordes. C’est aussi le retour d’Emma la clown, alias Meriem Menant avec Dieu est-elle une particule ? un spectacle qui tourne dans toute la France.
TR

En bref…
Avril : « On purge bébé, mais ne te promène donc pas toute nue » café-concert de Laurent Meininger ;
Mai : Top of the folk, musique sur trois jours de pop et de folk, association Clear ;
Juin : Conservatoire national de région dirigé par Daniel Dupont et les chantiers nomades, dirigés par Arlette Namiand et Jean Paul Wenzel ;
Juillet : Ciel dans la ville – France Afrique mis en scène par Alexandre Koutchevsky.

Métallerie, soudure et ferronnerie, des métiers pleins d’avenir

L’entreprise Crézé est spécialisée dans la métallerie, serrurerie, ferronnerie et agencement de décoration. Son responsable, Rémi Crézé, invite les jeunes à découvrir ce métier méconnu.

« Il y a tant de jeunes qui s’imaginent que le métier de serrurier, c’est uniquement faire des serrures et des clés, s’étonne Rémi Crézé. C’est pourtant tellement d’autres choses… » L’artisan, couturier du bâtiment, est passionné par le travail du métal, l’agencement des volutes et autres garde-corps… l’art de la belle ouvrage : « Voilà dix-sept ans que nous sommes installés à Saint-Jacques. L’entreprise, qui emploie une vingtaine d’ouvriers, a vu le jour à Rennes il y a cent dix sept ans ! » L’une de ses premières spécialités est la ferronnerie : « tout ce qui comporte la restauration du patrimoine comme le kiosque du Thabor, la ferronnerie d’agencement pour les particuliers pour des portes, du mobilier… » Il y a aussi la métallerie et la serrurerie courante, celle que l’on trouve dans le bâtiment pour les portails, rampes, auvents, marquises et autres verrières. Il y a enfin l’agencement avec le travail de métaux nobles comme l’acier, le laiton, le cuivre particulièrement prisés dans la décoration de maisons, de magasins ou de sièges d’entreprises. « Parmi les spécialités, citons aussi la mécano-soudure, la tôlerie ou l’inox. »

La voie royale de l’apprentissage
Chez Rémi Crézé, il y a toujours un ou plusieurs jeunes accueillis dans l’entreprise : « L’alternance est une voie royale pour apprendre un métier. Elle permet une confrontation d’idées qui favorise l’évolution, entre l’enseignement dispensé par le centre de formation et la pratique, concrète, acquise au sein de l’entreprise. Le jeune est directement confronté à la réalité d’une vie professionnelle, aux besoins de l’entreprise, à la réponse souhaitée par le client. » Le métier méconnu offre aussi de très nombreuses possibilités de promotion : « Tous nos dessinateurs sont issus du métier et ont évolué avec lui. » Visiblement, le secteur ne connaît pas la crise puisque les professionnels sont en recherche quasi permanente de main-d’œuvre qualifiée. « On ne peut aimer un métier que si on le connaît. Il ne faut donc pas hésiter à venir le découvrir, se renseigner pour découvrir l’importante diversité qu’il offre. ».
TR
Contact ; Entreprise Crézé
20 rue Jacqueline Auriol, zone industrielle Airland – tél. 02 99 65 41 00.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *