Le n°5 du magazine de Pipriac Communauté vient de paraître

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - PUBLICATIONS (presse institutionnelle)

2011.06.Pipriac-couverture.jpgLe cinquième numéro de Pipriac Communauté vient de paraître, publication pilotée par la Commission communication de la communauté de communes sous la responsabilité de son président, Laurent Collot. Au sommaire, le point sur le développement économique, culturel, touristique, environnemental et cadre de vie, aménagement du territoire, services à la population.

Magazine Pipriac Communauté n°5 – juin 2011
SITE INTERNET : www.pipriac-communaute.fr
Responsable de la publication : Laurent Collot
Rédaction : Cécile Bodin & Tugdual Ruellan
Conception graphique : Izatis communication à Questembert
Imprimerie Pierre
magazine téléchargeable en cliquant sur l’image

Edito

L’actualité de notre collectivité est marquée par les discussions qui ont vu le jour dans le cadre de la loi sur la réforme territoriale. Beaucoup d’entre vous ont eu une information succincte par voie de presse ces dernières semaines ne leur permettant pas de se faire une opinion claire sur le sujet et les enjeux. Dans ce débat sur lequel je reviendrai plus longuement dans ce numéro, deux axes majeurs ne doivent pas être perdus de vue : toute intercommunalité en devenir doit être basée sur un projet structurant partagé par tous et qui doit nous permettre de financer, à la fois des infrastructures et des services publics localement, or aujourd’hui, nous entendons beaucoup parler de redécoupage et de fusion mais point de projets ! Et donc, je pose la question, faire avec qui mais pour quoi faire ?

Et puis, nous devons rester fondamentalement attachés à l’échelon communal, gage de proximité avec le citoyen usager et contribuable. Nous vous avons déjà parlé des deux Maisons de santé qui vont voir le jour à Sixt-sur-Aff et Pipriac, cela va représenter un bel outil pour les professionnels au service de la population et nous permettre d’être plus attractifs pour de nouveaux jeunes médecins mais au-delà des moyens, j’attache une grande importance à ce que les professionnels privés et associatifs travaillent main dans la main et portent collectivement le projet de soins pour répondre au mieux aux attentes des patients. L’été est arrivé et je vous souhaite à tous de prendre du bon temps pendant ces périodes de vacances.

Laurent Collot, Président de Pipriac Communauté.

Sommaire

Réforme territoriale, ………………………………………………………………p. 3
Finances, …………………………………………………………………………….. P. 4
Développement économique, ………………………………………….. p. 5 et 6
Traitement des déchets, …………………………………………………………p. 7
Dossier environnement et cadre de vie :
SPANC et haies bocagères ………………………………………………. p. 8 et 9
Culture, ………………………………………………………………………………p. 12
Portraits, …………………………………………………………………………….p. 13
Arrêt sur image, …………………………………………………………………..p. 14
Agenda, …………………………………………………………………….. p. 15 et 16

Aurélie Greffier propose ses glaces de la ferme à Guipry

Aurélie Greffier a rejoint son conjoint, Jean-Philippe Briand, agriculteur à Guipry, et ouvert en septembre dernier sa petite entreprise de Glace de la ferme. Du producteur au consommateur… en direct !

2011.04.27.Glace_de_la_ferme-GUIPRY__8__-_Copie.JPG

Pendant une dizaine d’année, Aurélie Greffier se rend à Rennes à son travail depuis Guipry. Quarante minutes aller, quarante minutes retour : « Titulaire d’un BTS action commerciale, j’avais trouvé un emploi dans le secteur de l’électroménager au service achats, confie-t-elle. Mon conjoint, agriculteur, était seul à gérer l’exploitation et j’ai souhaité le rejoindre en créant ma propre activité. » C’est dans un journal agricole qu’elle découvre le concept hollandais de fabrication et vente de glaces à la ferme, exclusivement réservé aux agriculteurs. L’idée la séduit. Elle retourne alors se former, passe avec succès un diplôme agricole et s’installe comme jeune agricultrice.

Circuit court !

Jean-Philippe Briand a repris l’activité de sa mère et de son oncle et gère l’exploitation depuis 1999. Un petit bâtiment, situé en bordure de route, non loin de l’exploitation, fait l’affaire. Durant tout l’été, Aurélie et son conjoint travaillent d’arrache-pied pour rénover l’ancienne étable et dessiner la partie stockage, le magasin, le laboratoire et un bureau à l’étage. En septembre, tout est prêt. Aurélie commence la fabrication de ses glaces avec le lait dont elle dispose à volonté grâce au troupeau de trente-sept vaches. « J’ai bénéficié d’une aide logistique, de matériel mis à ma disposition et surtout, d’un cahier de plus de cinq cents recettes ! » La production démarre : crèmes glacées, à base de lait frais et crème, sorbets confectionnés à partir de produits frais, si possible locaux : « J’y ajoute des œufs pasteurisés, des arômes naturels et des sucres mais pas une goutte d’eau ! » Plus de quarante parfums sont aujourd’hui à la carte. Classiques comme la vanille de Madagascar, la fraise, la framboise ou le chocolat ; mais aussi plus originaux comme le pain d’épices, la châtaigne ou le foie gras en provenance de la ferme de Maure-de-Bretagne et encore ces crèmes glacées au réglisse ou à l’oignon. « Pour les fêtes, j’ai connu un grand succès avec la crème au caramel et beurre salé. » Aurélie propose aussi des desserts glacés, gâteaux individuels ou pour plusieurs personnes, bouchées gourmandes, verrines et autres bûches glacées pour les fêtes. L’activité se développe grâce au magasin de vente directe qu’elle ouvre au public deux jours par semaine. Aurélie assure aussi une livraison dans quelques points de vente des environs et des restaurateurs qui lui font confiance.

Contact : Glace de la ferme – Gravot, Guipry (à 2,5 km du bourg, en direction de Saint-Just)
06 99 46 63 14 (ouvert les vendredi et samedi, de 14 h 30 à 18 h06 99 46 36 14) – www.glacealaferme.e-monsite.com

Des veillées traditionnelles Chez Paulette à Pipriac

2011.04.15.Chez_Paulette__4__-_Copie.JPGUne fois par mois, chanteurs et musiciens du pays de Vilaine, se retrouvent au bar de chez Paulette à Pipriac. Place au chant traditionnel gallo. On apporte ses cahiers de chansons et la mémoire du peuple ressurgit dans la plus grande des convivialités. L’idée a été suggérée l’an passé par Albert Poulain et a depuis fait son chemin. « Des amis de Bréal-sous-Montfort et de Bovel nous rejoignent, explique Paulette. Chez les uns et les autres, nous échangeons nos souvenirs, nos chants de fêtes ou nos complaintes entendues auprès de nos parents et de nos grands-parents. Les jeunes n’hésitent pas à passer et pousser la chansonnette avec nous. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *