Une première en France : les personnes âgées ont leur parcours de santé à Saint-Jacut-les-Pins (Morbihan)

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - personnes âgées

2011.09.05.Parcours_sante__69_.JPGUn parcours d’activités santé seniors (Pass) a été mis en place, pour la première fois en France, à l’Ehpad de Saint-Jacut-les-Pins dans le Morbihan avec l’aide de bénévoles, avec la participation de la section travaux paysagers de l’Issat, lycée professionnel agricole de Saint-Jacut-les-Pins, sous la direction du docteur Michel Trégaro. Il était inauguré le 5 septembre par Roselyne Bachelot, ministre des solidarités et de la cohésion sociale. La journée se terminait par la remise de la médaille de Chevalier de la légion d’honneur à Yvette Année, vice-présidente du Conseil général du Morbihan et maire de Saint-Vincent-sur-Oust.

Contact : Michel Trégaro – michel.tregaro@drjscs.gouv.fr
www.bretagne.drjscs.gouv.fr
reportage : Tugdual Ruellan

Alain Hercouët, maire de Saint-Jacut-les-Pins

2011.09.05.Parcours_sante__32_.JPGC’est pour nous, habitants de Saint Jacut les Pins, un grand honneur de recevoir la visite d’une Ministre en exercice, à l’occasion de l’inauguration de ce Parcours Activité Santé Seniors. Vous êtes ici, Madame la Ministre, dans une commune de 1800 habitants avec 450 emplois dont une grande partie dépend de vos attributions. En effet, notre commune a une vocation d’assistance aux personnes, de soutien et de formation, initiée il y a deux siècles, par Angélique Lesourd, fondatrice de la communauté des soeurs de Saint Jacut. Cette importante congrégation, dont le rayonnement s’étend sur tous les continents, a façonné notre petit bourg. Elle est à l’origine de cet EPADH et d’un institut de formation conduisant du BAC à la Licence. Un IME, un ITEP et un ESAT complètent cette belle panoplie d’établissements. Tous se sont récemment rénovés, agrandis et modernisés, toujours à la recherche de l’excellence. C’est une nécessité. Le public évolue, ses besoins également. Leurs équipes dirigeantes dynamiques et efficaces ont aussi la chance d’avoir sur le canton la Vice-Présidente du Conseil Général chargée des affaires sociales, toujours prête à les aider.

2011.09.05.Parcours_sante__36_.JPGAujourd’hui est mis en valeur le travail de la Maison d’Accueil Angélique Lesourd. Il le mérite, et nous pouvons féliciter à cette occasion son conseil d’administration, son Directeur et les membres du personnel pour la qualité de l’accueil, de l’écoute et des soins qui sont apportés à chaque résident. C’est une maison que l’on perçoit ouverte sur l’extérieur, avec l’action des bénévoles, les liens avec les écoles, les animations. Il y a de la vie ici. Même si nous profitons d’un cadre naturel magnifique, notre commune est loin des axes de circulation. Voir ainsi nos établissements conforter leurs installations, et accomplir leur mission avec une excellente renommée, chacun dans leur domaine, contribue à nous rassurer dans cette période difficile. C’est une chance, dont nous mesurons évidemment les effets, en terme d’emplois durables et de services apportés localement. Madame la Ministre. Votre présence aujourd’hui met en lumière le travail de ces structures qui font l’originalité de la commune de Saint Jacut les pins. Aussi, au nom de ses habitants, je vous remercie très sincèrement de votre visite et je vous demanderai d’accepter en souvenir la médaille de notre commune. Votre collection doit être importante, mais vous conviendrez que celle-ci mérite d’y figurer.

Yves Dubost, président EHPAD

2011.09.05.Parcours_sante__39_.JPGLes Résidents. le Conseil d’administration, Monsieur le Directeur, le personnel, moi-même sommes très sensibles à votre présence à la Maison d’Accueil Angélique le Sourd. C’est en 1968 que la Congrégation des Soeurs du Sacré Coeur de Jésus. crée cet établissement afin d’y accueillir les parents âgés des religieuses ainsi que les personnes âgées du secteur dans la filiation de son charisme auprès des personnes. L’établissement compte alors 60 lits dont 12 médicalisés. Plus récemment lorsque la Maison s’est engagée dans une démarche de définition de son projet d’établissement, l’Association Saint Joseph a tenu à affirmer son attachement aux valeurs qui prévalurent à sa création soit : La présence et l’écoute, l’accueil. la qualité de vie et la qualité de soins pour les résidents. En novembre 2001 est signée la convention tripartite avec option tarif soin global: renouvellement de celle-ci en 2007 ce qui nous a permis de renforcer notre équipe et de nous entourer de nouvelles compétences professionnelles telles que ergothérapeute. diététicienne, aides médico psychologiques, psychologue, musicothérapeute, et plus récemment une psychomotricienne, ces compétences sont au service des 72 résidents en hébergement permanent. des 5 places d’hébergement temporaire, des 7 places d’accueil de jour et 2 de nuit.

2011.09.05.Parcours_sante__132_.JPGA ce jour notre ratio est de 0,59 Equivalent Temps Plein pour un Gir Moyen Pondéré de 735 et un Pathos Moyen Pondéré de 203. Nous adhérons à la filière gériatrique de notre secteur. avons signé des conventions avec le groupe hospitalier de Malestroit et le centre hospitalier de Redon. Nous accueillons régulièrement les enfants des écoles de Saint Jacut-les-Pins, les élèves du lycée ISSAT notamment les sections service à la personne, les élèves de l’ITEP ( EVIE) ainsi que les clubs du 3e âge des environs. Tous ces liens permettent d’améliorer te quotidien des personnes accueillies. Notre Maison est d’abord un lieu de vie où chacun doit se sentir heureux, épanoui, serein malgré son handicap.

Le personnel des maisons de retraite exerce une tâche difficile, chaque jour il doit accompagner chacun des résidents pour le maintien de leur dignité pour soutenir leurs aptitudes physiques et psychiques, pour les aider à garder les liens sociaux, en un mot pour respecter au mieux leur projet personnalisé de vie. Métier difficile. trop souvent méconnu du grand public sinon au travers de disfonctionnements dans certains établissements. Notre Maison dès l’an prochain va connaître des travaux de rénovation conformément au projet élaboré avec les services du Conseil Général et l’Agence Régionale de Santé. D’un montant de 5 000 000 E ces travaux concernent, l’amélioration du confort du résident, le suivi des mises aux normes techniques, la création d’un Pôle d’Activité de Soins Adaptés, d’un accueil de jour différencié et nous aimerions y ajouter une salle SNOEZELEN et un bassin de rééducation. L’évolution de notre Maison se fera conformément aux directives ministérielles tout en gardant le caractère propre de notre projet d’établissement. Nous réfléchissons par ailleurs à d’autres perspectives :
Les maisons de retraite pourraient participer au maintien à domicile des personnes âgées en offrant son plateau technique, ses compétences professionnelles, en organisant une veille itinérante et de garde de nuit, en participant à l’aide aux aidants familiaux…
Ne pourrait-on pas créer un accueil spécifique pour personnes handicapées vieillissantes ? Pourquoi ne pas accueillir les personnes de plus de 60 ans convalescentes en hébergement temporaire ?
Notre établissement dans le respect de ses valeurs se veut à l’écoute des besoins des habitants de notre secteur il veut essayer d’y répondre en utilisant au mieux les moyens budgétaires mis à sa disposition en recherchant toujours l’amélioration du bien-être des personnes accueillies. C’est là toute notre raison d’être. C’est dans cet esprit que va vous être maintenant présenté le parcours de santé.

Michel Tregaro,Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Bretagne

Généraliser et professionnaliser les activités physiques en EHPAD

2011.09.05.Parcours_sante__44_.JPGCette expérimentation de type pilote a été mise en place en Bretagne à l’initiative de la DRJSCS, en collaboration avec le CREPS de Dinard et le soutien financier du ministère de la santé de la jeunesse et des sports dans le cadre du programme Bien vieillir. Tout a débuté en 2004 par l’édition d’un Cd-Rom sur la promotion des activités physiques chez les seniors. Sensibilisée, Profession sport 56 a mis gracieusement à la disposition de l’EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins un éducateur sportif, Damien, pour une expérimentation. Une salle dédiée y a été aménagée. Fort de cette expérience. la DRJSCS a mis en place avec le CAMPUS de l’Excellence sportive de Dinard le certificat de spécialisation AMAP (Animation et maintien de l’autonomie de la personne) isîlon ‘arrêté du 13 décembre 2005.

2011.09.05.Parcours_sante__52_.JPGPremière promotion en septembre 2008, la 4e promotion vient de terminer sa formation théorique en juin 2011 avec la participation d’éducateurs sportifs d’autres régions. Ils ont pu notamment bénéficier de l’enseignement d’éducateurs spécialistes de l’activité physique chez la personne âgée, autonome et semi autonome, atteinte de maladies neuro dégénératives, en fauteuil. L’EHPAD est devenu tout naturellement établissement pilote pour la formation. L’action a été encouragée par le ministère : une subvention de 80 000 € sur 3 ans a été accordée pour diminuer le coût horaire de La prestation des éducateurs sportifs.
Ainsi, les professions sport proposent aux EHPAD :
– 18 € de l’heure charges incluses les 3 premiers mois
– 26€ par heure ensuite pour un coût normal de 36€
Nous avons pu consolider plus de 40 emplois avec la signature de plus de 50 établissements en 2 ans et demi. Les premiers résultats sont plus qu’encourageants. On peut déjà observer :
Un engouement de la personne âgée pour ce type d’animation dispensée en groupe ou individualisée comme l’aide à la marche.
Une image positive et dynamique de l’éducateur sportif en EHPAD, une intégration facile dans les équipes
Un intérêt insoupçonné des ES pour ce public, à la recherche permanente de l’exploitation du potentiel de La PA. Ils se sentent reconnus dans cette nouvelle profession.
La sensibilisation de tout le personnel à la prévention de la dépendance, une diminution de la mise trop facile au fauteuil.
Un bien être global renforcé chez les patients dépendants par la mise en position debout
On admet que 12 semaines d’activités physiques régulières adaptées peuvent annuler 6 années d’inactivité chez la personne âgée. On a pu notamment observer une diminution très nette des chutes et de leurs conséquences (coût annuel des fractures du fémur : 1 milliard d’euros ; en EHPAD, 25 % décèdent dans l’année qui suit la fracture contre 6%).

2011.09.05.Parcours_sante__103_.JPGA la demande du ministère des sports, une évaluation de l’action est en cours confiée à l’ORS de Bretagne. Résultats au premier trimestre 2012. Notre action reprise intégralement dans le programme du pôle ressource national Sport et santé de Vichy devrait pouvoir se généraliser. Encouragés par ses premiers résultats, la DRJSCS et Profession sport 56 ont mis en place dans le Morbihan les OLYMPIADES INTER MAISONS DE RETRAITE. Ainsi en juin, les Sèmes olympiades ont vu la participation de 26 établissements soit 260 concurrents âgés de 85 à 102 ans. C’est une première mondiale nous dit-on ?

2011.09.05.Parcours_sante__135_.JPGQuelques réflexions partagées par le public des Olympiades :
– Quel que soit l’âge, ta personne garde l’esprit de compétition : étonnant pour des personnes qui n’ont jamais participé à des épreuves sportives – Une volonté de bien représenter son établissement tel un sportif son club.
La remise des récompenses et des décorations est un moment plein d’émotion, tant pour le personnel encadrant que pour les éducateurs (j’en profite pour les remercier de l’organisation et l’attention de tous les instants portés aux compétiteurs)
On peut ainsi voir dans certaines chambres, plusieurs médailles fièrement acquises. Puis de notre imagination est né le PARCOURS D’ACTIVITES SANTE SENIORS. Fabriqué et installé par des bénévoles (au réer savoir faire) recrutés en partie dans les familles des résidents et par la section « travaux paysagers » du Lycée Professionnel de L’ISSAT (pour leur 1° année d’existence). Le parcours est facilement aménageable pour les enfants. Ce parcours est un outil supplémentaire à la disposition des éducateurs, mais aussi de l’ergothérapeute, de la psychomotricienne. des A.M.P.. des animateurs… C’est un moyen de maintenir les fonctions physiques (l’endurance, la force musculaire, la souplesse, l’équilibre.) mais aussi une aide à une dynamique mentale d’estime de soi et de bien être.

Madame la Ministre. nous allons à présent découvrir ce parcours accompagnés d’Angélique, ergothérapeute (il y avait trop de résidents volontaires et la direction ne voulait pas faire de jaloux). Je terminerais simplement en vous disant qu’a travers la formation, la création d’emplois, les • olympiades. le parcours de santé, nous partageons les mêmes ambitions que votre ministère à savoir favoriser la cohésion sociale, les relations et la solidarité inter générationnelles_ le bien être et la qualité de vie de nos aînés. Ainsi préparons-nous la BRETAGNE pour 2012, l’ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF. MERCI A TOUS D’AVOIR PARTAGE ET DE VOULOIR CONTINUER CETTE AVENTURE.

Roselyne Bachelot, ministre des solidarités et de la cohésion sociale

2011.09.05.Parcours_sante__74_.JPGVieillir, nous l’oublions trop souvent, c’est d’abord une formidable chance ! L’extraordinaire allongement de l’espérance de vie que nous connaissons signifie que nous restons jeunes, en bonne santé, de plus en plus longtemps. Mais que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas de faire l’apologie d’une éternelle jeunesse, réduite elle-même à l’apparence physique, dont nous savons bien qu’elle n’est en réalité qu’un artifice. Il s’agit plutôt de faire évoluer notre perception collective du vieillissement et de la vieillesse. La perte d’autonomie n’est pas un coup de tonnerre qui nous tomberait dessus au lendemain d’un anniversaire que personne n’est capable de fixer. Elle est un processus long, qui se déroule à travers des étapes successives, un processus marqué parfois par des ruptures brutales, mais un processus que l’on peut prévenir, anticiper, retarder, accompagner et même éviter. La prévention : c’est tout l’objet de ce parcours de santé – plus précisément ce parcours d’activité Santé Senior (PASS) – que j’ai le plaisir d’inaugurer avec vous aujourd’hui, ici, à Saint-Jacut-les-Pins.

J’y vois une réalisation exemplaire – et cela à plusieurs titres – de ce que devra être l’EHPAD de demain, celui qu’il nous faut construire dès aujourd’hui. Une réalisation exemplaire, d’abord, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’un projet global de maintien de l’autonomie des personnes âgées, garant de sa réussite pérenne. Et cela porte ses fruits : les 50 EHPAD qui font régulièrement appel à des éducateurs sportifs ont ainsi pu observer les effets bénéfiques des activités proposées à leurs résidents, qui, en développant leurs capacités motrices, font moins de chutes, des chutes moins graves, et se sentent mieux dans le corps comme dans leur tête. Un progrès pour les résidents donc, mais également pour les éducateurs sportifs qui les accompagnent et qui, ici, les guident à travers ce parcours.

Ainsi, un cursus de spécialisation existe pour la quatrième année consécutive en Bretagne. Au total, à l’échelle régionale, cela représente 45 éducateurs sportifs formés et 40 emplois consolidés depuis 2007, et autant de compétences mises aux services de nos aînés. Il faut mentionner également à l’organisation mise en place sous la forme de groupements d’employeurs, qui permet à l’ensemble des 50 EHPAD de recourir de manière très souple à ces professionnels qualifiés. Pour ces établissements, cela représente un gain en matière d’efficience : le budget kiné est diminué et les traitements allégés. Là encore, c’est une belle illustration du modèle que nous devons inventer. Une réalisation exemplaire, aussi, parce qu’elle propose une installation unique et innovante qui pourrait être généralisée.

Parfaitement adapté aux besoins des personnes âgées, ce parcours de santé offre des activités physiques adaptées à leurs capacités, qui stimulent leur autonomie et favorisent leur bien-être. Oser marcher, prendre confiance dans sa capacité à se déplacer, mieux coordonner ses mouvements, retrouver un meilleur équilibre, et même stimuler sa mémoire en retenant les exercices effectués : c’est tout cela qui est rendu possible grâce à cette installation. Cette dernière est d’ailleurs utilisée par l’ensemble des professionnels. Elle constitue un outil intéressant non seulement pour les éducateurs sportifs, mais aussi pour l’ergothérapeute, l’animatrice ou encore la psychomotricienne. Plus largement, ce projet donne lieu à différentes animations, telles que, notamment, des olympiades entre maisons de retraite, une initiative pour l’instant unique en France. Cette ouverture est une occasion privilégiée d’apporter de la vie dans les établissements.

2011.09.05.Parcours_sante__81_.JPGDes progrès pour chacun grâce à un projet global et original : celui-ci est le fruit d’un engagement et d’un dynamisme partagés par l’ensemble des partenaires, auxquels je veux rendre ici un hommage collectif appuyé. Naturellement, je pense d’abord à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), qui a contribué au financement de ce parcours de santé. Je veux saluer tout particulièrement le Docteur Michel Tregaro, à l’origine de ce projet qu’il a su porter avec intelligence et conviction. L’État lui aussi est pleinement engagé dans ce projet. La subvention de 80 000 euros sur trois ans représente un effort considérable, qui permet d’ailleurs de réduire significativement le coût horaire des prestations des éducateurs sportifs dans les EHPAD. Si ce parcours de santé fait à bien des égards figure de pionnier, c’est aussi grâce à votre volontarisme, Monsieur le directeur, cher Bruno Carel, vous que je sais si attaché à la prévention et à l’innovation.

Pour mener à bien votre mission, je sais que vous pouvez compter sur des équipes remarquables, dont je connais les trésors de professionnalisme et de dévouement. Enfin, je n’oublie pas la mobilisation des bénévoles, en partie issus des familles des résidents, et des associations locales, qui font vivre ce projet et ont contribué à l’installation de ce parcours de santé. Pour toutes ces raisons, cette initiative doit pouvoir être généralisée à d’autres établissements dans d’autres régions. Dans cette perspective, une évaluation est actuellement menée par l’observatoire régional de la santé. La prévention à travers l’accès de toutes et de tous à des activités physiques et sportives, vous le savez, c’est depuis longtemps l’un des combats que je porte, à travers des actions concrètes au service de nos concitoyens. Ainsi, en tant que Ministre de la santé et des sports, j’ai mis en place l’an dernier les « Rendez-vous Sentez-vous Sport Santé-vous bien », dont la deuxième édition aura lieu le week-end prochain.

En tant que Ministre des solidarités et de la cohésion sociale désormais, j’ai lancé tout récemment, en juillet dernier, un appel à projet national consacré à l’organisation d’une offre d’activité physique et sportive adaptée pour peiinettre aux personnes âgées en voie de fragilisation de préserver ou de maintenir leur autonomie. Financé grâce au Fonds d’innovation et d’expérimentation sociale (FIES), cet appel à projet ambitieux dispose d’un montant global de 700 000 euros. J’ajoute que le PASS de Saint-jacut-les-Pins y est éligible. Alors, n’hésitez pas à déposer votre candidature I

2011.09.05.Parcours_sante__94_.JPGToutes les recommandations issues des rapports sur le sujet le montrent : c’est en développant la culture de la prévention dans nos établissements que nous bâtirons le système de prise en charge de demain. C’est d’ailleurs tout le sens des travaux des Docteurs Jean-Pierre Aquino et Geneviève Ruault pour élaborer la suite du Plan national bien vieillir, projet qui me sera remis dans le courant de ce mois. Plus largement, j’ai déjà eu l’occasion d’exprimer mon souhait d’« intéresser » les établissements aux résultats de la prévention pour mieux récompenser les pratiques vertueuses, comme celles de cet EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins. C’est une piste qui devra elle aussi être explorée.

Loin des représentations obsolètes trop souvent encore transmises par les médias, votre parcours de santé est une preuve éclatante que nos EHPAD sont aujourd’hui des lieux de vie et d’épanouissement à part entière. Dans cette image de nos aînés en mouvement, je veux voir une invitation à construire sans relâche, pour eux et pour les futures générations de résidents, des établissements dynamiques et ouverts sur le monde. En un mot, des établissements à visage humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *