Bambous et nymphéas aux Jardins du Loriot non loin de La Roche-sur-Yon

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - PUBLICATIONS (presse)

Jardins_du_Loriot__19_.JPGMonique et Jacques Chaplain ont créé, avec leurs enfants Angélina et Vladimir, les Jardins du Loriot. Un havre de paix à quelques minutes de la ville, écrin secret de mille bambous et autres nymphéas…
Le nom des chemins empruntés et des espaces à découvrir est déjà une invitation au voyage : la forêt de la princesse Lune, l’allée des Jardins d’Eden, le bassin des lotus… Les Jardins du Loriot sont, comme se plaisent à le dire Monique et Jacques Chaplain, un « jardin d’atmosphère » où il fait bon prendre le temps d’une pause. Sérénité et contemplation.

Les Jardins du Loriot – La Mancelière – Venansault – tél. : 02 51 40 35 41
site : www.jardinsduloriot.fr
Texte et photos : Tugdual Ruellan
article paru dans le magazine Complicité La Roche-sur-Yon, le 20/05/2011
réalisé par Précom Redon avec l’agence Nouvelle Norme

Une passion partagée

Jardins_du_Loriot__7_.JPG On voyage ici au pays des « herbes géantes » que sont la Chine, l’Himalaya ou le Japon ; on y découvre une collection de 130 variétés de bambous dont celui qu’apprécie tout particulièrement le panda. En respectant l’équilibre du milieu naturel, les jardiniers de cœur ont aménagé des jardins aquatiques qui abritent une faune et flore très riches. On s’y promène en écoutant le frémissement de l’eau et du vent ; on peut y entendre le chant du loriot et apercevoir le martin-pêcheur. Parmi les chênes centenaires du bocage vendéen, mille fleurs d’ici et des cinq continents cohabitent avec harmonie. Le Flambé, ce magnifique papillon, qui a disparu il y a plus de 40 ans de la région, vient d’être aperçu de nouveau : « C’est bon signe ! Nous nous sommes installés ici en 1974 et avons souhaité ouvrir notre parc au public il y a trois ans pour faire partager notre passion. »

Les nymphéas de Monet

Jardins_du_Loriot__12_.JPGL’autre richesse du parc, c’est sa collection de nymphéas. Au pied de la cascade du panda, une vaste perspective s’ouvre sur les six bassins étagés qui descendent en pente douve jusqu’à la vallée perdue. « Nous en présentons soixante dix variétés. Nous affectionnons particulièrement les Ornés de nymphéas, ceux-là mêmes qu’avait choisis le peintre Claude Monet pour son étang de Giverny. On les retrouve sur ses tableaux et ils offrent un spectacle lumineux et délicat. » Nouveaux cette année, le dragon sur l’île et le massif des rosiers dans les vallons de Dehra Dun.

Jardins_du_Loriot__20_.JPG

2009. Deux mois avant l’inauguration les portails n’étaient pas posés, ni les clôtures. Début mai, le pavillon d’accueil n’était pas encore monté (merci à Christian, Marcel, Jean-Mo, Georges et Gilbert !) Le 15 mai le carrelage dans les toilettes venait juste d’être posé. Le 20 assemblage et montage d’une roue à aube juste arrivée du Vietnam : merci à Jean-Pierre (le roi du palet vendéen) et à Camille (champion hors catégorie de la soudure) ; un peu plus tard finition des muretS, Jean-Pierre dans la foulée nous suggère de faire deux petites retenues d’eau, « ça serait plus beau pour la roue à aube », sitôt dit, sitôt fait !

2010. Deux mois avant l’ouverture : des gros travaux sont encore en cours de réalisation en raison d’un hiver particulièrement difficile dans les bassins des nymphes (nouvelle extension). Avril : étalement de 50 tonnes de sable dans les allées, réalisation de plusieurs massifs, mise au point du circuit hydraulique des bassins des nymphes, implantations des nymphéas jusqu’alors en nourrice, pose de 12 pierres gargantuesques… (hormis l’entretien courant du parc). 13 mai 2010 : tout est prêt pour recevoir les premiers visiteurs. Un jardin c’est un peu comme la cathédrale de Gaudi, on sait quand nous avons commencé, on continue à travailler sans perturber les offices… mais une chose est certaine : on ne sait pas quand est-ce que nous aurons terminé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *