Audrey Marty crée La Petite Galerie à Saint-Malo et réunit des artistes bretons au sein d’un collectif

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - arts

2011.04.09.Audrey_Marty-St-Malo_.JPGAudrey Marty, d’origine belge, a ouvert à Saint-Malo La Petite Galerie en novembre 2010, avec l’ambition de partager sa passion de l’art, mais aussi de promouvoir les artistes bretons. Elle a découvert en Bretagne un foisonnement de créations et d’initiatives et a lancé l’idée de créer un collectif pour valoriser les réalisations des artistes de l’Ouest en privilégiant l’art contemporain, du figuratif à l’abstrait. Une dizaine de peintres, sculpteurs, laqueurs, céramistes et autres photographes ont d’ores et déjà répondu favorablement à son invitation.

La Petite Galerie – 4, rue du Pourpris – Intra-Muros à Saint-Malo
Contact : Audrey Marty – tél. : 02.99.56.21.34 ou 06 87 26 90 31
Site : www.lapetitegalerie-saintmalo.fr
Propos recueillis par Tugdual Ruellan

Audrey Marty : « L’art m’a apporté certaines des plus belles émotions de ma vie »

Enfant, Audrey Marty a baigné dans le monde de l’art, en partie grâce à son grand-père, Philippe Dotremont, collectionneur passionné d’art contemporain qui a su lui transmettre ce goût de l’esthétique. Après avoir exercé pendant plusieurs années en région parisienne, elle réalise en novembre dernier un projet qui lui tenait à cœur : ouvrir une « petite » galerie d’art à Saint-Malo. L’art m’a apporté certaines des plus belles émotions de ma vie, confie-t-elle, et je souhaite aujourd’hui partager ce ressenti, le faire vivre à d’autres. Dans quoi s’enracine une telle intention ? D’abord dans une indignation face à l’art marchand – trop souvent, l’art est cantonné à son aspect commercial et marchand – dans une indignation face au discours et au jargon qui enferment l’art. Il y a, pour aborder l’art, cette manière spontanée qui m’intéresse davantage et qui privilégie ce que l’on ressent. Regarder une œuvre d’art, c’est rêver, se poser, partir pour un voyage immobile à la rencontre d’un univers soudain à notre portée. Il y a juste à regarder, à ressentir, à absorber. Ce n’est pas plus compliqué que ça !

Tant pis pour la mode !
Très vite, Audrey Marty est partie à la rencontre des artistes bretons : Je cherche ce qui relie, qui rassemble, qui épanouit. Je suis à la recherche d’un art qui rapproche les êtres. Je ferai tout pour créer de l’émotion positive, une galerie joyeuse avec un art intemporel (tant pis pour la mode !) et une dimension poétique (pas dans l’air du temps non plus mais tellement nécessaire ! L’art porte en lui une forme d’humanisme ; au-delà de l’œuvre d’art, il y a une relation, un partage entre les êtres, entre celui qui regarde et celui qui crée, qui donne à regarder. Avoir une œuvre d’art chez soi, c’est instaurer un dialogue avec un autre… mais également avec soi-même. Audrey Marty propose de promouvoir des artistes débutants qui n’ont jamais exposé en galerie et de les accompagner dans leur démarche mais aussi des artistes confirmés qui partagent son projet. Elle expose avant tout ses coups de cœur, des artistes rencontrés dans ses différentes pérégrinations : Souvent, les artistes ont besoin d’être accompagnés, soutenus dans leur démarche. Je les rencontre chez eux ; ils m’intéressent dans leur démarche de vie, au-delà de ce qu’ils produisent… dans leur humanité.

Un foisonnement de créations en Bretagne
Audrey Marty découvre en Bretagne un foisonnement de créations et d’initiatives. Elle a lancé l’idée de créer un collectif pour valoriser les réalisations des artistes de l’Ouest en privilégiant l’art contemporain, du figuratif à l’abstrait. Déjà une dizaine de peintres, sculpteurs, laqueurs, céramistes et autres photographes ont répondu favorablement à son invitation : Stéphanie Quinot, peintre de marines (Vannes), Armel Hédé, céramiste raku (Saint-Juvat), Sandrine Bihorel, peintre ornementaliste (Bazouges-la-Pérouse), François Bihorel, écrivain voyageur, photo reportage en peinture (Bazouges-la-Pérouse), Mireille Jobbé-Duval, terres cuites (Saint-Malo), Marie-Christine L’Hostis, terres cuites (Morlaix), Gine Popille, laques contemporaines (Plouha), Nolwenn Guillou, peintures à l’huile et gravures (Quimper), Perrine Auré, peintre (Ile de Groix), Irène Lussou, sculpteur bronzes, terres, bronze avec bois flotté (Brest), Mara Dominioni, sculpteur terre, plâtre, bronze, marbre de Carrare (Châteaugiron) ainsi qu’Anita Travadel, peintre (Sables-d’Olonne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *