Sophie Fiacre remporte la médaille d’or au concours européen Lépine pour sa Lumipouss®

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2011.07.13.Sophie_Fiacre-photo__Tugdual_Ruellan__18_.JPGSophie Fiacre présentait le 11 septembre 2011 à Strasbourg sa Lumipouss®, pot de culture pour végétaux avec dispositif d’éclairage incorporé. Elle remporte la Médaille d’Or, Prix du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la ruralité et de l’Aménagement du territoire. Soutenue par l’Agefiph, Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, cette jeune Finistérienne envisage désormais un développement à grande échelle de son invention.

Agefiph Bretagne – délégué régional : François Massolo
Tél. : 02 99 54 76 26 – fax 02 99 59 37 88
La semaine pour l’emploi des personnes handicapées aura lieu du 14 au 20 novembre 2011 (informations en cliquant sur ce lien)
Reportage, photos : Tugdual Ruellan
Retrouvez le témoignage de Sophie Fiacre sur le site national de l’Agefiph – en cliquant sur ce lien

Sophie Fiacre, Quimper (Finistère)

La Lumipouss® : un clic et ça pousse !

2011.07.13.Sophie_Fiacre-photo__Tugdual_Ruellan__15_.JPGSophie Fiacre est confrontée à un accident de la vie. Elle n’a que 23 ans. Elle met alors au point sa Lumipouss®, une lampe végétale qui allie pratique à l’esthétique et crée son entreprise avec le soutien de l’Agefiph. Son produit est primé au célèbre concours Lépine. Il sera prochainement commercialisé dans les magasins Truffaut.

Sophie, 30 ans, est originaire de Douarnenez. Après avoir obtenu un BEP comptabilité, elle se dirige vers la restauration. Elle devient crêpière et fait plusieurs saisons, dont certaines en Haute-Savoie et en Suisse.

2011.07.13.Sophie_Fiacre-photo__Tugdual_Ruellan__4_.JPGIdée de génie !
A cause d’une maladie orpheline dont elle souffre, elle ne peut plus travailler dans la restauration. Pas question pour autant de rester chez elle, inactive. Sophie rêve d’inventer un objet qu’elle pourrait vendre tout en travaillant chez elle à son rythme. « J’ai eu alors cette idée de lampe végétale – j’ai toujours aimé les plantes – et j’ai créé un prototype dans une bouteille de soda en plastique. » L’expérience est concluante et la plante se développe à merveille. Elle crée « Lumipouss®’ – un clic et ça pousse ! » Je pensais aux personnes qui travaillent dans un bureau toute la journée, des pièces souvent mal éclairées dans lesquelles les plantes ne survivent pas très longtemps. »

2011.07.13.Sophie_Fiacre-photo__Tugdual_Ruellan__8_.JPGLampe végétale : le concept
Le pied de la lampe, conçu en matière composite 100% recyclable, est un pot de culture pour végétaux, parfaitement étanche, avec un système d’éclairage incorporé. La partie du dessous est une réserve d’eau de 40 centilitres, accessible à l’arrière de la lampe. La plante peut s’épanouir en façade et par le haut de la lampe. La partie du dessus accueille la terre et la plante. Entre les deux, un feutre géotextile trempe dans l’eau et irrigue les racines de la plante par capillarité. Ainsi, la plante prend juste ce dont elle a besoin en eau pour son développement. La lumière est adaptée à la pousse et à la préservation des végétaux ; elle est fournie par des ampoules basse consommation qui ne chauffent pas la plante. « C’est utilisé en luminothérapie car c’est bon pour le moral ! Si la lampe est placée dans un endroit sans lumière, je préconise un allumage d’au moins quatre heures pour le bien-être de la plante. Il est possible d’installer un programmateur sur la prise pour générer ainsi un éclairage régulier.»

Création de l’entreprise
Certes l’idée est originale. De là à devenir un projet d’entreprise… « Mon projet n’était pas vraiment pris au sérieux. Mon prototype et mes dessins crayonnés ne donnaient pas une image très professionnelle ! » En 2009, Sophie décide pourtant, contre vents et marées, de se lancer dans la fabrication en série de son produit. Elle bénéficie du soutien de la Technopole Quimper Cornouaille et de la Chambre de métiers et de l’artisanat du Finistère pour monter son projet d’entreprise. Elle dépose des brevets en France à l’Inpi et en Europe pour protéger son idée après avoir passé des tests de sécurité et obtenu, pour son produit, l’homologation selon les normes CEE. En octobre 2009, elle crée son entreprise.

Le soutien de l’Agefiph

C’est alors qu’elle voit, tout à fait par hasard – elle ne regarde jamais la télévision – la publicité de Jamel Debbouze sur l’Agefiph ! « Personne ne m’avait jamais parlée de l’Agefiph… Je les ai sollicités pour leur présenter mon projet et le produit. Mon dossier, monté avec l’aide de la boutique de gestion, a été accepté. J’ai vraiment pu créer mon entreprise grâce au soutien de l’Agefiph et je remercie très sincèrement les personnes de la délégation. » Avec la subvention, elle achète l’outillage dont elle a besoin pour produire sa lampe en petites séries et le moule. Elle commence à produire des pièces grâce à la technologie du roto moulage de plastique, d’abord avec une entreprise en Charente-Maritime. Elle achète elle-même abat-jours et différents composants : « Les pièces de la lampe me sont livrées. J’effectue le montage chez moi, dans une pièce de mon appartement. » Les premières pièces sortent en mars 2010. Le process ne permet une production que de 200 pièces maximum par mois.

Le produit : un objet de décoration design

Sophie commercialise aujourd’hui un produit complet monté avec abat-jour, plantes, terre… Elle propose aussi le produit en kit pour que chacun installe les plantes de son choix. Le pied de la lampe-pot est disponible en plusieurs couleurs et deux tailles : 38 ou 48 cm de longueur de tiges électriques. Quinze modèles de lampes sont disponibles. Tous les 18 mois, il est possible de changer les plantes. Ainsi, le produit dure dans le temps et évoluer librement.

Prix et reconnaissances

Le produit est original et remporte peu à peu un vif succès. En juin 2010, Sophie reçoit le prix Talents organisé par les boutiques de gestion de Bretagne avec une mention spéciale pour la catégorie innovations techniques et technologiques. Puis, elle reçoit le concours de l’innovation 2010 de l’Adie, Association pour le droit à l’initiative économique. En avril 2010, c’est le premier prix de la Femme entrepreneure en Bretagne, décerné à Saint-Malo, dans la catégorie prix de l’innovation 2011. Puis, le concours Lépine à Paris ! « C’est incroyable. Il y avait 1500 demandes d’inventeurs pour 500 places et mon dossier a été retenu. J’y ai donc participé : il y avait 500 inventeurs français et 149 internationaux, soit 649. Je me suis trouvée classée dans les dix meilleures inventions de l’année « à ne pas rater » ! Et j’ai remporté le prix Truffaut, qui récompense les meilleures décorations intérieures, avec une dotation financière et surtout, un référencement de mon produit au niveau national. Le produit devrait connaître très prochainement un développement accru. Il sera mis en vente dans plusieurs magasins et de grandes jardineries. » Et aujourd’hui, Sophie Fiacre reçoit une nouvelle distinction avec cette Médaille d’Or, Prix du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la ruralité et de l’Aménagement du territoire, remise le 15 septembre 2011 à Strasbourg lors du Concours Lépine Européen

Tugdual Ruellan.


Contact Lumipouss®
Sophie Fiacre
Tél. : 06 12 82 84 37 ou 02 98 53 72 38
SITE : www.lumipouss.com
sophie.fiacre@lumipouss.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *