Signature de la charte apprentissage de l’accueil des apprentis handicapés dans les CFA des Pays de la Loire entre l’Agefiph et la Région

Tugdual Ruellan - - - Envoyer à un ami - handicap

2012.011.13.Charte_apprentissage__105_.JPGLa 16e Semaine pour l’emploi des personnes handicapées se déroule du 12 au 16 novembre 2012 organisée par l’Agefiph. Une occasion pour mettre en lumière des initiatives, des portraits, des acteurs… La Région des Pays de la Loire et l’Agefiph mènent une politique favorisant l’accueil des apprentis en situation de handicap en milieu ordinaire de formation dans les centres de formation des apprentis de la région. Ils signaient une convention-cadre le 13 novembre 2012 au CFA du bâtiment et des travaux publics de Loire-Atlantique, à Saint-Herblain (photo : Sylvie Eslan, vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, en charge des lycées professionnels et de l’apprentissage et Jean-Paul Parisot, directeur territorial Ouest, Agefiph).

Agefiph Pays de la Loire – 34, quai Magellan BP 23211 – 44032 Nantes cedex 1 – tél. 0 811 37 38 39
Photos et témoignages recueillis par Tugdual Ruellan
Informations sur : www.semaine-emploi-handicap-agefiph.fr

Signature charte apprentissage, 13 novembre 2012

Pierre Deremaux, président CFA BTP Pays de la Loire

2012.011.13.Charte_apprentissage__3_.JPG« Je suis ravi de vous accueillir au cœur de cet établissement. Les 5 établissements d’apprentissage BTP se sont regroupés pour former un établissement unique dont le siège est à Nantes ; ce sont désormais 350 salariés, 5300 apprentis. L’apprentissage vit grâce aux promoteurs impliqués et acteurs des formations comme la Région. Il y a actuellement 450 apprentis handicapés en formation dont 75 dans les métiers du bâtiment. C’est un sujet qui nous touche de près. J’espère que les façons de faire que nous développons répondent aux conditions et aux exigences de cette situation. »

Table-ronde 1

2012.011.13.Charte_apprentissage__10_.JPG

2012.011.13.Charte_apprentissage__12_.JPG Jean Philias, 19 ans, prépare un CAP agent d’entreposage et de messagerie au CFA Education nationale 49, employé par Farmea à Angers : « en 2008, j’étais à l’IME. Je travaillais dans l’horticulture et j’ai eu l’occasion de faire trois stages et travaux saisonniers. Mais je voulais m’orienter vers la logistique pour être magasinier et faire l’entreposage. Après l’IME, j’ai été accueilli dans une entreprise, pharmaceutique Farmea.»

Pauline Hurot, éducatrice IME Martigné-Briand

2012.011.13.Charte_apprentissage__16_.JPG« le projet de Jean a pu se préciser grâce à ses différents stages. A sa sortie en juillet 2011, Jean a été accompagné par la Mission locale de Brissac pour qu’il y ait une continuité dans son orientation. Nous avons pu ainsi trouver un employeur. »

Françoise Pageaud, coordinatrice départementale pour l’apprentissage en Maine-et-Loire

2012.011.13.Charte_apprentissage__18_.JPG« ce contrat a pu être signé avec Farmea avant tout car Jean était motivé, savait où il voulait aller, avec un projet bien défini en amont. Nous travaillons avec un partenariat très étoffé dans tous les départements de la région que nous essayons de développer au fil du temps. Rien ne pourrait se faire sans ce partenariat. Pour informer les employeurs, développer le vivier d’employeurs, il est important d’avoir les bons partenaires et les bons interlocuteurs. C’est le cas avec le service Alther de l’Agefiph et Cap emploi qui travaillent pleinement avec les coordonnateurs et avec qui nous pouvons nous reposer pour avoir la bonne adresse. Il faut être créatif au bon moment. Un de nos rôles est de s’assurer et de veiller à la mise en place de toutes les actions qui permettent l’accueil de l’apprenti en situation de handicap en CFA et en entreprise, s’assurer de la mise en place des actions lui permettant le confort, l’accompagnement, le suivi au cours de sa formation. Il faut bien analyser les besoins au préalable d’où l’importance de ce travail en amont. Il est aussi important de diffuser l’information encore et toujours. Notre mission est bien de rendre limpide ce qui a priori peut paraître compliqué. »

Nicolas Gadbin, référent CFA éducation nationale 49, conseiller d’éducation

« le premier contact s’est établi avant l’été. Jean a pu réaliser deux stages dans l’entreprise Farmea pour confirmer sa présence au sein de l’entreprise en septembre. Il a fallu, par rapport à son handicap, établir des protocoles d’accueillir et surtout, d’accompagnement. Les différents partenaires ont travaillé ensemble pour accueillir au mieux Jean. »

Table-ronde 2

2012.011.13.Charte_apprentissage__21_.JPG

Alexandre Retailleau

2012.011.13.Charte_apprentissage__23_.JPGAlexandre, 19 ans, sourd, prépare un CAP pâtissier au CFA de la Chambre de métiers de Vendée, Esfora, employé par la SARL Barbarit à La Roche-sur-Yon : « actuellement, je prépare mon CAP pâtissier. C’est un métier que j’ai choisi car j’aime la pâtisserie depuis toujours. Je suis en troisième année. Le plus difficile a été de trouver une entreprise qui accepte de m’accueillir. Le CFA m’a bien aidé pour contacter M. Barbarit. J’ai parfois été en difficulté car les professeurs ne savent pas ce que c’est que d’accueillir un élève sourd. Les interprètes ont favorisé la compréhension même si j’utilise souvent l’écrit, notamment en entreprise. »

Thierry Barbarit, artisan boulanger

2012.011.13.Charte_apprentissage__25_.JPG« nous étions alors en plein développement. J’étais donc en recherche d’une personne en situation de handicap surtout pour la production car cela nous paraissait plus difficile pour la vente : la clientèle n’est pas toujours très tolérante. Nous avons accueilli Alexandre. On a dit tout de suite, on y va, en sachant qu’il y avait derrière un partenariat très important avec le centre de formation, les parents. S’il n’y a pas ce trio avec l’entreprise, c’est très difficile. Il a fallu aussi que les salariés de l’entreprise soient partie prenante et valident ce choix. Ça ne suffit pas que le chef d’entreprise soit d’accord. »

Marie-Laure Durand, référente handicap CFA de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Vendée Esfora

2012.011.13.Charte_apprentissage__39_.JPG« un accompagnement important s’est mis en place grâce notamment au soutien des interprètes. Alexandre n’était pas en mesure de nous dire la première année ce dont il avait vraiment besoin. Nous avons appris à travailler ensemble au fur et à mesure. Il n’hésite est plus aujourd’hui à nous solliciter. »

Table-ronde 3

2012.011.13.Charte_apprentissage__44_.JPG

Jérémy Olivion

2012.011.13.Charte_apprentissage__46_.JPGJérémy, 20 ans, prépare un BP maçon au CFA BTP de Loire-Atlantique, employé par la SARL Serge Douet à Petit-Mars : « après avoir passé mon CAP, j’ai souhaité poursuivre avec un brevet. Je voulais acquérir plus de performances, connaître les finitions. J’ai été bien aidé par les formateurs et mon employeur. Je viens juste de passer l’examen, j’attends les résultats. Ce que j’espère ? Peut-être avoir mon entreprise plus tard…»

Serge Douet, artisan maçonnerie, cinq salariés et un apprenti, Jérémy et un bac pro en deuxième année

2012.011.13.Charte_apprentissage__51_.JPG« j’étais content d’avoir Jérémy. On l’a beaucoup aidé, toute l’équipe. Tout a bien évolué. Il a été très important pour nous d’avoir l’aide de l’Agefiph pour accompagner ces jeunes qui ont le droit de réussir dans la vie comme tous les autres jeunes. Je lui avais promis de l’embaucher, même s’il n’a pas son brevet. J’espère qu’il restera quelques années dans l’entreprise ! »

Sophie Monnier, référente handicap CFA BTP

2012.011.13.Charte_apprentissage__53_.JPG« Jérémy à des troubles du langage ce qui a bien sûr des incidences sur la lecture, l’écriture. En revanche, pas de problème au niveau pratique. Nous avons donc mis en place une individualisation des cours de français et de maths pour qu’il puisse suivre les cours en groupe. Nous nous sommes adaptés à ses besoins, à son temps, à la réalisation des travaux, à sa compréhension pour qu’il puisse suivre le programme comme tous les autres. Nous avons aussi aménagé le passage de l’examen avec du temps supplémentaire et l’aide d’un secrétaire. »

M. Foucher, enseignant CFA

2012.011.13.Charte_apprentissage__58_.JPG« je voudrais féliciter Jérémy qui a été très courageux pendant ces deux années et a su faire preuve, malgré ses difficultés, d’une perpétuelle évolution. Il a pu évoluer considérablement et a eu des notes en atelier tout à fait honorables. »

Philippe Dreyfus, directeur CFA BTP de Loire-Atlantique

2012.011.13.Charte_apprentissage__68_.JPG« je constate que tous nos apprentis diplômés de niveau V s’insèrent bien dans la vie active. Le taux d’insertion oscille entre 70 et 80 % selon les métiers. Je constate aussi que ceux qui sont diplômés d’un niveau IV ont beaucoup plus de chances de s’insérer : les taux avoisinent les 100 %.

Je souhaite que nos jeunes apprentis reconnus travailleurs handicapés puissent le plus possible accéder à ce niveau IV. Ils sont actuellement 45 dans notre CFA en niveau V avec un taux de réussite intéressant. Il nous faut les accompagner au niveau supérieur pour maximiser leurs chances d’intégrer le marché du travail dans le secteur qu’ils ont choisi. »

Modalités d’adhésion à la charte

Christian Verne, directeur du CFA de la Chambre de métiers de Vendée, Esfora, établissement support de la Coordination départementale pour la Vendée

2012.011.13.Charte_apprentissage__81_.JPG« cette charte est en cohérence avec la convention que chaque président d’organisme gestionnaire a signé en termes de formation, d’accompagnement tant sur le plan professionnel que social. Il y a aujourd’hui cinq coordinateurs départementaux dans la région ; ils ont été associés à ce travail d’élaboration de la charte ainsi que de nombreux autres partenaires ; les cinq directeurs des cinq CFA porteurs ont aussi été mis à contribution pour participer à la réflexion et à l’écriture de cette charte. Le CFA support n’est pas qu’un CFA hébergeur : c’est la structure qui embauche le coordonnateur départemental. Il doit être réellement engagé dans cette action de promotion. La charte pourrait s’appliquer pour tout apprenti.

2012.011.13.Charte_apprentissage__85_.JPGLa volonté qu’ont la région et les CFA d’accueillir des jeunes en fonction de leurs itinéraires et d’adapter leurs formations en fonction de leurs besoins se trouve consolidée par cette charte. Cette charte nous donne une force renouvelée qui vient concrétiser des pratiques mises en œuvre dans les sites de la région. Il s’agit donc de poursuivre ce qui a été fait en communiquant dans nos assemblées, auprès de nos organisations professionnelles, de nos commissions de formation, de la presse mais aussi à l’interne, dans un esprit de diversification de l’accueil, des spécificités, d’adaptation. Le CFA doit absolument s’adapter au mieux aux besoins des jeunes, handicapés ou non. Cette charte nous donne une lisibilité ; tous les contacts qu’il y a eus entre les différents partenaires, la Région et l’Agefiph, nous ont permis de bien préciser nos besoins pour accompagner un jeune et les moyens financiers nécessaires pour y parvenir. »

Conclusion

Jean-Paul Parisot, directeur territorial Ouest, Agefiph

2012.011.13.Charte_apprentissage__88_.JPG« je souhaite marquer le soutien de l’Agefiph, aux côtés du Conseil régional des Pays de la Loire, qu’il s’est engagé de longue date sur l’apprentissage des jeunes handicapés. La Région a clairement fait le choix de l’apprentissage à tous les handicaps et à toutes les filières. La démarche a préfiguré la loi de février 2005 sur l’égalité de droits des chances, des droits et de la citoyenneté des personnes handicapées. Il appartient de conforter ce processus et de pérenniser. Cela restera une priorité durable de l’Agefiph qui a été confortée cette année par notre nouvelle gouvernance, dans le cadre d’une stratégie d’appui au droit commun et à la compensation de tous les handicaps pendant la formation.
La Région possède un potentiel de progression dans l’accueil de jeunes apprentis handicapés qui nous paraît évident. Il est important de travailler et d’approfondir la question de la relation avec l’entreprise pour, certes, accompagner les jeunes handicapés dans leur formation, mais également dans l’exercice de leur métier. C’est en effet la perspective d’un emploi durable. C’est une situation que l’on souhaite pouvoir conforter, consolider dans la mesure où elle permettra à ces jeunes d’accéder à un emploi, plus facilement au marché du travail avec une formation efficace.
Il est aussi important de renforcer l’articulation des dispositifs d’appui spécifique à destination de la relation avec l’employeur mais aussi dans le cadre des apprentissages. C’est un grand plaisir d’être avec vous aujourd’hui et nous espérons pouvoir apporter durablement un soutien vis-à-vis du travail que vous réalisez qui est extrêmement utile. »

Catherine Logeais, déléguée régionale Agefiph

2012.011.13.Charte_apprentissage__99_.JPG« Il s’agit bien d’une volonté commune de développement de l’apprentissage en milieu ordinaire, pour toutes filière, pour tout type de handicap. Jean, au départ, s’est intéressé à l’horticulture puis, il a découvert l’entreposage, la logistique. Lorsqu’on est jeune, on n’a pas tous la vocation à 10 ans ! On peut donc faire des choix, prendre quelques virages. C’est nécessaire de pouvoir laisser ce choix et de ne pas avoir de choix pré établis par rapport à des filières, à des équipes pédagogiques, des établissements.
La Semaine pour l’emploi est chaque année une occasion pour valoriser des témoignages et lutter contre les représentations. Quand on apprend à se connaître, on tient compte ensuite des qualités et des défauts de chacun. L’emploi des personnes handicapées résulte bien de la volonté de l’employeur d’embaucher une personne ; la pérennité tient aussi sur le collectif de travail qui doit être partie prenante. Dans la problématique d’emploi des personnes handicapées, il faut penser à convaincre les employeurs mais aussi à convaincre les collectifs de travail.
Cette charte s’assoit sur des années de pratique ; c’est un travail qui résulte d’une concertation. La convention que nous signons s’appuie sur ce qui existait et donne de la visibilité aux acteurs, tout en définissant des actions prioritaires : la relation avec l’employeur, l’accompagnement sur des niveaux de qualification V et IV, les besoins du jeune au moment de l’accueil dans le CFA et chez l’employeur… Les effectifs ont progressé cette année et c’est un signe encourageant. L’Agefiph consacre plus de 2 millions par an qui se répartissent sur des soutiens spécifiques comme des cours individualisés, une visite complémentaire en entreprise ; des appuis spécifiques comme un interprète en langue des signes ; des aides aux employeurs versées pour chaque embauche de personnes handicapées. Je souhaite bonne chance aux jeunes qui ont témoigné dans leur insertion professionnelle, dans la suite de leur formations ; je souhaite aussi prospérité aux employeurs espérant qu’ils trouveront des compétences nécessaires pour développer leurs activités avec les jeunes qu’ils vont embaucher. »

Sylvie Eslan, vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, en charge des lycées professionnels et de l’apprentissage

2012.011.13.Charte_apprentissage__103_.JPG« Nous avons choisi la Semaine de l’emploi des personnes handicapées pour signer cette charte mais il faudra un jour sortir des semaines consacrées à telle ou telle action pour que la lutte contre les discriminations, l’intégration soient tous les jours. C’est bien plus de 10 ans de travail autour de l’individualisation qui ont permis d’accueillir des publics différents dans les CFA, avec des handicaps ou des difficultés. Cette charte de partenariat avec l’Agefiph est une étape nouvelle qui vise à sécuriser cette collaboration fructueuse que nous avons depuis plusieurs années. Au 31 décembre 2011, il y avait 435 apprentis reconnus travailleurs handicapés en Pays de la Loire – nous avions progressé alors de 12 %. Cette année, ils sont 463 avec une montée en flèche du Maine-et-Loire. La charte fixe la barre à 480.
Cette charte prend aussi en compte le projet politique du conseil régional avec l’engagement pour l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations. La région est en train d’élaborer son agenda 22. C’est aussi la priorité de la commission éducation-apprentissage. L’inclusion des personnes en situation de handicap, c’est aussi la mise en accessibilité des CFA. Un diagnostic vient d’être réalisé. Il sera l’objet d’une insertion dans notre plan pluriannuel d’investissement qui sera discuté avec chaque CFA. Tout ce qui concerne l’accessibilité sera pris en charge à 75 % par le conseil régional.
Nous avons signé par ailleurs une convention avec les associations et les fédérations régionales qui interviennent dans le champ du handicap. C’est un tout et il y a vraiment une cohérence entre ce souhait de sécuriser les parcours de formation, d’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap. Il est important de contribuer à l’élévation du niveau de formation. L’enjeu est de faire grimper ce niveau. Le lien entre entreprise, CFA, jeune devra fonctionner pleinement. Nous vous remercions par avance de faire remonter les obstacles pour avancer tous ensemble.
La charte d’accueil est un aboutissement ; elle constitue le véritable engagement de toute une équipe et d’un collectif du CFA, du directeur à l’animateur socio-éducatif, de l’employeur… Rien ne se fait sans l’action de chacun. Il est important de proposer la même offre de services aux jeunes en situation de handicap aux autres. On voit bien que les méthodes développées pour accompagner les jeunes en situation de handicap profitent à tous les jeunes. C’est donc aussi un bel objectif.
Enfin, il faut souligner que le taux de réussite pour les jeunes en situation de handicap est de l’ordre de 70 %, un chiffre quasiment similaire aux autres. Ce n’est donc pas parce que l’on a un handicap que l’on ne réussit pas. J’espère que beaucoup de CFA pourront décliner les engagements de cette charte. Je compte sur tous les partenaires présents pour optimiser au maximum les fonds qui vous ont été alloués. Visons que les 51 CFA et les 180 sites de la région qui accueillent les 30 000 apprentis soient bien dans cette dynamique. »