Troisième salon professionnel « Employeurs & Handicaps » à Angers le 15 novembre 2012

Tugdual Ruellan - - - Envoyer à un ami - handicap

2012.11.15.Salon_ANGERS__78_.JPGLa troisième édition du salon professionnel « Employeurs & Handicaps », réservé aux employeurs publics et privés, s’est tenu le jeudi 15 novembre à Angers, de 9h à 17h dans le cadre de la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées. Ce salon a pour objectif de faciliter la rencontre entre une cinquantaine d’exposants, des spécialistes du handicap et des employeurs privés et publics afin qu’ils puissent trouver toutes les réponses pour l’emploi de personnes handicapées (recrutement, formation, maintien, sous-traitance) en un seul et même lieu. Propos sur le vif…

Agefiph Pays de la Loire – 34, quai Magellan BP 23211 – 44032 Nantes cedex 1 – tél. 0 811 37 38 39
Photos et témoignages recueillis par Tugdual Ruellan
Informations sur : www.semaine-emploi-handicap-agefiph.fr

Un besoin d’accompagnement

2012.11.15.Salon_ANGERS__7_.JPGLes chiffres sur l’emploi des personnes handicapées se sont améliorés, depuis quelques années, grâce à l’engagement d’employeurs, la motivation et les compétences des personnes concernées, la mobilisation des partenaires. Dans le contexte économique actuel, les personnes en situation de handicap sont plus fortement touchées par la dégradation de la situation de l’emploi.

2012.11.15.Salon_ANGERS__10_.JPGLes employeurs ont plus que jamais besoin d’être accompagnés et conseillés en termes de recrutement, de maintien dans l’emploi, de formation, de sous-traitance. Le comité organisateur composé de l’Unité territoriale 49 de la Direccte, du Conseil général, de l’Agefiph, de la Maison de l’Emploi d’Angers, du Medef Anjou, du Medef du Pays Choletais, de Réactive 49, de représentants d’entreprises adaptées (EA) et d’établissements et services d’aide par le travail (esat), ainsi que les partenaires associés, Communautés d’agglomérations d’Angers, Cholet et Saumur, et l’ensemble des exposants ont donné rendez-vous aux employeurs le 15 novembre au Parc des Expositions toute la journée.

2012.11.15.Salon_ANGERS__11_.JPG

Des témoignages et débat ont rythmé la journée :

– la réussite de politiques « handicap » présentées par des employeurs
– le professionnalisme et le sens accordé à la valeur travail explicités par des travailleurs handicapés.

2012.11.15.Salon_ANGERS__51_.JPG

2012.11.15.Salon_ANGERS__82_.JPG

Propos sur le vif…

Catherine Logeais, déléguée régionale Agefiph Pays de la Loire

2012.11.15.Salon_ANGERS__26_.JPG« De plus en plus, les entreprises jouent le jeu de l’insertion. Bien sûr, il y a l’obligation légale, renforcée par la loi de 2005 mais aussi parce que les représentations évoluent. L’actualité de l’Agefiph, c’est une nouvelle présidente, Odile Menneteau ; ce sont les 25 ans de la loi de 1987 que nous avons fêtés l’an passé ; c’est l’évolution de nos interventions en lien avec les besoins des entreprises et ceux des personnes handicapées.

2012.11.15.Salon_ANGERS__30_.JPGTous les entrepreneurs savent combien le contexte économique est difficile. Les personnes handicapées en pâtissent plus que les autres puisqu’en Maine-et-Loire, ce sont 4158 personnes en situation de handicap qui recherchent un emploi. Ce chiffre progresse. Ce type de manifestation est important pour que tous les acteurs puissent se mobiliser pour être encore plus efficaces, faire en sorte que les réussites progressent. »

Christophe Béchu, sénateur et président du conseil général de Maine-et-Loire

2012.11.15.Salon_ANGERS__42_.JPG« dans quelques mois, au printemps 2013, nous allons fermer la Maison départementale des personnes handicapées pour ouvrir la Maison départementale de l’autonomie. Elle sera desservie par des moyens d’accessibilité maximale. Ce changement de sigle, c’est d’abord et avant tout un changement de philosophie. Ce salon s’inscrit aussi dans cette philosophie. Pendant longtemps, le handicap a relevé de la charité individuelle. On est peu à peu passé à une logique de solidarité publique, d’une logique de solidarité consentie à une logique de compensation. Tant que l’on voit la personne handicapée comme bénéficiaire d’un dispositif social, on nie une partie de son autonomie.
La majorité des gens qui sont en situation de recherche d’emploi ne le sont pas pour le plaisir. La meilleure manière de se réaliser et de s’épanouir est bien d’avoir un travail. Le mal du chômage n’est pas seulement un mal financier ; c’est un mal parce qu’il fait perdre la confiance en soi, parce qu’il coupe de la vie sociale, parce qu’il ternit le regard que l’on porte sur soi-même et sur les autres.
2012.11.15.Salon_ANGERS__27_.JPGOn est ici à la jonction de ces deux sujets : la façon dont notre société regarde le handicap et la manière dont elle peut faire progresser l’emploi. On a dit au début : il faut recruter des personnes handicapées non pas parce qu’elles travaillent bien mais parce que, si vous ne le faîtes pas, vous aurez une amende. C’est un salon pour mettre en avant les qualités, les compétences et les savoir-faire d’hommes et de femmes qui sont en situation de handicap mais d’abord, en attente de trouver un emploi, qui ont des qualifications, des savoir-faire. Il y a sur le territoire un nombre grandissant d’artisans, de PME qui, sans aucune obligation légale, font le choix de recruter des collaborateurs en situation de handicap. L’objectif de ce salon est bien celui-là : contribuer à faire changer le regard en insistant non pas sur la contrainte mais bien sur les savoir-faire, la qualité du geste.
C’est le sens de la présence du conseil général dans ce salon. Je tiens à vous dire combien nous avons besoin de vous. On pourra mettre tout ce que l’on veut en place, s’il n’y a pas des associations qui à un moment, décident de se mobiliser, de chercher des financements, s’il n’y a pas des entreprises qui jouent le jeu, on n’y arrivera pas. Et dans un temps de crise, ce sont toujours les plus fragiles qui trinquent les premiers. 4158 personnes en situation de handicap recherchent un emploi : cela montre le chemin qu’il nous reste à parcourir pour mobiliser les énergies avec un objectif, le développement économique sur notre territoire au service des hommes et des femmes et avec une perspective globale qui est bien celle de l’autonomie. »

François Burdeyron, préfet du Maine-et-Loire

2012.11.15.Salon_ANGERS__46_.JPG« le mot handicapé est à la fois ambigu et fâcheusement stigmatisant. Le handicap recouvre une multitude de situations qui n’ont pas forcément grand rapport entre elles. Nous avons à gérer, sous ce mot générique, une multitude de situations variées. Il est stigmatisant car on a l’air de dire qu’il y aurait une catégorie particulière qui nécessite un soutien particulier : la charité et aujourd’hui, la mise en œuvre de l’apport de ces personnes à la vie économique. À vrai dire, nous sommes tous des handicapés potentiels. Les personnes handicapées, ce sont des hommes et des femmes exactement comme les autres.
2012.11.15.Salon_ANGERS__56_.JPGJe fais partie de ceux qui croient que la carotte, c’est bien, mais le bâton aussi ! Mes expériences en matière de sécurité routière m’amènent à des conclusions un peu sévères sur la nature humaine. Je pense donc que l’idée de sanctionner les entreprises qui ne respectent pas cette obligation des 6 % de travailleurs handicapés est une bonne règle mais il faut que cette règle soit accompagnée pour qu’elle n’ait jamais à s’appliquer. C’est l’intérêt des nouveaux dispositifs qui ont été perfectionnés. Pour une fois, dans notre pays, il n’y a pas de coulpe à battre : le dispositif législatif et réglementaire est intelligent et satisfaisant. Le mieux, et c’est tout l’intérêt de ce salon, est bien que l’entreprise se décharge de son obligation en recrutant les travailleurs handicapés. Mais c’est peut-être simplement en se rendant compte qu’elle emploie des travailleurs handicapés.
2012.11.15.Salon_ANGERS__61_.JPGCette règle des 6 % s’applique aussi à l’administration comme aux entreprises. Lorsqu’on regarde où en est le secteur public, on constate que l’on a dans son personnel des gens qui ont été recrutés, souvent il y a longtemps, qui n’ont jamais fait valoir le fait qu’ils pourraient ou auraient pu relever d’une législation relative au handicap. Et il y a, pour les entreprises qui ne peuvent pas recruter, cette solution formidable de faire appel aux entreprises adaptées. Nous sommes dans une société de l’égalité des droits. C’est le fondement de la déclaration des droits de l’homme. Pas l’égalité des conditions, plus difficile à obtenir, mais l’égalité des droits : la même considération, les mêmes possibilités, les mêmes capacités d’ouverture offertes à tous. La tâche est difficile mais c’est parce que c’est difficile que c’est passionnant et c’est tout à l’honneur de notre pays d’avoir engagé une action de ce type. Je souhaite qu’un salon comme celui-ci contribue, au-delà des résultats immédiats, à développer un peu plus chez nos concitoyens la conscience que nous sommes tous de la même famille. »

Propos sur le vif…

Thierry Combreau, directeur de l’Esat Bord de Loire

« L’association Alpha regroupe trois pôles : un en lien avec la déficience intellectuelle, un en lien avec le polyhandicap, un en lien avec le handicap psychique, l’Esat Bord de Loire à Sainte-Gemmes-sur-Loire, qui assure le service de restauration pendant le salon. Cet esat a été créé en 1992 à l’initiative de médecins psychiatres qui voulaient une amélioration de la santé mentale des personnes. Le parcours de travail apporte une opportunité au parcours de soins. Il est constitué aujourd’hui de cinq ateliers : sous-traitance industrielle, horticulture, espaces verts, saisie informatique, restauration avec un restaurant ouvert au public. Au total, ce sont 60 personnes accompagnées par en équipe de huit personnes. » Tél. 02 41 6697 77 – site : www.cat-bord-de-loire.com.

2012.11.15.Salon_ANGERS__49_.JPG

Joseph Jehannin, responsable de l’atelier restauration

« j’ai intégré l’atelier fin 2005 avec l’idée de mettre en place une autre forme de travail qui s’appuie davantage sur la cuisine décorative. Ce type de travail demande plus d’attention et de méticulosité pour mobiliser l’esprit des personnes que nous accompagnons qui, pendant ce laps de temps, se posent… se reposent. Le taux d’absentéisme a été divisé par trois en cinq ans depuis que nous appliquons cette proposition. Notre présence au salon est un grand moment de fierté pour les personnes. Personne n’imagine la difficulté que nous avons eue pour préparer ce service. Les personnes en souffrance psychique n’aiment pas les perturbations. Elles ont besoin d’un cadre sécurisant. Pour notre première prestation en 2008, il a fallu un mois de préparation pour repérer le site, se répartir les tâches, se préparer à gérer son stress.»

Eric, cuisinier

« J’ai travaillé pendant 15 ans comme chef cuisinier à Chartres puis, j’ai eu de gros soucis de santé. Je me suis retrouvé au chômage et ne pouvais plus exercer mon métier. J’ai tout essayé en vain avant de rencontrer Joseph. Il m’a proposé d’abord une première semaine dans son atelier restauration, puis deux semaines avant d’obtenir un contrat de six mois, puis douze mois. Je viens d’avoir mon renouvellement pour trois ans. C’est un soulagement ; je retrouve goût à mon métier, à ma passion. Nous préparions ce salon depuis plusieurs jours, avons réfléchi ensemble aux produits que nous allions élaborer, proposé des créations. Tout le monde nous dit que c’est bon et beau. Je retrouve un confort de vie, je dirais même : une identité professionnelle. Je ne suis plus invisible, en marge de la société. Je suis bien actif et dans la société désormais. »

Gérard Leroux, Handi Cap Ergo

2012.11.15.Salon_ANGERS__66_.JPG« notre service regroupe plusieurs services existants gérés par la Mutualité française Anjou Mayenne et propose d’accompagner les entreprises dans l’insertion professionnelle de personnes déficientes visuelles, auditives, cérébrolésées, motrices. C’est un nouveau concept mis en place cette année qui permet de répondre aux différentes problématiques qui peuvent se poser autour du poste de travail, du maintien dans l’emploi, du recrutement. Nous travaillons en collaboration avec les sameth, cap emploi, médecins du travail des Pays de la Loire et du Centre. Quatre prestations : ergonomie, formation, accessibilité, conseils techniques. Plusieurs entreprises nous ont sollicités pendant le salon sur les questions d’ergonomie et d’accessibilité. L’échéance de 2016 approche… »

Emilie Rouinvy et Elodie Tessier, Agefiph Pays-de-la-Loire

2012.11.15.Salon_ANGERS__69_.JPG« Nous avons accueilli des responsables d’entreprises qui se posent plusieurs questions quant au recrutement, au maintien dans l’emploi, à l’aménagement d’un poste de travail. Il y a aussi des entreprises pour qui cette préoccupation est nouvelle et se réfère à des situations de salariés en difficulté ou à un besoin de recrutement nouveau.

2012.11.15.Salon_ANGERS__72_.JPGBeaucoup se demandent comment inciter des salariés de leurs entreprises à être reconnus travailleurs handicapés. Il y a aussi beaucoup de questions d’ordre financier : comment diminuer sa contribution ? Par la présentation de l’offre de services de l’Agefiph et la mise en relation directe avec nos partenaires services que sont Cap emploi, les Sameth et Alther, présents sur le salon, nous pouvons les orienter pour qu’ils obtiennent des réponses précises. »

Véronique Brochard, chargée de mission Fondation Amipi

2012.11.15.Salon_ANGERS__88_.JPG« Nous avons eu une bonne affluence dès l’ouverture et jusqu’à midi. L’après-midi a été plus calme. Nous avons beaucoup de demandes de renseignements sur notre entreprise adaptée pour mieux nous connaître, réfléchir à termes, au transfert de compétences. Nous accompagnons aussi des personnes vers l’insertion professionnelle en milieu ordinaire. Nous avons ainsi accompagné un salarié, qui était depuis plusieurs années en entreprise adaptée et souhaitait s’orienter vers le milieu ordinaire. Il est aujourd’hui embauché en CDI dans l’entreprise Areva grâce à sa motivation et une collaboration étroite entre les équipes. »

Vanessa Propetto, directrice clientèle pour les agences Adecco d’Angers et Cécile Lapierre, chargée de recrutement agence tertiaire Adecco Angers

2012.11.15.Salon_ANGERS__4_.JPG« Nous avons rencontré de nombreux candidats que nous réorientons vers nos agences pour des entretiens individuels, selon leur spécialisation, avec des recruteurs spécialisés. Ce salon est aussi l’occasion de rencontrer directement nos clients et leur rappeler nos services. Adecco anime en effet une mission handicap avec des experts en région et un espace dédié à l’accueil des personnes en situation de handicap, à Paris, qui nous aide en région pour des recrutements groupés. Nous sommes en permanence dans une démarche de veille pour proposer à nos clients des candidats et des compétences, en partenariat avec Cap emploi. »

Christelle Lasseux et Romain Fardeau, responsables d’agence Randstad à Angers

2012.11.15.Salon_ANGERS__1_.JPG« nous avons pu échanger tout au long de la journée avec beaucoup de nos clients et des demandeurs d’emploi qui ont pu transmettre leur candidature. Il est important de redire que nous nous engageons dans l’insertion des personnes en situation de handicap. Ce salon est un moment privilégié pour échanger avec nos clients sur des sujets sur lesquels nous n’avons pas l’habitude d’échanger au quotidien. Nous pouvons prendre plus de temps pour aborder les choses. C’est un peu dommage que ce salon ne soit pas ouvert plus largement au public. »

Nathalie Wiederkehr, Alther 49

2012.11.15.Salon_ANGERS__65_.JPG« Mes attentes en termes de fréquentation ont été au-delà de mes espérances avec beaucoup de monde surtout le matin. Les visiteurs présentent un intérêt pour notre service qui reste méconnu des entreprises. C’est une occasion pour informer et mettre en place le futur partenariat. C’est aussi une occasion pour conforter les relations entre les partenaires du réseau. »

Élisabeth Reguer, chargée de communication au Comité de liaison pour les personnes en situation de handicap

2012.11.15.Salon_ANGERS__6_.JPG« les entreprises sont très intéressées par la formation que nous proposons depuis un an, comment accueillir du public en situation de handicap et un salarié handicapé qui arrive dans une entreprise, quel que soit le type de handicap ? Nous intervenons sur la question de la relation humaine entre les personnes. C’est bien d’avoir une adaptation technique du poste de travail mais s’il n’y a pas un accompagnement des autres salariés, l’intégration peut se faire plus ou moins facilement. Ce salon est une bonne occasion pour nous faire connaître. »

Mustafa Guemazi, chargé de mission Cap emploi Angers

2012.11.15.Salon_ANGERS__80_.JPG« beaucoup d’entreprises sont venues vers nous avec des demandes d’information. Une particularité cette année : des employeurs qui nous expriment des besoins, les ont identifiés avant de venir et attendent des solutions, des demandes d’emploi précises, des accueils de stagiaires. Les contacts ont généré beaucoup de rendez-vous dans le département. »

Gaëtan Le Bouter, chargé de mission Pôle emploi

2012.11.15.Salon_ANGERS__76_.JPG« les contacts ont été très fructueux, surtout dans la matinée, avec une bonne représentation de responsables d’entreprise, dont de grands groupes, venus chercher des informations précises, notamment pour nous faire part d’un projet de recrutement à venir, pourquoi pas une personne en situation de handicap. Nous allons désormais prendre contact avec chacune d’entre elles pour développer notre offre de services au plus près de leurs besoins. Nous avions envoyé en amont une invitation auprès de 9500 entreprises, de 1 à plus de 5000 salariés. »