Une seule licence en France pour devenir chargé-e de projet en solidarité internationale et développement durable

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - solidarité

BLAISE_Jerome-licence.jpgLa Licence Professionnelle « chargé-e de projet en solidarité internationale et développement durable » labellisée par la Chaire Unesco sur la formation des professionnels du développement durable, fêtait en 2012 à Bordeaux sa dixième année d’existence. En septembre dernier un événement a été organisé permettant de faire le point sur la formation et plus largement d’entamer (de continuer) une réflexion sur l’évolution des métiers de la solidarité internationale. Explications avec Jérôme Blaise, étudiant, missionné pour réaliser un document de synthèse qui en reprend des éléments clé et revient sur ces 10 années d’expérience capitalisée d’une formation professionnelle universitaire particulière. Faire le point, pour mieux continuer…(photo : Sigried Buchy) Alire : interview de Jérôme Blaise…

Chaire UNESCO : http://chaireunesco.u-bordeaux3.fr
Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3
lien pour télécharger le document : http://chaireunesco.u-bordeaux3.fr
Propos recueillis par Tugdual Ruellan

BLAISE_Jerome-licence-2_-_Copie.JPG

Questions à Jérôme Blaise

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous engager dans cette formation ?
Je voulais me spécialiser dans la gestion de projet à l’international, en tant qu’animateur socioculturel de formation et ayant déjà un pied dans le milieu de l’éducation au développement et dans la sensibilisation à la solidarité internationale, j’avais envie d’avoir une réelle spécialisation dans ce domaine. De plus, c’était pour moi l’occasion de reprendre les études et d’abreuver ma soif de savoir. les cours de géopolitique, de l’histoire et de l’évolution du monde du « développement », et bien entendu la méthodologie de projet… Autant d’enseignements qui m’ont permis d’être vraiment prêt aujourd’hui à travailler à l’international ou en France sur des postes à responsabilité. Le diplôme nous permet d’acquérir une certaine technicité dans les méthodes et les outils dans la gestion de projet et bien entendu d’apprendre les codes spécifiques dans ce domaine utilisés par les bailleurs de fond ; cependant elle nous permet aussi tout au long de l’année d’avoir une réflexion sur ces codes et le mode de fonctionnement du « développement » permettant de nourrir sa propre critique, sa propre opinion. Je pense personnellement que c’est très important d’avoir des personnes conscientes dans ce genre de métier… après chacun fait ce qu’il veut. Nous avons bien vu que depuis les débuts de la coopération, les choses ont énormément évolué grâce aux travailleurs de terrain remettant en cause la modélisation du développement et des relations Nord-Sud. Pour moi, l’esprit critique va de pair avec la connaissance de ce milieu.

Vous avez coordonné le document « Bilan de dix ans de licence ». Que nous disent vos travaux ?
Le document met justement en lumière les réflexions qui nourrissent le milieu de la solidarité internationale mais c’est surtout un point sur la professionnalisation de ce domaine, avec son évolution et son histoire, montrant bien que ces métiers se doivent d’évoluer en même temps que le monde et même d’être précurseurs pour avoir un meilleur impact. Le document met l’accent sur l’importance des formations à être en lien avec le terrain ; les enquêtes nous permettent d’avoir une réelle vision sur ce que les OSI attendent d’un chargé-e de projet, qu’est ce qu’on attend de lui sur le terrain ? Une autre enquête nous permet de voir l’évolution des étudiant-e-s après la licence ; on se rend compte que les parcours peuvent être très variés, l’engagement restant une constante dans la construction des divers parcours professionnels. Le document montre également que l’insertion professionnelle dans ce milieu n’est pas simple et qu’il faut s’armer de patience – le premier poste étant le plus dur à décrocher – l’approche par le bénévolat ou le volontariat restant le meilleur moyen pour intégrer un organisme.

Où en êtes-vous actuellement?
Je suis en plein dans cette période… à la recherche d’un poste à l’étranger pour mettre en pratique les connaissances acquises et apporter ma pierre à l’édifice ou le grain de sable dans la machine, ça dépend du point de vue ! Avec ma compagne, qui a aussi suivi cette formation, nous avons décidé de partir au Sénégal pour chercher directement sur place, trouver un contrat local pour entrer dans le secteur. C’est aussi un choix de vie puisque ma compagne est franco sénégalaise… C’est aussi une envie de retourner aux sources. Je cherche un poste dans l’éducation ou le secteur culturel, souhaitant m’engager sur tout les combats qui me paraissent justes et indispensables. Il faut montrer à nos dirigeants que les peuples et les jeunesses du monde peuvent s’unir sans passer par leurs magouilles. Je crois réellement au pouvoir et au poids de la société civile. Le combat ne fait que commencer…

SANY0572_-_Copie.JPG

Pleins feux sur la licence en solidarité internationale et développement durable

Jérôme Blaise : « Tous les ancien-ne-s étudiant-e-s des dix promotions ont été convié-e-s pour partager leurs expériences et rendre compte de leurs parcours post Licence Pro. Pour la 11e promotion, l’évènement marquait les premiers jours de leur année de formation, l’occasion de rentrer directement dans le vif du sujet. Des ateliers de travail ont eu lieu sur des thématiques choisies par les participant-e-s, on y retrouve – l’agro écologie, plusieurs personnes voulant évoluer dans ce domaine – la question de spécialisation dans le métier de « chargé-e de projet de solidarité internationale » – une réflexion autour de la question d’ingérence dans les pays des Suds – un dernier groupe travaillant sur la réseau des anciens, comment le construire, le développer, l’articuler… ? Un autre temps fort de l’événement fut la table ronde organisée au Conseil régional d’Aquitaine réunissant des professionnel-le-s de la solidarité internationale, des intervenant-e-s de la Licence Professionnelle ainsi que son équipe pédagogique, des étudiant-e-s et ancien-ne-s de la Licence mais aussi des étudiant-e-s venant d’autres formations comme des master de science po, MIDDAF et IFAID.

Le document présent que nous avons réalisé est donc un moyen de présenter la Licence Pro et de rendre compte des réflexions engagées durant cet événement. De plus il est complété par des enquêtes menées au cours de l’année sur le parcours des ancien-ne-s et sur la vision du poste de chargé-é de projet des ressources humaines des OSI (organisme de solidarité internationale). Quatre portraits d’anciens sont aussi mis en valeur dans le document. En clair, ce document s’adresse à toutes les personnes intéressées de près ou de loin à la professionnalisation des métiers de la solidarité internationale en faisant un zoom sur la Licence Professionnelle de Bordeaux 3 « Chargé-e de projet en solidarité internationale et développement durable » aujourd’hui dernière Licence du genre en France après la fermeture du site de Besançon.

Le document contient une bonne description de la Formation, son contenu, son évolution, son lien avec la Chaire UNESCO. J’ai donc été missionné en tant qu’élève sortant tout juste de la formation pour réaliser ce travail de synthèse et de communication. L’idée de ce travail est né à partir de la réflexion sur la création du réseau des anciens. J’ai donc d’abord réalisé une petite enquête permettant de mettre à jour la base de données sur tous les anciens élèves (coordonnées, poste actuel, parcours depuis la fin de la licence…). Puis en parallèle du document, nous avons réalisé une maquette d’un site internet qui pourra être réalisé l’année prochaine par des élèves d’un master ISIC de Bordeaux 3 sur la licence pro permettant d’accéder à l’annuaire des anciens étudiants et d’avoir une plateforme d’information et de discussion (un réel outil pour animer le réseau).

En attendant cette nouvelle plateforme les infos sur le diplôme sont en ligne sur le site de la Chaire UNESCO :
http://chaireunesco.u-bordeaux3.fr

lien pour télécharger le document :
[ http://chaireunesco.u-bordeaux3.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *