320 ouvriers des Esat et EA de Bretagne ont reçu le 4 juillet à Ploufragan leur attestation de compétence

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__281_.JPGL’Aresat, Association régionale des Esat de Bretagne, établissements et services d’aide par le travail et entreprises adaptées, organisait le 4 juillet 2013, au Palais des congrès de Saint-Brieuc à Ploufragan, sa dixième remise d’attestions de compétence délivrée aux ouvrières et ouvriers en situation de handicap travaillant dans les établissements spécialisés. 320 candidats des établissements de Bretagne ont ainsi reçu une attestation de compétences dans 9 métiers : agent de fabrication industrielle, agent de propreté et services, menuisier fabricant, ouvrier en couture, agent d’entretien d’articles textiles, agent de restauration, ouvrier métallier, ouvrier en travaux paysagers, ouvrier en production horticoles.

Président ARESAT : Christian Guitton
ARESAT Bretagne – BP 73211 – 35532 Noyal-sur-Vilaine cedex – http://differentetcompetent.org
Directeur Aresat Bretagne : Yoann Piplin – tél. 06 01 78 88 23 – y.piplin@differentetcompetent.org
Communication, reportage : Tugdual Ruellan – 02 99 91 33 16

Différent et Compétent : pour la reconnaissance des acquis et la valorisation des compétences
10e Remise d’attestations de compétences à Ploufragan

article Ouest-France (à télécharger en cliquant sur ce lien ou sur l’image)
2013.07.05.OF.D_C_-_Copie.jpg

Une journée importante qui valorise les droits de l’homme

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__2_.JPG!Christian Guitton, président Aresat Bretagne : « aujourd’hui, c’est le 4 juillet, fête nationale aux États-Unis, Independence day. Pour nous, c’est Competence day ! C’est aussi une journée importante qui valorise les droits de l’homme. Nous aussi, cherchons à ce que chacun ait sa place dans la société. C’est la 10e année que nous organisons cette remise attestations de compétences et nous avons, à cette occasion anniversaire, demandé à trois collègues, qui étaient parmi les premiers à se lancer dans cette dynamique Différent et Compétent, de bien vouloir témoigner. Depuis le début, ce dispositif est issu d’un travail collectif qui laisse la place à chacun. C’est une construction produite par de nombreux acteurs. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__14_.JPG (de gauche à droite : René Gendron, Christian, Guitton, Gérard Brière, Roland Louet – photo : Tugdual Ruellan).

S’organiser régionalement pour aller plus loin ensemble

Gérard Brière : « il y a 30 ans, naissait un CAT qui croyait dans les compétences des gens. Une flamme s’est allumée à l’occasion de ce grand congrès Force 4 qui avait lieu en 1995 dans les Côtes-d’Armor pour célébrer les 20 ans de la loi. Nous avons alors commencé à nous organiser régionalement ce qui nous a permis d’aller plus loin en proposant un dispositif de formation et de promotion des personnes. Tout l’environnement donnait alors priorité à l’insertion. On voulait une alternative à cet ultimatum. Mais, c’est facile de démarrer. Encore faut-il continuer et développer… Et Christian Guitton a su porter ce flambeau et je tiens à le féliciter. Qu’est-ce que je découvre ? Le dispositif valorise le travail des moniteurs et c’est vraiment une bonne chose. Je découvre avec joie que cette remise d’attestations de compétences est toujours un moment très fort pour les ouvrières et les ouvriers. C’est très émouvant. »

Des acteurs et des pilotes

Roland Louet : « cette histoire, nous l’avons imaginée, disséquée, analysée, réfléchie et nous avons créé un prototype. Globalement, nous avons pu vérifier qu’il fonctionnait après quelques réglages. Effectivement, créer quelque chose n’est rien à côté de faire vivre. Il faut pour cela, différents acteurs mais aussi des pilotes. Je tiens à vous féliciter tous d’avoir réussi à faire vivre cette aventure. Merci à vous. »

Du chemin parcouru depuis l’Inter-CAT !

René Gendron : « au départ, on parlait de l’inter CAT, ces quatre établissements d’Ille-et-Vilaine. L’idée était alors de se réunir, sortir de nos établissements et permettre à des personnes qui rencontraient des difficultés de pouvoir vivre une autre expérience professionnelle ailleurs, dans un autre environnement. On ne pensait pas que cette initiative allait se répandre au niveau national. Je félicite tous les gens qui sont certifiés aujourd’hui et tous ceux qui entourent ce projet. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__124_.JPG

Positiver les compétences des travailleurs

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__22_.JPGJoëlle Le Gagne, adjointe au maire de Saint-Brieuc en charge de la petite enfance, l’enfance et la solidarité : « la Ville de Saint-Brieuc est heureuse de vous accueillir à l’occasion de cette remise d’attestations de compétences. Nous vous remercions d’avoir choisi Saint-Brieuc pour ce grand rendez-vous des esat bretons. C’est pour nous un honneur et une fierté. Nous nous sentons fortement impliqués dans l’action que vous menez. Le statut social reste aujourd’hui encore essentiellement acquis par l’emploi. La norme sociale reste le travail. Le lien économique conditionne le lien social. Le travail est non seulement une source de revenus mais aussi un moyen d’insertion sociale et un mode d’épanouissement et de développement personnel pour les personnes en situation de handicap qui peuvent et désirent travailler. Les personnes en situation de handicap ne doivent pas être mises à l’écart car elles jouent, de plein droit, un rôle dans la société à qui il appartient de concilier le principe de l’égalité des droits avec celui du respect des différences et des nécessités spécifiques.

Un constat : les personnes en situation de handicap sont aujourd’hui deux fois plus touchées par le chômage que le reste de la population active. En France, il existe, mis à part les établissements pour les handicapés graves, trois grands types de réponses destinées aux adultes en matière d’activité : l’emploi dit classique, l’emploi subventionné et/ou accompagné, l’emploi protégé. Les esat ont une double mission : proposer un travail à temps complet ou à temps partiel à des personnes momentanément ou durablement incapables d’exercer une activité professionnelle dans le secteur dit classique de production ou en entreprise adaptée ; dispenser les soutiens requis par les intéressés pour une meilleure intégration professionnelle ainsi que ce nécessaire à une meilleure intégration sociale ; viser la plus grande autonomie possible de la personne accueillie tant sur le plan professionnel que social afin de favoriser la meilleure insertion sociale et professionnelle possible. Votre démarche est de positiver les compétences des travailleurs et d’affirmer que tout individu peut être différent et… compétent. Je vous félicite pour votre initiative. »

Vous êtes aujourd’hui nos vedettes régionales !

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__32_.JPGMarie-Christine Cléret, vice-présidente du Conseil général des Côtes-d’Armor, en charge de la solidarité pour l’autonomie : « Je félicite tout d’abord les organisateurs d’avoir mis en œuvre cette journée. Il est important de valoriser les compétences de tous et de chacun. Vous allez être aujourd’hui les vedettes d’une scène prestigieuse ; ici toute l’année, se déroulent des spectacles avec des vedettes nationales et internationales. Vous êtes aujourd’hui nos vedettes régionales. Vous avez montré l’amour de votre métier, votre différence dans la façon de mener à bien ce que vous faites. C’est juste raison qu’aujourd’hui, nous vous rendions cette célébrité pour que vous serviez d’exemple à vos collègues et surtout, que vous repartiez fiers auprès d’eux. L’amour du travail bien fait va bien au-delà de toutes les différences. Soyez les vedettes de ce jour et soyez heureux de tout ce que vous avez fait jusqu’à aujourd’hui et de tout ce que vous ferez demain. »

Vidéo de la journée à découvrir en cliquant sur ce lien ou sur l’image (réalisation : OSM)
2013.07.04.Armor_TV-Une.jpg

INTERVIEW Christian Guitton, président Aresat Bretagne (vidéo OSM)
2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__1_.JPG« il y a une force symbolique dans cette attestation, c’est apporter la confiance. Quand je sais que je sais faire quelque chose, j’ai déjà éliminé un certain nombre de doutes en moi. Le plus important, c’est que chaque personne prenne conscience et confiance en ce qu’elle peut faire. Qui capitalise plusieurs attestations est en capacité, au fil du temps, de pouvoir se présenter à un diplôme CAP. Si petit à petit, j’ai toutes les compétences qui sont dans le référentiel métier, je vais bien au-delà que l’attestation. Je vais vraiment vers le diplôme. Cette journée, nous l’avons voulue festive et chargée d’émotion. En regardant ce que font les Anglo-Saxons, on a vu que ces gens-là savaient marquer dans la symbolique, la remise de diplôme. On a vraiment voulu marquer quelque chose qui laisse une empreinte chez les gens. C’est de cette émotion-là qu’on va rebondir par la suite pour être plus engagé, plus volontaire dans sa vie de travail. Dans notre système, par le concret, par le travail, on peut apprendre des choses. Cette attestation montre que chacun peut être capable d’apprendre, à sa manière, avec ses richesses, ses potentiels. Et je crois que c’est important.
L’affaire est née en Bretagne, au départ grâce à un fonds européen qui nous a aidés à nous structurer. Ce travail en commun, c’est vraiment s’enrichir des richesses, des avancées des uns et des autres pour être meilleurs tous ensemble. L’idée, c’est d’être le plus large possible dans l’animation de ce réseau pour que ça profite au plus grand nombre, qu’on soit plus malin. Un de mes collègues dit : tout seul, on va plus vite ; ensemble, on va plus loin. »

INTERVIEW Yoann Piplin, directeur Aresat Bretagne (vidéo OSM)
2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__112_.JPG« les personnes sont très fières et très émues de recevoir cette reconnaissance. Pour certains, c’est la première fois. La valeur attribuée à cette reconnaissance est celle d’un diplôme. Pour la majorité de ces personnes, l’accès au diplôme a toujours été difficile et le parcours scolaire ne rappelle pas forcément que de bons souvenirs. Différent et compétent, cela veut dire : on est tous différents au sens où l’on est tous uniques et on est tous compétents, on est tous intéressants, on est tous importants. À partir du moment où on participe dans un système, on apporte quelque chose à ce système. La reconnaissance à un sens très fort pour les personnes car elles se disent qu’elles servent à quelque chose, elles ont vraiment une place et cette place est importante en tant que professionnel mais aussi en tant que personne. Tout l’enjeu, c’est d’apprendre à regarder à ce que la personne réussit et d’arrêter de lui dire ce qu’elle ne réussit pas. On fait le pari que, pour continuer à avancer dans son parcours, il vaut mieux nous dire ce qu’on réussit plutôt que ce qu’on ne réussit pas. Ce sont des appuis pour continuer. C’est très important car cela permet à la personne de se projeter, de se mettre en perspective pour continuer son parcours. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__213_.JPG

Paroles sur le vif…

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__38_.JPGFrançois, Esatco pays de Guingamp : « Il y a deux ans que j’attendais pour passer mon diplôme, niveau 1 en sous-traitance ! J’ai eu un accident du travail et je ne pouvais plus rien faire. Ca y est ! Je l’ai et je suis vraiment heureux. »

Gérard, Esatco pays de Guingamp : « j’ai changé de CAT et j’ai appris un nouveau métier. Aujourd’hui, je passe le niveau 1 et je suis content. Je suis fier d’avoir réussi. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__56_.JPGMorgane, Esatco pays de Guingamp : « Ça fait 14 ans que je suis au CAT. J’ai passé agent de fabrication industrielle. Ça me donne envie de continuer.

Anne-Marie, Esat Plouisy : « j’ai un peu le trac aujourd’hui mais je suis à fond dedans et on est prêt à tout. J’ai envie de continuer. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__63_.JPGMarie-Annick, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « je passe le type 1 d’agent en blanchisserie après cinq années de travail. Je suis vraiment contente. C’est un plus dans ma vie. Ça me donne envie de continuer. Ce qui est bien, c’est qu’on découvre le métier des autres et les compétences des autres. Tout le monde est différent. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__67_.JPGCharles, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « Je travaille comme maçon et j’ai obtenu mon niveau 2. Faut avoir le courage de se lancer là-dedans. Une fois que ces partis, on se dit : il faut l’avoir ! Maintenant que je l’ai, ça va changer beaucoup de choses. D’abord, améliorer mon travail, essayer de faire mieux. Ensuite, poursuivre pour un autre niveau, continuer à progresser. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__71_.JPGJohn, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « je travaille en jardins et je passe le type 2. J’ai beaucoup bossé pour l’avoir et je suis vraiment très content. J’étais très motivé. Ça ouvre plein de perspective. Je souhaite suivre vers le type 3 dans quatre ou cinq ans. Je n’ai pas envie de m’arrêter. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__86_.JPGThierry, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « quand on montre le diplôme au patron, il voit tout de suite ce qu’on sait faire.

Joël, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « Le diplôme nous aide à faire des choix à l’extérieur. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__54_.JPGJacky, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « c’est un premier type pour moi et ça me donne envie de continuer. Ça donne confiance. »

Catherine, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « Je passe un niveau 1 en blanchisserie. Je suis fière de sentir le diplôme dans les mains. Je me sens valorisée et je vais me remettre au travail. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__118_.JPGPierre, Esat les Vieilles Rivières, Pontivy : « je travaille en espaces verts. J’ai appris beaucoup de choses pendant la formation et j’ai évolué. Avant, j’avais fait différents métiers, ouvrier d’usine, mais je n’avais jamais eu de reconnaissance. Là, il y a de l’écoute. On est compris dans ce qu’on fait. J’ai envie de continuer maintenant. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__127_.JPGClaude, CAT Armor, Saint-Malo : « je suis entré au CAT en octobre 76, j’avais 17 ans. Je cherchais un emploi et ne voulait plus être à la charge de mes parents. Après un stage, on m’a proposé de rentrer au CAT. Je suis content d’avoir passé cette reconnaissance : je vois les capacités que j’ai. J’ai progressé d’année en année. On voit que tout le monde est fier de monter sur le podium, même notre monitrice. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__130_.JPGÉric, CAT Armor, Saint-Malo : « Ça m’a fait beaucoup progresser. Aujourd’hui, je suis autonome. On travaille par équipes et de trois pour laver des abris de bus et l’entretien d’espaces verts sur la voirie. »

Vanessa, CAT Armor, Saint-Malo : « C’est la troisième fois et à chaque fois, je suis contente. Je fais plein de choses différentes. Le plus dur, c’est de passer devant le jury. C’est stressant. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__246_.JPGErwan, IEM Brest : « c’est la deuxième reconnaissance que je passe. J’ai envie de continuer dans la floriculture. » Tristan, IEM Brest : « J’ai envie de continuer l’année prochaine. »

Nandini, IEM Brest : « j’ai passé une reconnaissance en productions horticoles. C’est un métier qui me plaît et c’est bien de voir un diplôme. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__265_.JPGNorman, IEM Brest : « j’ai passé une reconnaissance en agent de restauration. Pour l’instant, je vais m’arrêter là. Je ne peux pas travailler. »

Adrien, IEM Brest : « j’ai passé une reconnaissance en agent de restauration et ça me plaît. Je suis heureux. Maman sera contente. Champagne ! »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__144_.JPGMarie-Christine, monitrice : « j’ai accompagné Norman et Adrien. Toute la démarche crée des relations différentes, valorise et reconnaît les apprentissages. Pour nous aussi, c’est valorisant. C’est une autre façon de faire notre travail. On s’implique différemment. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__148_.JPGSharon, accompagnatrice : « je trouve que c’est une très bonne expérience. J’accompagne les jeunes une demi-journée par semaine dans un atelier d’enseignement ménager, le but étant l’autonomie. Nous avons changé notre façon de travailler grâce à ce dispositif et les différentes formations. C’est un autre esprit dans le travail. Pour le jeune, c’est important de quitter l’établissement avec une reconnaissance en poche, quelque chose qui prouve qu’il est compétent. C’est vital pour progresser. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__162_.JPGAnna, Esat Plumelec : « j’ai obtenu une reconnaissance en repassage. Au début, c’est un peu émouvant. Mais j’ai pu expliquer au jury que tout ce que je fais. J’aimerais bien maintenant faire un stage en maison de retraite et peut-être commencer un apprentissage de continuer à apprendre le métier. J’ai appris à me débrouiller seule et je peux avoir un logement. Quand j’aurai mon chez moi, je saurai faire. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__204_.JPGChristel, Esat Plumelec : « je suis contente de moi. Le plus dur, c’est l’oral pendant le jury. Au quotidien, ça va, mais quand il faut expliquer, c’est autre chose. Heureusement, ils nous mettent à l’aise. Aujourd’hui, je suis vraiment fière de moi. Ça me donne plus de confiance en moi. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__241_.JPGDominique, Esat Plumelec : « J’ai obtenu une reconnaissance niveau 2 en cannage artisanal. Le matin, je stressais. J’avais moins peur quand j’ai commencé à discuter. Au début, je me demandais si j’allais l’avoir. On se tracasse ! Mais j’ai bien su tout expliquer. Quand le jury m’a dit que c’était bon, j’étais content. Je crois que je vais continuer en niveau 3. Quand je commence quelque chose, je vais au bout. Je suis capable comme tout le monde même si j’ai un problème de vue. On est comme tout le monde. Tu es différent et tu es compétent. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__259_.JPGJean-Marie, Esat Plumelec : « j’ai une reconnaissance en sous-traitance industrielle ; dès que la monitrice m’en a parlé, j’ai dit oui, je fonce, j’y vais. Au début, c’était un peu dur. J’avais quelques appréhensions mais après, ça a été. C’est surtout passé devant le jury qui m’inquiétait. Il faut expliquer ce qu’on fait et ça fait peur. J’étais content de moi. J’ai réussi. C’est une bonne expérience. Je vais continuer. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__269_.JPGCarole, Esat Grandchamp : « Je suis éducatrice spécialisée et suis en formation de chef de service et j’ai découvert le dispositif, au moment de mon stage. Je suis étonnée de voir l’émulation qu’il entraîne auprès des travailleurs et des équipes encadrantes. C’est vraiment tout le groupe qui est gagnant. Les autres travailleurs sont aussi fiers et il y a une vraie solidarité entre eux. Tout le monde est très respectueux du rythme de chacun. Le dispositif change la donne par rapport à la façon de voir la personne. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__292_.JPGNathalie, Esat Grandchamp : «je suis éducatrice technique spécialisée et est accompagnée deux ouvrières. J’ai découvert le dispositif a récemment. C’est une vraie fierté pour les jeunes femmes de montrer leurs compétences. Ça va forcément changer des choses dans un atelier. Ça va leur donner plus de confiance en elles. De ce fait, elles arriveront en a beaucoup plus d’autonomie dans leur travail. Le regard change. On savait qu’elles avaient ses compétences mais elles n’étaient pas jusqu’alors reconnues. Nous les laissons en toute confiance pour une mise à disposition chez un employeur à l’extérieur. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__116_.JPGThierry, moniteur principal, Esat Carhaix : « Nous sommes engagés dans le dispositif depuis le début mais pourtant, c’est toujours nouveau. Les anciens, déjà reconnus, motivent les plus jeunes pour entrer dans le dispositif. Ça se transmet. Le regard des moniteurs a changé depuis ces 10 années. Avant, on était dans l’organisation des tâches : on distribuait le travail sans se rendre compte forcément que les ouvriers avaient des compétences. Aujourd’hui, on va vers plus d’autonomie. Le dispositif est un excellent outil pour construire cette progression vers l’autonomie. Une personne reconnue n’a plus peur pour s’engager, par exemple, dans un permis de conduire, prendre des responsabilités dans certains travaux… Se sentant reconnus, ils ne craignent pas d’apprendre aux autres. Je deviens le moniteur de l’autre. Mais il ne faut pas que cela devienne de la routine. Il faut savoir dynamiser en permanence, maintenir les formations apprenantes, susciter des piqûres de rappel… Le dispositif est ancré dans le projet d’établissement. À chaque PPI, projet pédagogique individuel, l’inscription dans le dispositif est posée. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__289_.JPGClaire, jury, représentante du rectorat : « Je coordonne les entretiens sur Rennes pour le Greta. C’est la première fois que j’assistais à une remise d’attestation de compétences. Ça prend tout son sens, j’ai vu de beaux moments, de beaux parcours et nous sommes contents d’y participer. »

2013.07.04.Remise_attestations-T.Ruellan__267_.JPGMichael, jury, représentant du rectorat : « C’était aussi une première pour moi. C’est extrêmement touchant. On voit toute l’importance que revêt pour les personnes que cette remise d’attestation. Une journée vraiment parfaite. »

Sibylle, jury, représentante du ministère de l’agriculture : « sur scène, on capte les regards. Certains candidats sont tout tremblants. On voit dans leurs yeux toute l’émotion du moment. Quand on sert leurs mains, on ressent l’état intérieur de la personne. Personne ne reste indifférent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *