Charlotte Bellay et Samuel Sachet ont créé SamCha, un spa urbain de nouvelle génération à Saint-Jacques-de-la-Lande

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2013.04.OF-Samcha__16__-_Copie.JPGCharlotte est esthéticienne. Samuel est éducateur sportif. Tous deux ont créé SamCha, un spa urbain d’un nouveau genre associant leurs compétences.
Activité : spa urbain (institut beauté et sport)
Création : 7 janvier 2013
Adresse : La Courrouze, 35 Saint-Jacques-de-la-Lande
Tél : 02 99 65 35 66 ou 06 16 43 20 17
Site internet : www.samchaspa.fr

Supplément Ouest-France SPECIAL AVENIR – parution toutes éditions
Chef de rédaction : Jean-Jacques Rebours
Texte et photos : Tugdual Ruellan
Article paru le 25/05/2013 à télécharger en cliquant sur ce lien

SamCha, un spa urbain de nouvelle génération

Charlotte Bellay, 24 ans, et Samuel Sachet, 26 ans, sont tous deux originaires de Chavagne, petite bourgade non loin de Rennes (Ille-et-Vilaine). Très vite, ils décident de faire route commune sur le chemin de la vie et rêvent d’un projet professionnel à deux. Après un bac scientifique en 2006, Charlotte obtient deux ans plus tard, son BTS esthétique à l’école Le Cozic de Rennes. Samuel passe avec succès son CAP de plomberie et est embauché à l’issue de son apprentissage. Charlotte saisit alors l’opportunité de travailler dans un hôtel quatre étoiles à Saint-Barthélemy et se spécialise dans les soins esthétiques. Tous deux partent aux Antilles et reviennent en 2009. Samuel trouve un emploi de plombier, Charlotte se perfectionne au centre de thalassothérapie de Saint-Malo puis au spa de Cicé-Blossac près de Rennes.

Pour une pause bien-être

Le dépôt de bilan de l’entreprise où travaille Samuel va précipiter les choses : « Voilà longtemps que nous souhaitions nous lancer. Soutenus par la famille, nous concevons un projet autour de la forme et de la détente. » Ils trouvent un local vacant à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes, dans le quartier naissant de La Courrouze. Samuel profite du licenciement économique pour entamer une formation d’éducateur sportif à Elven dans le Morbihan après avoir suivi les examens préparatoires à Nancy. Il obtient son diplôme en 2012. « Tout s’est alors précipité ! Nous avons sollicité un courtier en banque pour obtenir un financement puis lancé les travaux. » Ils créent SamCha, un spa urbain d’un nouveau genre qui ouvre ses portes le 7 janvier 2013 : « Nous associons en un seul et même endroit des activités que l’on trouve dans un institut de beauté, un spa et une salle de sport. » Au programme, soins esthétiques, soins massage, bain bouillonnant et sauna, appareils autonomes pour les massages, appareils cardio de remise en forme. Sont aussi proposés des cours personnalisés ou en petits groupes, des activités en extérieur de footing ou de marche active. « Nous sommes très confiants et envisageons de créer prochainement quatre emplois. Ce qui domine dans notre projet, c’est l’aspect bien-être et plaisir. On laisse ses soucis à la porte et le portable au vestiaire pour une pose détente, un moment pour ne plus penser qu’à soi… »

Tugdual RUELLAN.

Le conseil de Charlotte Bellay et Samuel Sachet

« Solliciter des compétences extérieures »

« Ce qui compte pour se lancer dans la création d’entreprise, c’est de la détermination. Il faut croire en son projet pour le voir ensuite fructifier. Il ne faut pas hésiter à solliciter des compétences extérieures : on ne peut pas être bon en tout ! Pour négocier avec le banquier, il faut parler le langage financier. Nous avons réussi à le convaincre grâce au courtier en banque que nous avons sollicité. Nous avons pu ainsi obtenir le financement pour nous lancer. »

Pour vous aider Julie Bellay, sœur de Charlotte

« L’entraide de la famille, c’est primordial ! »

« Notre grand-père était électricien, notre grand-mère tenait l’épicerie du bourg, mon père et deux oncles sont aussi électriciens, moi-même ai créé une crêperie à Chavagne près de Rennes. C’est une famille d’artisans et d’entrepreneurs et ensemble, nous partageons spontanément nos expériences. Les aînés sont toujours là au bon moment et personne n’hésite à s’entraider en cas de coup de dur. La famille, c’est primordial pour prendre du recul dans les moments de doute.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *