17e Semaine pour l’emploi des personnes handicapées 2013 : Yannick Robert crée son atelier d’horlogerie à Ploërmel

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

Yannick_ROBERT-horloger-T.Ruellan__4__-_Copie.JPGL’Agefiph favorise la création d’entreprises : « Nous soutenons déjà plus de 130 créations d’activité en Bretagne. Créer son emploi reste une bonne façon pour sortir du chômage », atteste François Massolo, délégué régional de l’Agefiph Bretagne. Témoignage avec Yannick Robert crée son atelier d’horlogerie à Ploërmel (56).

Contacts Agefiph Bretagne – François Massolo, délégué régional de l’Agefiph Bretagne
Agefiph Bretagne – 4, avenue Charles Tillon – 35000 Rennes – 08 11 37 38 39
Contacts presse : Tugdual Ruellan – 02 99 91 33 16
DOSSIER DE PRESSE à télécharger en cliquant sur ce lien
Informations sur : www.semaine-emploi-handicap-agefiph.fr

Yannick Robert crée son atelier d’horlogerie à Ploërmel (56)

Reportage France 3 à découvrir en cliquant sur ce lien

2013.11.19.France_3_bretagne.horloger.png Yannick Robert, 54 ans, est handicapé depuis l’âge de six ans. Fils et petit-fils d’horloger, il crée son atelier en janvier 2011 après une carrière au sein d’une société électronique. Il est aujourd’hui reconnu « Métier d’art » par la Chambre de métiers et de l’artisanat.

Yannick_ROBERT-horloger-T.Ruellan__15__-_Copie.JPGCAP et BEP d’horloger en poche, Yannick Robert s’engage tout naturellement dans le secteur de l’horlogerie en 1977. Après six mois dans une station technique Oméga à Nantes, il rejoint l’entreprise familiale à Rennes où il travaille comme réparateur : « Mais le travail commençait à manquer et j’ai abandonné l’horlogerie en me disant que j’y reviendrai sûrement… en fin de carrière. » Il intègre alors une société électronique où il exerce comme acheteur industriel jusqu’à devenir cadre. Mais sur le fond de son écran d’ordinateur, point de palmiers ni de photos de famille : toujours et encore des montres suisses ! En juillet 2008, il apprend qu’il va être licencié cinq mois plus tard : « J’approchais alors de la cinquantaine. Bien sûr, j’ai aussitôt pensé à l’horlogerie. »

Compétences reconnues et validées

Il sollicite l’Agefiph et les différents dispositifs d’aide à la création d’entreprise, cherche sur internet les différentes offres de formation. Avec le soutien financier du Fongecif et de l’Agefiph, il participe à une formation de dix mois à Besançon, d’avril 2009 à janvier 2010 : « J’ai passé différents tests auprès de l’Afpa pour savoir s’il me restait encore les compétences nécessaires pour devenir horloger. Le bilan était positif et je suis sorti avec une formation validée, un certificat de qualification professionnelle de niveau bac pro. » En 2010, il s’inscrit à la chambre de métiers et suit, en septembre, la formation proposée aux créateurs d’entreprise artisanale puis, en octobre, celle proposée par la BGE 35 boutique de gestion : « Mon projet s’est précisé. »

Au sein de l’Ecole Tané, un pôle reconnu

André Bedel, président de la fédération de Bretagne des horlogers, bijoutiers, joailliers et orfèvres lui propose de s’installer dans un atelier, alors disponible à l’école Tané de bijouterie et orfèvrerie de Ploërmel. » L’école donne son accord et met à sa disposition un local aux côtés de deux bijoutières et d’un créateur de soldats de plomb. : « C’est un pôle reconnu dans la profession et dédié à ces métiers d’art. » L’Agefiph lui accorde une subvention de 7 300 € pour créer son entreprise : « Je propose des services de réparation et de révision de montres, de réveils, d’horloges, de pendules, d’objets horaires éventuellement de boîtes à musique… tout mécanisme d’horlogerie. C’est une contribution à l’entretien du patrimoine. »

Carte d’identité

Atelier d’horlogerie Yannick Robert
14, rue du Pardon – Ploërmel
Tél. 06 30 21 73 49 – www.atelier-d-horlogerie.fr
atelierdhorlogerie@free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *