10-Vins à Nantes : ils ouvrent un « bar à vins » sur le web

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2013.09.23.10-Vins_Nantes.Tugdual_RUELLAN__12__-_Copie.JPGTrois ingénieurs, Thibault Jarrousse, Jérôme Pasquet et Luis da Silva, sont passionnés par le vin. Ils ont quitté leur emploi dans de grands groupes pour créer leur entreprise à Nantes : un bar à vin d’un nouveau genre avec lequel le client consomme à domicile et peut dialoguer avec une oenologue et le vigneron.
Nom : 10-Vins / Activité : bar à vin à la maison / Création : décembre 2012 / Chiffre d’affaires : 70 000 € en 2013 / Effectif : 10

Contact : contact@10-vins.com – tél : 02 40 37 46 70
Site internet : www.10-vins.com

Supplément Ouest-France SPECIAL AVENIR – parution toutes éditions
Chef de rédaction : Jean-Jacques Rebours
Texte et photos : Tugdual Ruellan
Article paru le 28/09/2013 (OF, Spécial avenir, toutes éditions) à télécharger en cliquant sur ce lien

Témoignage

2013.09.23.10-Vins_Nantes.Tugdual_RUELLAN__32__-_Copie.JPG

Tous les trois, ingénieurs, avaient pourtant des postes et des revenus confortables au sein de grands groupes. C’était sans compter sans leur esprit d’entreprendre. En 2010, Thibaut Jarrousse, 32 ans, et Jérôme Pasquet, 40 ans, décident de créer leur entreprise. Leur désir d’aventure croise celui de Luis da Silva, 32 ans, ami d’enfance de Thibaut. Ils ont en commun la passion du vin mais, comme ils le soulignent, « une fois la bouteille ouverte, seule la moitié du chemin est faite ! » Alors ils imaginent 10-Vins, un bar à vin à la maison pour consommer – avec modération – de bons vins ou de grands crus, achetés sur leur site internet au prix propriété, de 1,9 € à 7 € le verre. « Vous recevez un coffret de deux ou cinq flacons et vous dégustez un verre chez vous, comme au restaurant. » L’œnologue Béatrice Dominé de l’Alchimiste à Nantes rejoint la jeune équipe. Deux fois par mois, ils organisent des web dégustations pour découvrir de nouveaux produits. Le vin souhaité est expédié ; trois jours après, les inscrits se connectent, dégustent et dialoguent en direct par webcam avec le viticulteur : « Nous avons ainsi accueilli jusqu’à une centaine de participants ; chacun donne son avis et l’œnologue apporte son expertise. » Quelque sept mille fans suivent les différentes animations proposées : « c’est une nouvelle manière de partager autour du vin et de l’apprécier dans de bonnes conditions. » De fil en aiguille, les créateurs inventent une machine de dégustation qui sera commercialisée l’an prochain. Elle détecte automatiquement le vin et l’amène rapidement à la bonne température et au bon carafage.

Grandes écoles partenaires

La société compte à ce jour dix personnes : deux s’occupent des vins, huit gèrent les supports internet et les autres activités. Accueillis au sein de Symbiose, l’incubateur d’Audencia, école supérieure de commerce de Nantes, elle a aussi le soutien de l’Ecole centrale pour la partie technique et de HEC pour le business plan. Lauréat du réseau Entreprendre des Pays-de-la-Loire, elle bénéficie d’une aide d’Oseo France pour développer sa recherche. « Notre intention est de se développer à l’international et créer des emplois. En attendant, nous accueillons des stagiaires à qui nous proposons de véritables responsabilités. Notre ambition est de devenir leader mondial du vin au verre à domicile. »
Tugdual RUELLAN.

Le conseil de Thibaut, Jérôme et Luis

«Vite mettre le pied à l’étrier !»

2013.09.23.Samuel_Bachelot__6__-_Copie.JPG« Quand on se lance, il faut être partout à la fois. À trois, les tâches se partagent plus facilement mais il faut au préalable bien étudier l’organisation, connaître les complémentarités et compétences réciproques de chacun. Certes, il faut bien tout préparer en amont, son projet, son développement, son business plan, ses outils de communication mais c’est en commençant à vendre son produit que l’on met véritablement le pied à l’étrier. »

«De l’idée au développement»

« Chaque mois, nous faisons le point. Nous suivons le projet sous toutes ses facettes et abordons une question : le financement à venir, le développement du site, la commercialisation de la machine, le marketing… A chaque difficulté, nous essayons de trouver ensemble la solution. 370 entreprises et laboratoires de recherche sont adhérents de la technopole, prêts à partager leurs compétences. Nous restons auprès d’eux pendant cinq ans : de l’idée au développement. »
www.atlanpole.fr

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *