Supplément Ouest-France : Centenaire de la guerre en Bretagne

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - patrimoine

2014.03.02.OF_grande_guerre-UNE.pngDimanche Ouest-France était accompagné le 2 mars 2014 d’un supplément gratuit sur le Centenaire de la Grande guerre en Bretagne. Plusieurs spécialistes y expliquent l’engagement des Bretons sur le front, la vie à l’arrière lorsqu’il faut accueillir et soigner les blessés. Ce supplément évoque encore la place laissée dans les mémoires par le conflit et le sacrifice des soldats. Au moins 130 000 soldats venus de Bretagne ont ainsi laissé leur vie sur les différents champs de bataille. En tout, ce sont près de 600 000 Bretons qui avaient pris le chemin des combats de ce premier conflit mondial.

Rédacteur en chef Ouest-France : Jean-Luc Evin
Rédacteur en chef des suppléments et hors-séries : Philippe Cochereau
Rédaction :Didier Gourin, Michel Derrien, Linda Benotmane, Eric Chopin, Grégoire Laville, Tugdual Ruellan

Centenaire de la guerre en Bretagne

Une Mission nationale pour coordonner

Initiée par le Gouvernement, la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale a vu le jour en 2012. « Il s’agissait, explique Damien Baldin, conseiller pour l’action territoriale, de préparer et mettre en œuvre le programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale. » Constituée de sept ministères, six établissements publics, deux associations nationales, une université et une mutuelle, elle est dirigée par Joseph Zimet et David Zivie, sous l’autorité de Kader Arif, ministre délégué chargé des Anciens combattants. « Elle a notamment pour objectif d’organiser les grands rendez-vous du calendrier mémoriel, d’accompagner et de coordonner les initiatives développées partout en France et de proposer une politique d’information sur les préparatifs et la programmation du Centenaire en direction du grand public. » La Mission dispose de l’expertise d’un conseil scientifique et s’appuie sur le réseau territorial des comités départementaux et des comités académiques du Centenaire. Ce comité départemental est une instance de proposition, d’expertise et de décision qui propose à la Mission les projets susceptibles d’être éligibles au label national. De son côté, le ministère de l’Éducation nationale a mis en place, à l’échelle des académies, accompagne les commémorations du Centenaire au sein des établissements scolaires. Site : www.centenaire.org

PAGE 13 / Les orphelins de Kerbernez ont raconté leur guerre

2014.02.19.ville_quimper__3_.JPGLa Ville de Quimper vient de découvrir les lettres qu’écrivaient, depuis le Front, d’anciens élèves de l’orphelinat agricole de Kerbernez à leur directeur.

PAGE 13 : Les lycéens de Joseph-Loth à Pontivy ravivent les mémoires

Joseph-Loth_PONTIVY__1_.JPG

Joseph-Loth_PONTIVY__7_.JPGSur la plaque commémorative du lycée Joseph-Loth à Pontivy, s’égrènent les quatre-vingt-dix noms des élèves morts au combat. Les élèves sont partis en quête de leur histoire.

PAGE 14/ Les monuments aux morts fabriquent la mémoire

Jean-Yves Coulon a soutenu, il y a près de 25 ans, un diplôme d’études approfondies d’Histoire de l’art sur les monuments aux morts communaux d’Ille-et-Vilaine. Il a poursuivi ses recherches sur l’ensemble des monuments communaux des cinq départements bretons, des monuments paroissiaux et des vitraux dits commémoratifs. Rencontre…

PAGE 16/ Au Musée du Faouët, la guerre vue par les peintres.

Du 28 juin au 11 novembre, le musée du Faouët propose une exposition sur « La Première Guerre mondiale vue par les peintres de la Bretagne ».
LE_FAOUET__6_.JPG A l’occasion de la commémoration du centenaire de la Grande guerre, le Musée du Faouët a rassemblé les œuvres de peintres actifs en Bretagne au cours du 20e siècle pour nous proposer ce regard artistique sur la première Guerre mondiale. Elles sont souvent réalistes, mettent les combats en scène mais aussi le quotidien des soldats inoccupés pendant d’interminables heures : « Nous avons choisi une approche à la fois thématique et chronologique, explique la responsable, Anne Le Roux-Le Pimpec. L’exposition montre les prémices avec la montée vers la guerre, l’entrée en guerre, la mobilisation générale et la conscription, jusqu’à la fin du conflit et les commémorations de l’entre-deux-guerres. Certaines œuvres, issues de collections particulières, seront vues pour la première fois. Nous poursuivons nos recherches et lançons un appel auprès des personnes qui possèderaient une œuvre. » La recherche se poursuit. Parmi les artistes pressentis, on peut déjà citer Mathurin Méheut (1882-1958), Jean-Julien Lemordant (1878-1968), Camille Godet (1879-1966), Jean Frélaut (1879-1954) et bien d’autres, français ou étrangers. L’exposition rassemblera des peintures, des dessins, des estampes, des affiches originales, des écrits d’artistes ainsi que des assiettes en faïence de Quimper à décor patriotique. Elle s’accompagnera de l’édition d’un catalogue. Compte tenu de sa dimension pédagogique importante, elle donnera lieu à des conférences et animations scolaires. Musée du Faouët – tél. 02 97 23 15 27 – info@museedufaouet.fr – site : www.museedufaouet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *