Gwenaël Duclos a créé Wipsea pour comptabiliser les animaux menacés

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2014.03.28.WIPSEA-T.Ruellan__2__-_Copie.JPGGwenaël Duclos, fondateur de la société Wipsea à Rennes, a inventé un logiciel pour compter les espèces animales menacées, à partir d’images aériennes.

Ouest-France – parution toutes éditions / rubrique Entreprendre
Responsable rédaction : Guillaume Bouniol
Rédaction : Tugdual Ruellan – article à télécharger en cliquant sur ce lien
Contact – Wipsea – tél. 06 75 40 38 01 – site : www.wipsea.com

L’initiative

Les drones, équipés d’appareils photographiques, sont de plus en plus utilisés par des chercheurs pour détecter, aux quatre coins de la planète, les espèces animales menacées. Mais les milliers d’images qu’ils ramènent deviennent quasiment impossibles à traiter. Gwenaël Duclos, ingénieur en électronique et informatique de 39 ans, a conçu un logiciel pouvant traiter automatiquement ces précieuses informations : « les algorithmes sont développés selon l’espèce à reconnaître et son environnement, explique l’inventeur. Ils peuvent aussi s’intégrer à un logiciel de cartographie pour faciliter la gestion écologique d’un espace naturel. » Gwenaël a travaillé pendant 14 ans pour Thomson vidéo networks en dans le traitement d’images et de la compression vidéo. Mais c’est sa passion pour la plongée sous-marine qui l’incite à s’intéresser à l’écologie : « J’ai profité d’un plan de reconversion en 2010 pour suivre un master en écologie à Montpellier et ai pu ainsi participer en Australie à la conception d’un logiciel de comptage des dugongs, ces mammifères marins menacés de disparition. »

Des applications multiples

De retour à Rennes, il peaufine son produit et crée, en mars 2013, sa société Wipsea. La Boutique de gestion l’aide à clarifier son projet, analyser le marché et rechercher des financements. La technopole Rennes Atalante l’accompagne dans l’élaboration de son plan d’affaires et lui propose de valoriser son projet au Carrefour des possibles, rendez-vous des innovateurs et des utilisateurs du numérique. Soutenu par le réseau Entreprendre, il trouve un hébergement au sein de l’incubateur de Telecom Bretagne. Rapidement, les contacts se multiplient comme ceux avec l’Agence des aires marines protégées, plusieurs chercheurs, gestionnaires d’espaces naturels, bureaux d’études et responsables de parcs : « Tous me confirment le besoin et la pertinence d’un tel outil qui permet aussi de dresser un état des lieux et un suivi dans le temps d’animaux dans un parc animalier ou un parc marin ; ils peuvent aussi mesurer l’impact entre des activités humaines et les animaux comme par exemple, la mise en place d’un parc éolien en pleine mer… » D’ici à deux ans, Gwenaël envisage d’embaucher deux ingénieurs et un commercial. Il estime son chiffre d’affaires à 70.000 € pour la première année, un montant qu’il envisage de doubler l’année suivante.
Tugdual RUELLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *