Licencié à 54 ans, Alain Le Nay devient maître crêpier et met la galette au cœur de la fête

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2014.12.Alain_Le_Nay.jpgAlain Le Nay a été licencié après 36 ans comme mécanicien-ajusteur. Il est devenu aujourd’hui crêpier et offre de joyeuses animations à domicile. Dans le pays de Redon, on le surnomme Calixe… « Peut-être en référence à Obélix », lance en souriant Alain Le Nay, 59 ans. Ardent défenseur de la tradition rurale des pays de Vilaine et organisateur du concours de chants de La Bogue, Alain est connu comme le loup blanc, accordéoniste et talentueux conteur d’histouêres en gallo. Pourtant Alain, le jovial, relève tout juste la tête après cinq années de doute. Il est embauché à l’âge de 18 ans, dans une entreprise de mécanique et soudure, dans sa commune de Bains-sur-Oust, près de Redon.

Ouest-France – parution toutes éditions / rubrique Entreprendre
Responsable rédaction : Guillaume Bouniol
Rédaction : Tugdual Ruellan – article à lire en cliquant sur ce lien
LIRE ARTICLE en cliquant sur ce lien
Site Ouest-France entreprises
Contact Alain Le Nay – tél. 06 68 22 24 02

CAP de mécanicien-ajusteur en poche, il va gravir tous les échelons jusqu’à devenir responsable de l’atelier de fabrication et de montage de pièces pour l’automobile. Mais en 2009, le secteur est frappé par la crise et l’entreprise licencie : « J’ai fait partie de la charrette après 36 ans de bons et loyaux services ! Je suis devenu demandeur d’emploi. Du jour au lendemain, tu n’existes plus… même dans ton patelin !»

Repas de galettes à la maison

Alain suit sans espoir une formation en informatique puis une pour devenir conducteur routier : « Partout j’avais la même réponse : manque d’expérience. » Il anime pendant huit mois un projet culturel à Saint-Jean-la-Poterie (56), la fête des Lises, qui rassemble quelque cinq mille personnes. Puis il décide de créer son activité : « J’aime faire les galettes, alors j’ai suivi la formation de maître-crêpier à Maure-de-Bretagne. » Ne pouvant bénéficier d’aucune aide, il achète son matériel, aménage une remorque et lance sa crêperie mobile en mars dernier, soutenu par la coopérative d’activités et d’emploi Inter’activ : « J’y ai trouvé un vrai soutien, tant professionnel que moral. » Montant de l’investissement : 9700 € collectés auprès de la famille et des proches. Il poursuit son apprentissage auprès de Marie-Annick Penhouët, crêpière à Renac (35), qui affiche 30 ans de métier. Puis, il s’installe sur les marchés des petites communes, propose des galettes à emporter, aide sa fille qui a ouvert un restaurant dans le bourg : « Ce que j’aime aussi, c’est proposer des repas à domicile avec des animations. La fête à la maison quoi…» Peu à peu, la clientèle se fidélise et Alain commence à générer un petit revenu régulier. Il vient aussi de créer un spectacle, joyeux, avec son ami Daniel Cottin : « J’y parle avec humour du mariage, avant, pendant et après. Oui, il y a pas mal de vécu dedans ! » Tél. 06 68 22 24 02.
Tugdual RUELLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *