Sur Histoires Ordinaires, « Investissement social : mieux préparer pour avoir moins à réparer », une interview de Bruno Palier, Sciences Po

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - exclusion

2016.05.Bruno_PALIER.jpgHISTOIRES ORDINAIRES.Avec l’augmentation du taux de pauvreté, l’entrée massive des femmes sur le marché du travail ou le vieillissement de la population, de nouveaux besoins sociaux se sont développés au cours des dernières années. Notre système actuel de protection sociale est-il toujours adapté pour répondre à ces nouveaux besoins ? Bruno Palier, docteur en sciences politiques, développe « l’investissement social », comme nouvelle stratégie pour la France. Le but ? Minimiser les risques sociaux pour les individus et bâtir une nouvelle économie, fondée sur les savoirs et les qualifications : en finir avec cette opposition entre économique et social ! (photo : Serge Canasse).

Rédacteur en chef Histoires Ordinaires : Michel Rouger
Article à lire sur le site Histoires Ordinaires en cliquant sur ce lien ou sur la photo
Rédaction : Tugdual Ruellan – photo : DR.
CNLE – Président, Etienne Pinte – www.cnle.gouv.fr

La stratégie d’investissement social », une étude du CESE

« La stratégie d’investissement social », étude menée par Bruno Palier pour la Section des affaires sociales et de la santé du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a été publiée en mars 2014 au Journal officiel de la République française. L’investissement social vise à faire face aux évolutions des risques sociaux. Il cherche à situer l’intervention de la protection sociale le plus en amont possible afin de minimiser les risques sociaux et d’avoir moins à réparer si le risque survient. Cette stratégie permet notamment de répondre aux nouveaux besoins sociaux : la dépendance des personnes âgées ; les phénomènes d’exclusion du marché du travail, liés au manque de qualification ou aux difficultés pour concilier vie familiale et vie professionnelle (notamment pour s’occuper des enfants, des personnes handicapées ou des personnes âgées) ; l’absence de protection sociale adéquate pour les personnes ayant des parcours professionnels interrompus et/ou incomplets.


Cinq domaines pour agir

Les cinq domaines sur lesquels des progrès restent à faire sont l’accueil de la petite enfance ; l’investissement dans la jeunesse ; la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale ; l’organisation d’une prévention en santé plus précoce et l’optimisation du parcours de soins ; l’amélioration de la gouvernance du système social. Sont également proposées différentes pistes de financement, comme l’obtention des gains d’efficacité du système existant ou la révision du système de prélèvement fiscal et social.


Bruno Palier, la réforme des systèmes de protection sociale


Docteur en science politique, agrégé de sciences sociales et ancien élève de l’école normale supérieure de Fontenay Saint Cloud, Bruno Palier est aujourd’hui co-directeur du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) et directeur de recherche du CNRS à Sciences Po (CEE). Il siège au Conseil économique, social et environnemental, à la Section des affaires sociales et de la santé en tant que personnalité associée. Ses travaux portent notamment sur les réformes des systèmes de protection sociale en France et en Europe. Bruno Palier conduit plusieurs projets de recherche sur les politiques d’investissement social, l’européanisation des réformes de la protection sociale et les dualisations sociales en Europe.
Il a été Guest Professor à l’Université de Stockholm au printemps 2009, Visiting Scholar à l’Université Northwestern au printemps 2007 et au Center for European Studies de l’Université Harvard en 2001, et Jean Monnet Fellow à l’Institut Universitaire Européen de Florence en 1998-1999. Il est aussi honorary Professor of Welfare State Reseach à l’université d’Odense, South Denmark. Entre 2005 et 2011, il a été le coordinateur scientifique du réseau d’excellence européen RECWOWE, impliquant 29 institutions de recherche, 190 chercheurs de 19 pays européens. Il a organisé entre 1994 et 1998 le programme de comparaison des systèmes de protection sociale en Europe de la MIRE pour le ministère de l’Emploi et de la solidarité. Il a été membre du comité de gestion du programme européen Cost A15 : « reforming social protection systems in Europe ». En 2002, il reçoit le Prix de l’Ecole nationale supérieure de la Sécurité sociale pour son ouvrage « Gouverner la Sécurité sociale » (Paris, PUF, 2002). En 2015, il publie « La réforme des systèmes de santé » (Que sais-je ? 7e ed. Paris, Presses Universitaires de France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *