Supplément Ouest-France pour le Centenaire de la Première guerre mondiale 1914-1918 : histoires d’hommes de l’Ouest

Tugdual Ruellan - - Aucun commentaire - Envoyer à un ami - culture

2014.07.31.GRANDE_GUERRE.UNE.jpgOuest-France vient de publier un hors série consacré aux « hommes et femmes de l’Ouest dans la Grande Guerre ». Il y a 100 ans, par un beau dimanche d’été, le monde basculait dans l’horreur. La Première guerre allait causer la mort de 10 millions de personnes dont 2 millions pour l’Allemagne et 1, 4 million pour la France. Derrière ces chiffres, il y a des hommes, des femmes, des enfants. C’est à eux que Ouest-France a d’abord voulu s’intéresser en réalisant un hors-série qui raconte et évoque près de 200 histoires, et autant de destins percutés par cette guerre qui devait, selon la propagande bien huilée d’août 1914, être courte, une simple formalité…

14-18 Centenaire de la 1ère Guerre mondiale – Histoires d’hommes de l’Ouest
100 pages, 5,90€ à partir du 30 juillet chez votre marchand de journaux
ou sur la boutique web en cliquant sur ce lien ou sur l’image
Rédacteur en chef Ouest-France : Jean-Luc Evin
Rédacteur en chef des suppléments et hors-séries : Philippe Cochereau – hors-série coordonné par Michel Derrien ; secrétariat de rédaction : Vincent Coquereau ; participation à la rédaction :Tugdual Ruellan.

C’est l’histoire de la famille Ruellan de Saint-Malo qui perd 6 de ses 10 enfants ; celle du général nantais Buat, officier visionnaire ; celle du Breton Louis Maufrais, médecin des tranchées ; celle d’Albert Jugon, président des « Gueules cassées » ; celle de Georges Lion, d’Isigny-sur-Mer qui raconte la faim dans les camps de prisonniers ; celle de l’aviateur Marcel Brindejonc des Moulinais ; celle du sarthois Charles Fouqueray, peintre-reporter de guerre ; celle du Vendéen Georges Clemenceau le Père la victoire… Nos reporters ont également arpenté les lieux où les soldats de l’Ouest sont tombés en masse : la vallée de la Sambre, l’Yser en Belgique, l’Argonne, l’Artois, la Champagne, Verdun… Un siècle après, ces endroits, dont les gars de l’Ouest ignoraient souvent l’existence, portent encore les marques de batailles qui furent de véritables hécatombes.

A LIRE entre autres…

  • Léoncie, munitionnette à la pyrotechnie Saint-Nicolas, page 26
  • Entreprises alimentaires… entreprises de guerre, page 26
  • Le poilu a mangé du pâté Hénaff ! page 27
  • Brindejonc des Moulinais, abattu par erreur, page 64
  • Corentin Carré, le « petit poilu du Faouët », page 65
  • Les aviateurs Alain Gerbault, Marc Pourpe, Michel Coiffard, Jean Bourhis, page 66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>