Mot clé : Un Regard dEmeraude

Le sémaphore de la pointe du Grouin : l’horizon à la jumelle

Tugdual Ruellan - - Aucun commentaire - Envoyer à un ami - voile

2003.12.Un_regard_d__Emeraude.semaphore-photo.jpgIl n’y a pas si longtemps que l’on scrutait du haut de cet édifice l’horizon à la jumelle. En 2001, après un tragique accident, le sémaphore du Grouin a repris du service.
Conçus pour assurer la surveillance des côtes, les sémaphores ont peu à peu, progrès oblige, été délaissés, abandonnés, détruits ou vendus. Avec le développement de la pêche et de la plaisance, on s’intéresse aujourd’hui à nouveau à leur utilité. L’ancien marin Arnaud Chevrier, connaît bien le sémaphore de la pointe du Grouin. Pendant quatre ans, il a scruté cet horizon tourmenté, qui s’étend du Mont-Saint-Michel à l’est, jusqu’à Saint-Malo à l’ouest, armé de jumelles à fort grossissement.

Article paru dans « Un regard d’Emeraude – le magazine de la Côte d’Emeraude » n°1 – Décembre 2003 Rédacteur en chef : Charles Vincent
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photo : Bernard Henry
(à télécharger en cliquant sur l’image)

Lire la suite…

Saint-Malo, capitale de la voile : le fief des grandes courses

Tugdual Ruellan - - Aucun commentaire - Envoyer à un ami - voile

2003.12.Un_regard_d__Emeraude.Grandes_courses-photo.jpgDes régates créées en 1848 à la septième Route du Rhum emportée par Ellen Mac Arthur, les Malouins ont multiplié les grandes courses : Triangle Atlantique, Tour de France à la Voile, Défi des Ports de Pêche, Cutty Sark, Québec/Saint-Malo… Autant de prestigieux trophées qui consacrent Saint-Malo comme le fief des Grands Voiliers.
Il y a près de 150 ans étaient organisées les premières régates de Saint-Malo. Les quais de la ville-close ont vu partir depuis, les courses de bateaux les plus prestigieuses. Des noms comme Charcot, Tabarly, Alain Colas fleurissent encore dans les conversations tardives des bars de la rue de la Soif, faisant rêver les aventuriers. Embarquons avec la Société nautique de la Baie de Saint-Malo pour un voyage à travers les océans et mers de la planète…

Article paru dans « Un regard d’Emeraude – le magazine de la Côte d’Emeraude » n°1 – Décembre 2003 Rédacteur en chef : Charles Vincent
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photos : Bernard Henry – Dominique Torchut
(à télécharger en cliquant sur l’image)

Lire la suite…

Le skipper marin-pêcheur et l’entrepreneur aventurier : les frères Escoffier épris d’océan

Tugdual Ruellan - - Aucun commentaire - Envoyer à un ami - voile

2003.12.Un_regard_d__Emeraude.Escoffier-photo.jpgL’un rénove, construit, loue des bateaux et court les mers du globe ; l’autre, marin-pêcheur, est aujourd’hui reconnu comme skipper et joue dans la cour des grands. Les deux frères Escoffier, dans des styles différents, ont fait de la mer leur compagne, leur gagne-pain… et leur jardin secret.
Bob Escoffier, 52 ans. La carrure (et la barbe) d’un loup de mer. L’homme, et sa compagne Françoise, vous accueillent avec chaleur et convivialité dans leur hangar rénové du quai Duguay-Trouin à Saint-Malo, qui sent bon le pin. C’est là qu’ils accueillent les clients, en quête d’aventure maritime ou avides d’une croisière sur un vieux thonier, une gabare sablier ou un sloop maxi… Jusqu’à l’âge de 25 ans, Bob (Robert de son vrai prénom) aurait pu rester le chef d’entreprise que son père souhaitait et prendre la suite logique de l’affaire familiale.C’était sans compter sur l’appel du grand large et le goût de l’aventure qui animaient notre homme depuis déjà pas mal d’armées…

Article paru dans « Un regard d’Emeraude – le magazine de la Côte d’Emeraude » n°1 – Décembre 2003
Rédacteur en chef : Charles Vincent
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photo : Cécile Langlois
(à télécharger en cliquant sur l’image)

Lire la suite…

Le Cotre de Surcouf : la seconde vie du Renard

Tugdual Ruellan - - Aucun commentaire - Envoyer à un ami - voile

2003.12.Un_regard_d__Emeraude.Le_Renard-photo.jpgDepuis dix ans, le bateau du plus célèbre des corsaires Malouins fend à nouveau les flots – La légende de Surcouf et de son Renard, cauchemar des marins anglais, est ressuscitée…
Au 31 du mois d’août 1988, une bande de copains se lance dans le pari fou de construire un vieux gréement. Ils choisissent de refaire à l’identique, l’un des derniers cotres malouins, celui de Robert Surcouf. Depuis, fièrement, le Renard fend à nouveau les flots… Les plans n’existaient pas. C’est au musée de la Marine que Louis Rettel et ses amis trouvent les informations nécessaires pour construire le bateau de Robert Surcouf, ce célèbre corsaire malouin, qui a donné au royaume quelques heures de gloire.

Article paru dans « Un regard d’Emeraude – le magazine de la Côte d’Emeraude »
n°1 – Décembre 2003 Rédacteur en chef : Charles Vincent
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photo : Patrick Miara
(à télécharger en cliquant sur l’image)

Lire la suite…