Un atelier pour se préparer à l’entretien

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__12_.JPGLa semaine qui précède, un atelier de deux jours est proposé aux candidats intéressés pour se préparer à l’entretien. « Il s’agit, confie l’animateur, David Le Port, consultant DLP Conseil RH, de construire une forme d’argumentaire pour énoncer son handicap, de la manière la plus rassurante possible pour l’employeur. On part du vécu de chacun par rapport au handicap, du degré d’acceptation puis on transpose en se mettant dans la situation d’une relation sociale, en imaginant des niveaux de réponses et les effets produits chez l’interlocuteur. Ce qui est intéressant, c’est que personne n’est dans le jugement, chacun se sent en confiance et partage avec les autres. Nous sommes tous apprenants et nous cherchons ensemble la réponse la plus appropriée. »

50 candidats, 7 entreprises, 15 offres

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__16_.JPGPour Valérie Loric, directrice générale adjointe de Cap emploi 56, « c’est une formule qui convient tant aux candidats qu’aux recruteurs. Nous accompagnons la personne afin qu’elle valorise ses compétences avant tout. Cette année, 50 personnes accompagnées par Cap emploi ont pu rencontrer les représentants RH et responsables de recrutement de 7 entreprises, associations ou collectivités : CPAM du Morbihan, Groupama, Crédit agricole, Adapei, Onet, Compagnie des ports, Conseil départemental du Morbihan. 15 offres d’emploi étaient proposées comme agent d’entretien, ouvrier espaces verts, postes administratifs en tout genre. Au préalable, les employeurs reçoivent un book de présentation des CV des candidats. Chacun dispose de 10 à 15 mn pour convaincre l’employeur et obtenir un second rendez-vous pour concrétiser l’embauche.»

Une démarche qui porte ses fruits

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__18_.JPGUne offre, une rencontre… La démarche est exigeante mais porte ses fruits : « Cette rencontre, poursuit Valérie Loric, bien préparée en amont, favorise le contact et fait tomber beaucoup de représentations. Elle incite le recruteur à proposer un second rendez-vous à la personne, cette fois, au sein de l’entreprise. Les compétences sont repérées en amont et répondent aux attentes de l’entreprise. L’an passé, la rencontre que nous avions organisée à Lorient, à laquelle participait une dizaine d’entreprises, a conduit à concrétiser 30 contrats de travail. Les ingrédients de la réussite : un engagement de la personne, une motivation de l’entreprise pour recruter une personne dont la compétence correspond à l’offre, pour qui le handicap n’est nullement un frein à l’insertion professionnelle, une offre bien identifiée, une validation préalable de Cap emploi du projet de la personne ».

Personne n’est laissé pour compte

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__15_.JPGLes candidats qui n’ont pas retenu l’attention du recruteur continuent d’être accompagnés par Cap emploi. De plus, il n’est pas rare que les entreprises sollicitent les candidats plusieurs mois après le Rendez-vous de l’emploi pour une autre offre disponible, un remplacement, une période d’intérim, un stage de découverte… soit dans l’entreprise même, soit, pour les groupes, dans une autre entreprise d’un bassin d’emploi voisin. « C’est dans tous les cas, atteste Valérie Loric, un moment qui n’est pas perdu car il est formateur et participe à la recherche active d’emploi. »

Bretagne Alternance : 6500 offres chaque année

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__3_.JPGPour rendre visibles les offres de contrats en alternance, les CCI et Chambre de Métiers et de l’artisanat d’Ille-et-Vilaine ont lancé en 2011 un premier site. En 2012, la démarche devenait régionale, nommée Bretagne Alternance, avec l’appui des différentes CCI, chambres de métiers et chambres d’agriculture de Bretagne et le soutien de Pôle emploi Bretagne et de l’Agefiph Bretagne : « Les offres avaient en effet du mal à sortir des centres de formation et à être repérées par les candidats potentiels, confie Carole Valérie, CCI Bretagne, chargée de mission pour Bretagne Alternance. Toutes les offres de Bretagne sont désormais diffusées sur un site : on y trouve l’ensemble des offres disponibles de contrats de professionnalisation et contrats d’apprentissage. Elles concernent de nombreux secteurs comme l’industrie, le transport, l’agroalimentaire, l’agriculture… soit quelque 6500 offres qui sont diffusées sur l’année ». L’accès au site est gratuit, tant pour les candidats que pour les entreprises. L’outil est en plein développement et de plus en plus d’offres y sont déposées. Et on le sait, le contrat en alternance reste une voie royale pour accéder à l’emploi durable… SITE : www.bretagne-alternance.com.

Paroles de recruteurs

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__11_.JPGSylvie Malville, responsable de secteur, et Elodie Ta, adjointe, Société Onet, Vannes : « Onet est une entreprise de nettoyage qui intervient dans le secteur tertiaire, industriel, hospitalier ainsi que dans les grandes et moyennes surfaces. Elle emploie quelque 450 salariés sur le Morbihan, 220 à temps plein et les autres à mi-temps. Durant les périodes de vacances et de fêtes, il y a beaucoup de remplacements à prévoir, ce qui motive notre présence à ce Rendez-Vous de l’emploi. Nous cherchons également un responsable de secteur. L’entreprise dispose déjà de son effectif de 6 % de personnes en situation de handicap. Le handicap n’est en rien un frein au recrutement. Le temps partiel peut convenir à de nombreuses personnes. Nous apprécions ce Rendez-vous de l’emploi qui est une occasion pour présenter notre entreprise, les postes que nous proposons et les possibilités d’adaptation. La rencontre est directe avec le candidat et fructueuse. »

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__31_.JPGDelphine Destremont, chargée du recrutement et de la gestion des carrières, CPAM du Morbihan : « L’insertion des personnes en situation de handicap fait partie intégrante de notre politique d’emploi et de recrutement. Un partenariat est établi avec Cap emploi Morbihan qui nous accompagne régulièrement dans nos recrutements et embauches en CDD ou CDI, pour aussi d’éventuels aménagements de postes. Très régulièrement, nous les sollicitons pour répondre à nos besoins et c’est pour nous, un partenaire privilégié de l’emploi. Ce Rendez-Vous de l’emploi est un moment important pour repérer des compétences, des candidats motivés pour des offres qui peuvent voir le jour dans les mois à venir. C’est une rencontre pertinente pour mieux se connaître mutuellement, repérer des compétences, des aptitudes. Rien ne remplace le contact direct avec la personne et j’ai rencontré plusieurs candidats que je pense recontacter très prochainement en fonction de nos possibilités. »

Paroles de candidats

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__23_.JPG Yann, 39 ans : "Sans cesse, il faut savoir rebondir au fur et à mesure que la maladie évolue. Dès l’âge de 20 ans, des problèmes de santé sont apparus et j’ai toujours tenté de rebondir en continuant de me former dans d’autres secteurs. Où on sombre, où on s’adapte… Il n’y a pas le choix ! Ça me serait arrivé il y a deux ans… je ne sais pas comment j’aurai réagi. Mais cette idée de rebondir sans cesse, d’apprendre de nouvelles choses, ça fait désormais partie de moi. Après un bac pro en maintenance des systèmes mécaniques automatisés et une formation de technicien en automatisme et informatique industrielle, j’ai obtenu un BTS en conception industrielle d’outils de moulage des matières plastiques. Je travaille en bureau d’études surtout dans les travaux publics, réseaux électricité, gaz, eau. Du fait d’une maladie invalidante, la station debout est limitée ; je dois donc me reconvertir à nouveau et trouver un poste totalement sédentaire. Je vais sans doute attaquer une nouvelle formation, toujours en bureau d’études mais cette fois, dans le bâtiment, un secteur qui me passionne.

La béquille marque les esprits !

Depuis un an, j’ai une béquille pour m’aider et me soulager mais je peux marcher sans… Je mets simplement un peu plus de temps qu’un valide. Et j’en joue parce que je constate qu’elle induit un certain effet. Je l’utilise pour montrer immédiatement que je suis en situation de handicap. Mais je peux ne pas l’utiliser pour montrer… qu’elle n’est pas un handicap ! J’ai répondu à plusieurs offres d’emploi au téléphone. On me dit, votre CV et votre expérience nous intéressent, on vous place en haut de la liste. Je me rends à l’entretien… Dès que le recruteur voit la béquille… je ne corresponds plus au profil ! Certains trouvent des subterfuges pour justifier leur décision mais d’autres n’ont pas hésité à me dire directement que ce n’était pas envisageable de m’embaucher à cause de ma béquille. J’ai réitéré car je ne voulais pas le croire : j’ai essuyé dix refus. J’ai même eu des entretiens sur skype. Tout se passait bien et au moment de conclure, au bout de quinze minutes, avant d'envisager un entretien, j’évoque la béquille et là… tout s’effondre ! C’est la première fois de ma vie que je vis cette situation… Ce qui fait peur, c’est d’abord l’idée de changer les habitudes, modifier un système d’organisation. C’est aussi l’idée qu’a priori, je vais sans cesse être en arrêt…

J’ai pu, lors de ce Rendez-vous de l’emploi, découvrir des secteurs dans lesquels je n’imaginais pas pouvoir travailler comme l’assurance pour des postes de télé conseiller ou la gestion des ports comme agent d’accueil. C’est une porte qui s’ouvre avec plein d’espoir. C’est aussi une bonne occasion pour se tester à partir du retour que nous font les recruteurs, avoir un recul, un avis d’expert sur mes projets. Bien sûr, la béquille interpelle… Pour rassurer, je propose de me prendre à l’essai, en stage ! Mon CV en a intéressé certains… Je vais attendre patiemment leur réponse."

2016.11.15_Rendez-vous_de_l_emploi.Vannes_T.RUELLAN__28_.JPG Aurélia Cazotte, 38 ans : "Mes débuts professionnels, je les ai faits dans la restauration, dans la trace de mes parents, après une école hôtelière. J’ai eu l’occasion de travailler comme chef de rang dans plusieurs grandes maisons des Pyrénées-Atlantiques, du Var, de Paris et de Monaco. J’ai travaillé six ans sous la Toque d’Alain Ducasse. Puis j’ai quitté la région parisienne en 2011 et me suis installée en Bretagne. J’ai trouvé un emploi chez un charcutier-traiteur mais j’ai eu des problèmes de dos qui n’ont cessé de s’aggraver. En mars 2015, j’étais licenciée pour inaptitude. Reconnue travailleur handicapée, j’ai sollicité Cap emploi en vue d’une reconversion professionnelle. J’ai pu ainsi, à partir de mes acquis et de mes compétences transférables, imaginer un autre projet professionnel qui me convient : secrétaire assistante.

Bien sûr, je suis passée par un gros blanc avec de la colère, du scepticisme : qu’est-ce que je vais faire de ma vie puisque je ne vaux plus rien…. Avais-je le droit d’envisager à nouveau un avenir ? Peu à peu, j’ai repris confiance en moi. J’ai repris goût à mettre de la couleur sur moi et à sourire, j’ai revu le soleil après les nuages. J’ai réalisé que je valais déjà quelque chose et que je pouvais rebondir. J’ai réussi à parler et à définir ma situation de handicap, à oser dire que je n'étais pas tout le temps handicapée ! J’ai appris à valoriser mes atouts, à décrire ce que je sais faire et aussi, très important : à justifier ma période d’inactivité et les « trous » dans mon CV ! J’ai apprivoisé et calmé ma colère, appris à laisser du temps au temps… J’ai croisé des gens qui m’ont fait confiance, qui savent me rebooster quand ça ne va plus. Ce que j’apprécie, c’est qu’on ne nous considère pas comme des assistés : oui, on nous prend la main, mais c’est pour nous guider, nous orienter. Ce qui est à faire doit être fait seule. Personne n’est à notre place. Il faut trouver soi-même son chemin. J’ai rencontré des recruteurs aujourd’hui intéressés par mon CV ; certains m’ont proposé un emploi en contrat de professionnalisation. Espoir..."

Contact CAP EMPLOI : Sandrine LANDAIS, Responsable Cap emploi Vannes - landais@capemploi56.fr  : 02-97-47-62-30 Armelle JOUANNO, Consultante Alther 56 - a.jouanno-alther56@360rh.fr  : 02-97-47-67-94.