la Lettre n°11 de Différent et Compétent Réseau : l’audace au coeur des esat

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

Différent et Compétent Réseau oeuvre à reconnaître les compétences professionnelles des travailleurs d’esat, salariés en situation de handicap (entreprises) et des jeunes en IME. Le thème de la Lettre n°11 porte sur l’Audace.
Alain Sabban, Vice-président du Réseau Esat Entreprises Réunion et pilote de Différent et Compétent à la Réunion : « Quelles que soient les difficultés inhérentes à nos interventions, les témoignages de satisfaction à l’issue des entretiens de valorisation, comme les cérémonies de remise des attestations de compétences, nous rappellent que notre exigence aujourd’hui est bien de continuer à construire ensemble des organisations apprenantes « dont les membres, rappelle Peter Senge*, peuvent sans cesse développer leurs capacités à atteindre les résultats qu’ils recherchent, où des nouveaux modes de pensée sont mis au point, où les aspirations collectives ne sont pas freinées, où les personnes apprennent en permanence comment apprendre ensemble ».
(*) La Cinquième discipline (éditions General First, 1991).

Lettre n°11 de Différent et Compétent Réseau – Janvier 2018
A TELECHARGER EN CLIQUANT SUR CE LIEN
Différent et Compétent Réseau, rue Francis Monnoyeur – CS 70010 – 35538 Noyal-sur-Vilaine cedex
SITE : www.differentetcompetent.org
Conception graphique : Delphine Le Breton – Comité de rédaction : Claude Basset, Stella Lupo, Nathalie Gaucher, Magdeleine Grison, Érica Pérochain, Janick Rasschaert, Tugdual Ruellan et Pascaline Toulotte.
Président Différent et Compétent Réseau : Christian Guitton. Direction : Magdeleine Grison. Appui rédaction : Tugdual Ruellan, Claude Basset, Magdeleine Grison et Érica Pérochain.

Isaac Stapo, ami de Différent et Compétent

L’outil “ Audace collective ” a été inventé pour que chacun puisse travailler avec les autres et échanger
ses compétences. Pour cela il faut de l’audace. Elle peut s’apprendre. Oser rencontrer quelqu’un
que l’on ne connait pas, oser prendre la parole ou se taire, oser la confiance et l’amitié, oser !

Toute audace est grande, cette grandeur n’est pas inaccessible, l’audace peut s’apprendre. Éloignons le risque (très
légère audace intellectuelle) de ne raisonner qu’à partir du modèle de l’alpiniste ou du parachutiste, grands audacieux physiques. Pensons à des situations plus fréquentes et même universelles : oser rencontrer un inconnu, oser prendre la parole ou se taire, oser la confiance et l’amitié, oser entreprendre…

Observons l’audace de l’enfant, qui fait ses premiers pas. Marcher, droit, sur deux pieds, longtemps, il ne sait pas qu’il en est capable, il ne sait pas qu’il affronte des défis psychiques et sociaux autant que physiques, il ne sait pas qu’il manifeste une belle confiance en lui-même en se redressant après la troisième ou la cinquième chute, il ne sait pas qu’il va supporter quelques douleurs cuisantes, il ne sait pas qu’il y a des coûts d’effort et de persévérance à assumer, il ne sait pas que la compétence acquise pourra le conduire à l’autre bout de la terre et à des rencontres innombrables, il ne sait pas qu’il comble de joie ses aînés, il ne sait rien.

Mais d’autres, autour de lui, affectueux, admiratifs, encourageants et louangeurs, enthousiastes et joviaux, bruyants et impatients, émerveillés, savent. Ils savent accompagner, protéger et stimuler. Ils savent eux tous l’immense utilité du savoir marcher, l’immense richesse du savoir marcher et ses satisfactions futures dans la course, les pèlerinages, les flâneries, les promenades et les explorations.

Oui, l’audace est un outil désirable. Qu’est-ce qu’un outil ? Ici, on indiquera seulement que requis pour bâtir ou pour détruire, un marteau est toujours un marteau et qu’il revient à l’utilisateur d’approfondir la conscience de ses intentions et de ses projets. Les projets de Différent et Compétent sont des projets bâtisseurs orientés à de l’accroissement des parités, orientés à du respect des personnes humaines, au soutien de leur créativité…

Toute audace est grande aussi parce qu’il s’agit toujours de passer par de l’insécurité… Le réseau a autant de centres que de carrefours […]. La répartition des tâches dans un réseau se fait en autant de “ carrefours-centres ”, que les forces réunies permettront d’en prendre en responsabilité. […] L’enfant à présent marche et, déjà, peut aider un plus petit que lui. […] Essayons de décrire les tâches que devra assumer le “ carrefour-centre ” initiateur. Va-t-il jauger les risques ou préférer qu’un autre “ carrefour-centre ” ait cette responsabilité ? Va-t-il garder la responsabilité de rythmer les niveaux de risque pris ou va-t-il les proposer à la responsabilité d’un autre “ carrefour-centre ” ? Il se posera la même question quant à la responsabilité de mobiliser les forces des praticiens.

Un autre “ carrefour-centre ” est, lui aussi, essentiel : c’est celui qui se charge d’accompagner l’organisation en réseaux ouverts. […] Ce “ carrefour-centre ” s’appelle donc “ vitalité des réseaux d’échanges réciproques de compétences ”. À défaut de cette compétence, l’outil audace ne pourra affronter les résistances économiques, sociales, mentales, affectives. On pourrait encore se poser des questions pour que chaque “ carrefour-centre ” aille le plus loin possible dans son autonomie et dans son aptitude à se voir et à être vu dans la parité par le groupe initiateur. Sur le travail de l’autonomie, on évoquera seulement la nécessité et d’une conscience des communs et d’une connaissance de la grammaire institutionnelle commune. Une autre question peut immédiatement être envisagée : celle des alliances auprès de plus puissants que soi (alliés, “ encourageurs ”, soutiens…). Il s’agit bien d’une porte d’entrée qui ne comporte aucune difficulté particulière dès lors que l’audace est bien regardée comme un outil.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur le site
www.differentetcompetent.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *